L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Les associations font de la résistance

Imprimez !
21 septembre 2018
Alain Lipietz

Les associations font de la résistance

Grande réussite du forum des associations samedi dernier. Malgré les mauvais traitements qu’elles subissent parfois du maire, elles portent l’espoir.

En 2014 l’Union citoyenne se présentait comme liste issue des associations (en particulier la nôtre : L‘Avenir à Villejuif). Mais depuis 2016 et l’éclatement de l’Union citoyenne suite au scandale de la Halle des sports, le maire F. le Bohellec et sa maire adjointe C. Casel s’attachent à étouffer les associations … sauf celles qu’elle et lui contrôlent directement.

Mais les bénévoles aiment leurs concitoyens, aiment ce qu’ils font : ils continuent ! Et le soleil brille, brille, brille :

L’offensive du maire contre les associations

Diminution vertigineuse des subventions ou même refus pur et simple, exigences de plus en plus bureaucratiques pour obtenir quoi que ce soit (la mairie demande les statuts des associations, quinze jours après le bilan financier, et ainsi de suite), locaux interdits… On se demande comme font ces bénévoles qui s’obstinent à apporter un peu de joie et des services aux Villejuifois...

Le prétexte du maire ? Les associations « ne sont pas au service des Villejuifois ». Le maire a ainsi supprimé tout soutien aux associations s’occupant de problème généraux par exemple contre le racisme ou pour la paix, sous prétexte qu’il faudrait subventionner aussi les associations soutenant une opinion contraire (pour le racisme et pour la guerre ???) Puis il s’est attaqué aux associations de parents d’élèves (parce que l’éducation nationale n’est pas un problème villejuifois) et maintenant aux amicales de locataires (sans doute parce que chaque amicale ne couvre pas tout Villejuif)…

Pourtant les bénévoles, comme les usagers des associations, sont aussi des contribuables villejuifois. La différence c’est qu’en plus ils donnent leur temps, font vivre les clubs sportifs, le soutien scolaire, les loisirs, les fêtes. Il y a d’ailleurs de moins en moins de fêtes, car certaines comme la Nuit Blanche étaient entièrement réalisées par des bénévoles.

Succès du forum des associations

Tout ce samedi on pouvait donc déambuler en centre-ville entre les stands des associations. Pourtant le maire avait choisi la date, pendant la Fête de l’Huma, pour diminuer la fréquentation, et la veille de de la Journée du Patrimoine pour ne pas avoir à en organiser une (en revanche on pouvait aller à la fête du spectacle de rue organisée par le Théâtre Romain Rolland, propriété du Grand Orly Seine Bièvre). Il y a trois ans, on pouvait de week-end en week-end participer successivement à toutes ces fêtes ! (Voir les photos, sur ce site, des fêtes précédentes).

Mais le soleil était de la partie et, avec ou sans subvention, on ne manquait pas de bras pour installer et animer les stands. Dans différent stands, on pouvait remarquer des adhérent.e.s et élu.e.s de L’avenir à Villejuif mettant la main à la pâte :

Le public n’imagine pas le travail qu’il y a derrière une fête associative ! Ainsi, une association d’aide au devoir s’est vue attribuer une petite table par la mairie, avec consigne de réaliser des animations pour les enfants ! Alors qu’elle devait d’abord se servir de la table pour prendre des inscriptions. Les associations ayant déjà une certaine ampleur sont donc venues avec leur propre matériel.

Par exemple la Grande Ourse, qui promeut une nourriture saine et bio, et démontre qu’on peut faire des plats excellents et pas chers à partir de produits végétaux, a pu installer 7 tables supplémentaires, 18 chaises, 4 parasols : manquait plus que la Marne pour faire une guinguette… (voir les photos et le menu sur son site)

La Grande Ourse en a profité pour vendre un joli petit livre de 35 recettes (végétariennes) du monde entier proposées par les habitant-e-s de tous les quartiers de Villejuif. Désormais, on le trouve dans la plupart des librairies et marchands de journaux de Villejuif, ou on peut le commander sur son site.

Pourquoi tant de haine ?

De la part du maire, ce n’est pas un problème d’argent. Encore une fois, en 2014 et 2015, au temps de l’Union citoyenne, Villejuif allait de fête en fête, presque tous les week-ends à la belle saison, en centre-ville ou dans les quartiers. Et le maire a dépensé l’an dernier pour le fonctionnement de la ville 12,5 millions de moins que ce qu’il a prélevé sur les Villejuifois ou reçu en subvention : de l’argent, il en a. Une augmentation d’impôt de 800 000 euros votée en 2015 pour faire face à la crise (alors réelle) des finances de la ville est pourtant reconduite tous les ans, même cette année !

Nous avons vu l’argument officiel : une association ne s’adresse pas à « tous » les Villejuifois. Et alors ? F le Bohellec ne représente que 17 % des Villejuifois, il n’est maire que grâce à une alliance dont les trois autres têtes de listes, effarés par son comportement, sont désormais dans l’opposition… Il considère pourtant que le budget de la ville est « l’argent du maire », alors que tous les Villejuifois paient des impôts locaux et n’utilisent pas non plus tous les services de la mairie !

En réalité, le maire se comporte de plus en plus comme le dictateur d’un pays du tiers monde qui décide de tout pour les autres, depuis sa bulle. Par exemple il a décidé que « le bio, c’est trop cher donc pas pour les Villejuifois » : pas plus de 30% dans les cantines alors que des villes voisines s’acheminent vers 50% et visent les 100%. Donc, seulement une minuscule subvention de fonctionnement de 200 euros pour la Grande Ourse qui justement fait la publicité de repas bios, bons et pas chers, et 300 euros de contribution au livre de cuisine.

Mais pour les Villejuifois la démocratie se vit au quotidien. Ce n’est pas un homme élu il y a quatre ans au sein d’une alliance qu’il a trahi qui va décider de ce qu’on mange, si on a le droit ou pas de se soucier de sa santé et de ce qu’on donne à manger à ses enfants, à quels loisirs on a droit, etc.

C’est à cela que sert la vie associative : ce que le maire (ou l’État) refuse de faire pour nous avec notre argent, on se décarcasse pour le faire nous-mêmes. Et on réclame un soutien de la mairie, parce que c’est notre ville à tous.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article907