L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Législatives à Villejuif : nous avons notre préférence, mais…

Imprimez !
25 mai 2017
Alain Lipietz

Législatives à Villejuif : nous avons notre préférence, mais…

L’Avenir à Villejuif est pluraliste : ouverte à toutes les personnes soucieuses de probité, de démocratie, d’écologie et de solidarité. Nous ne présentons pas de candidats aux législatives, ce qui ne nous empêche pas d’avoir des préférences ! Analyse des candidatures à Villejuif.

Certes, aux élections départementales de 2015, nous avions composé une « quadruplette » Avenir à Villejuif-EELV, car il s’agissait des affaires de Villejuif. Mais pour les élections législatives des 11 et 18 juin, comme d’ailleurs à la présidentielle, nous ne soutenons officiellement personne, car nos adhérents choisissent aux élections nationales des candidats différents.

Cependant, les élections législatives ont aussi une dimension locale. Villejuif représente la moitié de la circonscription (le reste, c’est Cachan, Arcueil, Gentilly). Et nous connaissons personnellement un certain nombre de candidats ou remplaçants, nous pouvons donc nous faire une idée à leur sujet (voir la liste des candidats ici).

Outre les questions d’écologie et de solidarité, nous sommes attentifs au renforcement de de la démocratie et à la position des différents partis dans la lutte pour la probité et contre la corruption. Un de nos tests est l’attitude des un-e-s et des autres dans l’affaire de la Halle des Sports, expérience en vraie grandeur d’une tentative de moraliser la vie politique.

Marianne Jaouen, candidate de EELV

C’est la seule à avoir demandé à rencontrer l’association Avenir à Villejuif, comme elle rencontre les associations de même nature, telle Décidons Notre Ville à Cachan. Ce n’est pas une surprise : nous sommes en accord avec elle, que ce soit quant au rôle des associations politiques locales comme la notre, la lutte contre la densification excessives de Villejuif et la sauvegarde de ses espaces verts comme le Parc des Hautes –Bruyères. Son suppléant est Daniel Breuiller, ancien maire (EELV) d’Arcueil.

Si tous les membres de notre association présents l’ont accueillie favorablement (et voteront vraisemblablement pour elle), nous lui avons expliqué ne pas pouvoir mettre notre logo sur ses affiches, du fait de notre pluralisme. Certains des présents lors de sa venue avaient d’ailleurs voté Macron ou Mélenchon au premier tour de la présidentielle (sans compter les anars). Mais il est clair que pour soutenir l’action, qui sera difficile, de Nicolas Hulot au gouvernement, ou pour porter à l’assemblée nationale le programme commun Hamon-Jadot, c’est le meilleur vote. Et elle a naturellement le complet soutien du groupe local EELV de Villejuif.

Les droites

Nous assistons à un éclatement effarant de la droite.

Il y a d’abord la candidate officielle du parti Les Républicains : Audrey Gaudron, remplaçant : Alain Ospital, de l’UDI. Nous les connaissons pas, mais Audrey Gaudron a parcouru le vide-grenier de Villejuif, dimanche dernier, cornaquée par Franck le Bohellec et Marhouf Bounegta : deux personnages qui ont joué un rôle clé dans l’affaire de la Halle des Sports. Il est exclu de voter pour de telles fréquentations…

Il y a un an, l’UDI avait investi M. Ospital et … Edouard Obadia, autre maire-adjoint de Villejuif. Il semble qu’un accord se soit fait entre LR et UDI, mais on constate la candidature de Mme Marine Voisin, UDRL, ce qui est le nom de l’association de financement de l’UDI. Et il y a aussi Jean-François Harel, beaucoup plus connu des Villejuifois, qui a longtemps porté les couleurs de l’UDI (avant sa rupture avec E. Obadia), et qui a pourtant rejoint la nouvelle majorité du maire, FN-droite-Modem, lors du vote du budget 2017.

Mais chez les LR, ça ne va pas mieux ! Michel Monin, maire-adjoint aux sports, dont on connaît le rôle néfaste au sein du mouvement sportif villejuifois, se présente lui aussi en dissident. Et il y a bien sûr les candidature de Debout la France (le parti de Dupont-Aignan), de l’UPR (le parti de Asselineau), et bien entendu Alexandre Gaborit pour le FN…

La nouvelle majorité de Franck le Bohellec est donc largement représentée !

La République en Marche

Elle est représentée par Albane Gaillot, de la liste de Ph.Vidal (VNV) aux dernières municipales. Or ce groupe est le noyau, à Villejuif, du parti La République en Marche. Nous ne connaissons que de vue Mme Gaillot, mais nous avons la "chance" de connaître son parti à la fois nationalement et localement : Ph. Vidal, son directeur de campagne, fut maire-adjoint aux finances dès l’élection de l’Union citoyenne.

Il s’est toujours déclaré pour le soutien à la politique du gouvernement Valls et de son ministre Macron. Il a même amplifié la politique d’austérité dictée par E. Macron aux collectivités locales (moins 11 milliards) et s’apprête à défendre la vague suivante d’économie proposée par E. Macron (moins dix milliards pour le prochain quinquennat, le financement des villes par la taxe d’habitation étant remplacé par une nouvelle dotation de l’État central).

Ainsi, de même que E. Macron propose de supprimer 150 000 postes dans la fonction publique, Ph. Vidal a réduit drastiquement le financement de tous les services aux Villejuifois. Son groupe fut l’un des partisans de la vente de la Bourse du travail aux promoteurs et de l’expulsion du Chêne. Dans l’affaire de la Halle des Sports, ce groupe soutint résolument la manoeuvre de favoritisme malgré nos avertissements et les preuves que nous leur présentions. Il fut "en accord parfait " (voir ici, point 5), avec les deux groupes de droite, pour menacer Natalie Gandais de destitution si elle persistait à signaler ses soupçons de favoritisme à la Procureure de la République, puis à la destituer, provoquant ainsi le départ de L’Avenir à Villejuif et faisant exploser l’Union citoyenne.

Depuis quelque mois, Ph. Vidal s’est toutefois retrouvé en conflit avec le maire le Bohellec, qui lui a retiré ses délégations et fera voter la semaine prochaine sa destitution. Il prétend depuis lors s’inquiéter du favoritisme dans l’affaire de la Halle des sports. Ce qui est très bien, mais... tardif. Et avant de partir, pour devenir directeur de campagne de Mme Gaillot, il a laissé un beau cadeau aux salariés de la ville : une plainte pour excès de salaires, visant selon les "marcheurs" quelques cadres supérieurs, mais éclaboussant en fait tout le personnel. Et bien sur le maire a saisi la balle au bond : plusieurs agents ont vu diminuer d’une à plusieurs centaines d’euros leur feuille de paie, et craignent un rappel sur plusieurs années. Comme par hasard, il s’agit des plus dévoués dans l’action culturelle ou la démocratie participative. Bravo les artistes !

Le président du groupe macroniste au conseil municipal, M. Nunes, vient d’ailleurs de tenter de mouiller publiquement, sur Facebook, les services de la Ville, en prétendant qu’ils étaient « pour » le candidat favorisé dans l’affaire de la Halle des sports (ce qui est faux et il le sait très bien). Et ses collègues, malgré l’annonce faite sur le site de VNV ne démissionneront vraisemblablement pas de la nouvelle majorité villejuifoise FN-droite-Modem…

Bref, et indépendamment de ce qu’on pense d’E. Macron au niveau national, les macronistes de Villejuif laissent mal augurer de la moralisation de la vie politique.

Les gauches "irréconciliables"

Il y a comme d’habitude les 3 « grandes » tendances trotskystes, avec chacune leur candidats. Seule la tendance LO ( Christine Mazurier) nous est connue par la participation sympathique d’un de ses membres à la vie associative locale.

Il y a surtout le PCF et le PS. L’Avenir à Villejuif est largement issue du rejet par les Villejuifois de la politique de ces deux partis. Certains de leurs élus ont déclaré une guerre inextinguible à L’Avenir à Villeljuif : ils ont essayé de nous faire taire, et de faire taire quiconque critiquerait les pratiques municipales anciennes, par un procès en diffamation. Soi-disant pour « laver leur honneur » !! La Cour ne nous a condamné ni a retirer nos propos, ni à les démentir dans la presse, mais ils ont quand même obtenu l’équivalent de 1 an et 3 mois de smic en dommages et intérêts et frais d’avocat, ce qui reste très dissuasif pour les habitants moyens de Villejuif qui seraient tentés de critiquer à nouveau la période Cordillot à Villejuif. Et, visant des "concurrents" politiques, il s’agit évidemment de diminuer notre capacité d’action sur Villejuif (soutien au mouvement associatif, impression de tracts, organisation de réunions-débats, etc).

Le caractère électoraliste de ce procès a de nouveau éclaté avec une « tribune » suicidaire des élus socialistes dans le bulletin municipal Villejuif notre Ville, délivrant une version mensongère du jugement, comme s’il était urgent, en pleine campagne présidentielle de maudire leurs alliés pour B. Hamon. Et le PCF en a fit autant en première page d’un bulletin diffusé dans toute la ville.

Toutefois ill ne s’agit pas d’une hostilité contre les seuls écologistes de Villejuif, « coupables » de n’avoir pas cherché à fusionner avec la liste Cordillot en 2014. Il y a quinze jours, devant le risque de voir notre 11e circonscription basculer à droite du fait de la dispersion de la gauche, EÉLV a proposé au PS de fusionner leurs candidatures : Hélène de Comarmond, maire-adjointe socialiste de Cachan (considérée comme écolo-compatible de par son travail au Conseil départemental), serait candidate avec comme suppléant Daniel Breuiller, EELV, le populaire maire d’Arcueil qui a démissionné pour se consacrer au conseil de la Métropole du Grand Paris. Refusé ! Le PS a préféré garder comme suppléante Sophie Taillé-Polian, élue villejuifoise et auteure de la fameuse tribune contre nous. Le PS préfère perdre tout seul que gagner avec les écologistes ? C’est son choix...

Nous ne connaissons pas la candidate du PCF, Catherine Dos Santos, quoiqu’elle soit de Villejuif. En revanche son remplaçant s’est distingué en conduisant l’occupation de la salle du conseil de Villejuif pour empêcher la tenue du Conseil municipal de février 2015 (photo ici) : attitude indigne de la part d’une personne qui postule à la représentation républicaine. La violence contre une décision grave et injuste peut être légitime, la violence pour empêcher de débattre du budget municipal est inacceptable.

Par ailleurs, les élus de ces deux partis ont refusé de nous soutenir sur la Halle des Sports. Ils ont soutenu, pour certains d’entre eux (mais pas tous les élus communistes) le coup de force de la Sadev contre le Parc des Hautes-Bruyères et voté la destruction d’un quart du Parc, etc.

Bref, il nous semble difficile de leur accorder nos voix au premier tour, même si beaucoup de leurs militants et adhérents, et certains de leurs élus, ont un rapport tout-à-fait amical avec nous, nous pressent de « refaire l’unité » avant les prochaines municipales, etc. Il est à craindre qu’il ne leur faille d’abord faire le ménage chez eux.

En revanche, nous n’avons guère de problème avec le Parti de Gauche de Villejuif, noyau de La France Insoumise dans notre ville (mis à part un texte contre nous, d’une insigne vulgarité, il y a deux ans : mais il y a prescription !). Nous rencontrons souvent ses militants dans les associations, et nous nous entendons bien avec celle qui avait été leur unique élue au conseil municipale en 2014, Gaëlle Leydier.

Les « petits » candidats

Je parle de ceux qui ne peuvent espérer qu’un score dérisoire et qui ne correspondent pas à ces forces politiques qui, selon la Constitution, concourent à l’expression de la volonté nationale.. Nous en avons déjà évoqué plusieurs, mais il y a en d’autres… Leur but, en participant aux élections, est plutôt de financer leur parti ou de se financer aux mêmes. En effet, le financement de la vie politique par l’Etat est proportionnel au nombre de voix recueillies aux élections législatives. Mais il y une limite : il faut se présenter (et obtenir 1%) dans au moins 50 circonscriptions.

C’est le cas de l’AEI, « Alliance écologiste indépendante ». Ne pas confondre avec les anciens partis d’Antoine Waechter, ou de Brice Lalonde. On ne rencontre l’AEI dans aucune lutte écologiste, il s’agit seulement de récolter de l’argent.

Mais la nouveauté, c’est le parti « Caisse Claire ». C’est clair : son but, c’est la caisse. Vous ne représentez que vous mêmes, mais vous voulez recueillir des sous grâce aux élections ? Vous vous affiliez à Caisse Claire ! Il y ainsi deux candidats « Caisse Claire » sur notre circonscription. On n’arrête pas le progrès.

Partager

Commentaires

6 Messages

  • Sylvie 25 mai
    22:03

    Ce que je sais d’Albane Gaillot. Outre qu’elle est jolie et élégante, qu’elle a une famille adorable, elle est connue des parents d’élèves dans le quartier nord et elle a un réseau social très étendu, qu’elle met en action chaque fois qu’on la sollicite pour de bonnes causes (cela a été le cas par exemple lorsqu’il a fallu collecter des vêtements pour la famille dont l’appartement avait brûlé à Pasteur). C’est une grande fille toute simple, pas du tout m’as-tu-vu, qui se métamorphose pour jouer avec drôlerie et talent dans les pièces de la compagnie L’Arbre à coulisses. A mon avis elle aurait dû être avec l’Avenir à Villejuif, mais nul n’est parfait... A part ça, comme je veux rester polie je ne dirai pas ce que je pense de M. Vidal ni du programme et du gouvernement macroniens.

    repondre message

  • Paulo nunes 26 mai
    21:14

    Alain...tu peux répéter à tue têtes de contre vérités , elles ne deviendront pas vraies pour autant... ma réponse se fera ici même pour que tout le monde ait les mêmes informations. En tout cas je n ai jamais fait de chantage à Natalie gandais pour qu’elle retire sa plainte contre son maintien. Nous n avons que répéter que nous suivions les conclusions de l administration...et que si Natalie avait plus de infos qu elle aille en justice . Enfin faudrait aussi Alain rappeler que vous etiez prêts à ne pas saisir le procureur si nous permettions la désignation du candidat sogemprom favori de Natalie. ..sans parler que vous les avez contactés avant la commission des appels offre pour voir si ils pouvaient se arranger entre eux directement. .. pourquoi vous ne dites pas tout ca également. ?

    repondre message

    • Natalie Gandais 27 mai
      18:01

      Cause toujours, Paulo Nunes, invente, refais l’histoire, la justice tranchera.

      repondre message

    • Alain Lipietz 27 mai
      19:51

      Oui, c’est vraiment curieux ! Tout ce que tu contestes est sur notre site, preuves à l’appui, et ces preuves sont entre les mains de la Brigade financière de la Préfecture de Police, y compris de chantage de vos 3 groupes (les deux de droite et votre groupe, « en accord « parfait »), formulé le 8 janvier 2016 et confirmé par mail (cf le lien dans l’article). À l’exception d’une pièce : le volumineux rapport des services, trop lourd pour que nous le mettions sur le site, mais que nous t’ avions communiqué avant le vote (et bien sûr à la police). Rapport qui concluait clairement en faveur du candidat Sogeprom.
      Détail amusant de ton dernier message : si la droite et Mme Cordillot avaient suivi cette position des services , en quoi aurait constitué le favoritisme ?? Et pourquoi Natalie aurait-elle dû quand même signaler le délit à la Procureure de la République ???? Y a-t-il encore des choses que nous n’aurions pas sues ;-) ? (Je te rappelle que Ph. Vidal, après avoir téléphoné aux services pour « vérifier » , a préféré s’abstenir en CAO, mais a néanmoins voté l’exclusion de Natalie puis voté la vente du terrain au promoteur bénéficiaire du délit allégué).
      « L’avenir du passé est incertain », disait-on en Union Soviétique. Il y a quand même des critères : nous, nous montrons des archives, des emails, des lettres. Vous vous contentez de clamer « c’est pas moi M’dame ! et d’ailleurs je savais pas ! et d’ailleurs j’aurais plein de chose à dire ! »

      repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article743