L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Élections professionnelles : une liste « officielle » le Bohellec (...)

Imprimez !
26 novembre 2018

Élections professionnelles : une liste « officielle » le Bohellec ?

Les élections professionnelles du personnel de la Ville ont lieu dans une semaine. Surprise : un nouveau syndicat est en lice… qui s’affiche avec le maire.

Longtemps il y a eu, aux élections professionnelles de Villejuif : les deux syndicats (cadres et employés) appartenant à la confédération CGT, plus un autre syndicat moins soupçonné d’être "lié" à l’employeur de l’époque, la mairie PCF : en général la CFDT. Cela n’empêchait pas tous ces syndicats de s’opposer ensemble à telle ou telle décision de M. Cosnier ou de Mme Cordillot.

Aux dernières élections de délégués du personnel, dans le contexte de l’Union citoyenne, cette multiplicité syndicale n’est plus apparue utile et tout le monde a voté pour les listes CGT. D’autant que les liens de la CGT et du PCF sont depuis longtemps distendus.

Mais cette année, surprise : un nouveau syndicat entre en lice. Et curieusement il se pavane sur internet… avec le maire !

Il faut dire que nous étions prévenus : dans le VNV de Juin, la tribune des élus du groupe Bohellec (LR) se terminait par un avertissement : « Nous ne lâcherons rien et espérons qu’aux prochaines élections professionnelles, les agents de la Ville puissent désigner des représentants plus constructifs. » C’était annoncer la naissance d’un syndicat « officiel » lié à l’employeur. Depuis, F. Le Bohellec fait campagne, réunissant des salariés par petits groupes pour les appeler à voter pour un autre syndicat. Oui, mais lequel ?

Eh bien, il est né le divin enfant, il s’appelle d’ailleurs CFTC : Confédération française des travailleurs chrétiens. L’accouchement ne s’est pas fait sans mal : il fallut confier sa pub Facebook à une mère porteuse, la CFTC départementale de Seine Saint Denis !!

C’est vrai que, si l’adjectif "chrétien" se discute, on ne peut nier comme un air de famille :

Pourquoi ce recours (de poids) à la CFTC de Seine Saint Denis ? Peut-être parce qu’il n’y avait pas assez de monde à Villejuif pour porter le nouveau bébé. Il y a pourtant une CFTC à Villejuif, siégeant à la Bourse du travail. Mais voilà : le maire a tenté de l’expulser, comme tous les autres syndicats, de la Bourse du travail (et a été condamné par la justice).

Deux candidats de la "liste CFTC" nient même avoir fait acte de candidature et sont venus demander à la CGT…. comment ils pourraient enlever leur nom de la liste CFTC ! La question, selon Le Parisien, est désormais posée au tribunal administratif.

Mais bon, si une telle tendance existe parmi les agents de Villejuif, elle a le droit d’être représentée. En tant qu’association villejuifoise, nous espérons simplement être traitée par elle plus impartialement que par le maire : après tout, c’est nous, contribuables, qui payons…

D’ailleurs, le maire le précise au Parisien : "Contacté, Franck Le Bohellec souligne qu’« aucun membre de son cabinet n’est présent sur cette liste. »"
Nous voici rassurés !

Partager

Commentaires

3 Messages

  • Fernandez Mejias pascale 27 novembre
    21:23

    Bonsoir
    il est trop tard il fallait réfléchir en 2014 facile de crié au loup, moi j’oublie pas et la haine reste en moi « il faut que Cordillot dégage » du moment que le couple

    repondre message

  • Totoro 3 décembre
    09:19

    "D’ailleurs, le maire le précise au Parisien : "Contacté, Franck Le Bohellec souligne qu’« aucun membre de son cabinet n’est présent sur cette liste. »""

    ... Sauf sa secrétaire, qui a opportunément changé de service pour devenir nouvelle assistante de la "nouvelle" DirCom (ancienne de son cabinet également). Passons sur la tête de liste, ancienne assistante des élus de la majorité ou la secrétaire personnelle du Directeur Général... Et on pourrait dérouler ainsi la liste.

    Pensent ils que ce gloubiboulga va tromper quelqu’un ?

    repondre message

  • Alain Lipietz 9 décembre
    19:04

    Bien qu’on ait pu voter pendant trois jours, le passage au vote électronique provoque un effondrement de la participation, de 47% en 2014 à 39,9% cette semaine (1406 inscrits, 561 votants, 44 blancs ou nuls).
    Les syndicats l’avaient prédit en Comité Technique Parasitaire, face à la maire adjointe et au DGS qui en espéraient une participation de 60% !

    Contrairement à ce qu’il a annoncé au Parisien, le maire n’est pas parvenu à recruter une liste CFTC sans y placer le personnel de son cabinet. La tête de liste était la secrétaire de cabinet des élus de droite, la 3e de liste sa propre secrétaire de cabinet…

    Résultat sans appel : 76,6 % (396) des exprimés pour la CGT, 23,4 % (121) pour la Cftc.
    Ce 77-23 est un score semblable à la « détestation de Macron », selon les sondages, dans la population… alors qu’en 2014 l’élection de l’Union citoyenne avait provoqué une poussée d’espoirs dans le personnel.

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article949