A lire sur L’Avenir à Villejuif

Cet email ne s'affiche pas correctement ?
Voir cette Infolettre dans votre navigateur.


Mai-juin 2016 : printemps pourri à Villejuif

Publié le : 23 juin 2016

La crise municipale s’approfondit à Villejuif…

Les passages écrits en rouge sont des "liens hypertextes". En cliquant dessus, vous accèderez à un article sur le sujet.

Compte-rendu du Conseil municipal du 20 mai

Le conseil du 20 mai a vu une tentative (très politicienne) de la nouvelle majorité (le Bohellec-Obadia-Vidal-Casel) de s’élargir à M. Harel, suscitant la colère des groupes Vidal et Obadia… et finalement l’échec de cette tentative au cœur de la nuit.

Le clou du conseil fut le débat sur la politique de tranquillité publique et la police municipale. La nouvelle majorité a ignoré les conclusions du rapport du cabinet Spallian, missioné pour établir le diagnostic et les préconisations (qui nous semblait excellents, il y a un an). Le maire refuse de rendre ce rapport public et opte pour une police municipale armée sans service de prévention ni de médiation. Pourtant, comme le dit Natalie Gandais à propos de 2 affaires récentes, la police municipale (nécessaire) ne sert pas à grand chose face à un des grand problèmes de Villejuif : les violences faites aux femmes.

En fait, les problèmes municipaux sont désormais déplacés sur trois fronts extérieurs au conseil.

L’affrontement avec les associations

Catherine Casel, nouvelle maire adjointe aux associations, a décidé d’exclure 4 associations (Mouvement de la paix, Villejuif sans Tafta, France-Palestine et les Amis de l’Huma) des fêtes de la ville, et a tenté de faire annulé le festival de théatre de rue. Ce qui a provoqué de vifs débat en conseil municipal, y compris au sein du groupe Vidal. Sylvie Thomas, notre ancienne maire-adjointe à ce poste, essaie de limiter les dégats, mais décidemment cette nouvelle majorité est entrée en guerre contre le « vivre ensemble ».

Parallèlement, en transformant l’USV en OMS puis en OS (en l’absence de débat au conseil municipal, on n’a toujours pas compris les nuances..), la nouvelle majorité tente de prendre la main sur les clubs sportifs.

Les recours à la justice

Notre réunion débat avec Eva Joly sur la protection des lanceurs d’alerte (dont Natalie Gandais à propos de la Halle des Sports) fut un grand succès : compte-rendu et photos ici. Même Les petites affiches , le plus vieux quotidien français, en a rendu compte !

La loi Sapin 2 renforce d’ailleurs les arguments de notre lanceuse d’alerte dans sa plainte contre le chantage exercé par les groupes de la nouvelle majorité.

Une vraie victoire pour les Villejuifois : la justice a annulé l’achat de l’ancienne gendarmerie par Mme Cordillot. 2,1 millions d’économisés pour Villejuif. De ce fait, le bail emphytéotique pour une seconde mosquée est inopérant. Quelles seront les suites ?

La crise avec les agents municipaux

C’est hélas le gros sujet de ce printemps. Dès le 1er mai, nous avons relayé les plaintes des agents pour harcèlement ou discrimination. Quelques semaines plus tard la situation s’était énormément aggravée : entre les arrêts maladies pour burn-out, les dépressions et les départs volontaires, la municipalité tourne aujourd’hui au ralenti.

Les provocations de la nouvelle majorité jettent encore de l’huile sur le feu : projet de coup de force dans la gestion des œuvres sociales (nous voterons "contre" au conseil municipal du 24 juin), tentative (contrée par la mobilisation de la communauté enseignants-parents-Atsem) de traiter comme des pions les agentes des écoles maternelles, après la suppression de l’Accueil de Loisir début août.

On n’oublie pas l’écologie !

Les questions municipales ne sont pas tout. Claire Bretou nous a représentés en Allemagne contre une mine de lignite dans le cadre du combat contre les énergies fossiles, nous avons participé en nombre à la manif contre Monsanto, et nous sommes allés soutenir une association d’Orly dans sa lutte pour sauver le Bois Grignon.

Et bien sûr, on n’a pas oublié la fête des voisins ;-)

D’ici la fin juin, n’oubliez pas :

- De répondre à l’enquête publique sur la privatisation de la rue Condorcet

C’est la rue qui relie le métro Paul-Vaillant-Couturier au centre ville en passant derrière le garage Ford. Le maire veut la vendre à un promoteur. Natalie Gandais avait expliqué son opposition en conseil municipal.

Voici l’affiche de l’enquête publique, avec le mode d’emploi, jusqu’au 4 juillet (le mieux est de voir le commissaire enquêteur le 29 juin ) :

- Et si possible, d’assister au conseil municipal du 24 juin, à 19 h 30
Ce sera le dernier avant le mois d’octobre : la crise du personnel municipal est telle que le conseil de septembre est supprimé...