L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Une majorité du FN au Modem. Bilan des ZAC.

Imprimez !
17 avril 2017
Alain Lipietz

Une majorité du FN au Modem. Bilan des ZAC.

Avec le temps, on en sait un peu plus sur la « nouvelle majorité » de UNE voix qui a accepté de voter le budget 2017.

La « nouvelle majorité »

Tout d’abord il se confirme que M. Harel et Mme Dumont–Monnet (qui s’était associée un temps au groupe Vidal) ont rejoint cette majorité, mais pas Mme Tijeras. À l’exception de celle-ci, la totalité de l’ancienne liste Harel (UDI) a donc finalement rejoint cette majorité (LR).

Par ailleurs, deux élus de la liste Vidal ont rejoint la droite depuis plus d’un an : Mme Casel et M. Lecavelier.

Enfin, il semble bien que l’élu FN, M. Gaborit, ait apporté son soutien à ce budget, après que le maire l’en ait supplié pendant plus d’une heure le matin même dans son bureau.

Au contraire, les 3 élus restants de la liste Vidal et l’autre associée à ce groupe, Mme Loudière, semblent désormais s’écarter de la majorité, y compris en révisant leur point de vue sur l’affaire de la Halle des sports.

Tout ceci ne peut être prouvé (au moins deux personnes ont profité du vote secret pour mentir à leur voisin sur ce qu’ils allaient voter) mais c’est assez raisonnablement établi. D’ailleurs la page « Adjoints aux maires, conseillers municipaux » du site de la Ville est en chantier, on en saura plus quand elle rouvrira.

Ainsi, la nouvelle majorité villejuifoise regroupe toute la droite et l’extrême droite, du FN au Modem en passant par LR et l’UDI. C’est même probablement l’une des rares villes où Modem et FN participent à la même majorité.

Le bilan des ZAC

Revenons maintenant au compte-rendu de ce conseil municipal, où l’on n’a pas parlé que du budget !

Un premier rapport (208) crée un périmètre de sauvegarde des commerces de proximité en centre-ville. Gaëlle Leydier (pour le Parti de Gauche) et moi (pour l’Avenir à Villejuif) critiquons la maigreur du budget mais approuvons l’outil. Mme Tijeras préfère fustiger l’échec de F. le Bohellec et de Mme Duboille à revivifier le centre-ville.

On vote : unanimité pour, sauf le PS et Mme Tijeras qui s’abstiennent.

On en arrive enfin, rapport 206, à la « vraie « clôture des ZAC », Centre-Ville, Pasteur et Guipons. Comment ça ? Ces ZAC ne sont elles pas vieilles d’un quart de siècle et terminées depuis belle lurette ? ? N’avait-elles pas été officiellement closes en 2014, à la toute fin de la mandature Cordillot ?

Hélas ! Comme elles présentaient un excédent d’un peu moins de 4 millions d’euros, que l’aménageur, la SADEV, devait reverser à la Ville, la Sadev traina les pieds, chipotant des détails à régler. Pendant les 20 mois où Natalie Gandais était première adjointe et Philippe Vidal adjoint aux finances, ils eurent beau s’acharner à récupérer cet argent dont la Ville avait tant besoin, rien à faire. Le maire F. le Bohellec préférait être « gentil » avec la Sadev pour être enfin payé, d’où son attitude conciliante sur les autres ZAC (toutes attribuées, ô surprise ! à la même Sadev).

L’accord est enfin intervenu, sur le même montant total qu’en 2014, à un millier d’euros près. Mais la Sadev aura pu, pendant trois ans, faire sa trésorerie sur le dos des Villejuifois.

On vote cet accord définitif. Les Guipons sont bénéficiaires, les autres déficitaires (ligne 5 du tableau ci-dessous). Compte tenu des diverses subventions que les municipalités précédentes s’étaient engagées à mettre au pot (ligne 4), mais que la municipalité Cordillot n’avait pas entièrement versées, nous sommes loin de tout récupérer : ligne 9 ce qu’il reste à récupérer… ou à verser. Mais au total (ligne 10), cela fait effectivement 3 millions 754000 euros que la Sadev doit nous verser, et qui iront au budget 2017 (si la Sadev ne trouve pas de nouveaux prétextes).

Extase des partisans de l’ancienne liste Cordillot : « Vous voyez bien que les ZAC ça rapporte ! Elles que vous avez critiquées pendant 20 ans… ». Et c’est vrai que nous, les écologistes et les associations de quartier, les avons critiquées, et critiqué la Sadev et la Sidéco, ancêtre de la Sadev, du temps de Villejuif – Autrement, ancêtre de L’Avenir à Villejuif.

J’interviens pour mettre un bémol en rapprochant les différents chiffres. En fait, si l’on additionne le total des subventions versées à la SADEV (ligne 4) et les gains ou les déficits qu’il faut solder à la clôture (ligne 5), ces 3 ZAC ont rapporté à la Ville 328 235 euros (lignes 6 = 4+5, et ligne 7 = somme des 6 pour les trois opérations) en 25 ans : quasiment une opérations blanche…

D’ailleurs c’est le but du jeu : une ZAC doit normalement faire payer aux promoteurs les équipements qui y sont inclus, elle n’est pas faite pour rapporter à la Ville un excédent, mais des équipements publics. Il est donc normal que Les Guipons (où les équipements publics se limitent à une crèche) soient excédentaire, alors que Villejuif a dû mettre la main à la poche pour la ZAC Centre Ville (avec la Médiathèque, la place P-Y Cosnier… mais pas le parking couvert qui avait pourtant été promis !)

Mais le vrai coût pour les Villejuifois, qui a sans doute largement contribué à la défaite de la liste Cordillot, c’est la brutalité de ces restructurations, qui ont détruit un centre villageois et les derniers restes du château de Saint-Romain (la superbe porte bleue des « communs » avec sa jolie placette derrière, rue René Hamon), alors que des villes voisines sauvegardaient précieusement qui faisait le « cachet » de nos banlieues faubourgeoises ou encore agricoles. Ce sont les expropriations qui ont déraciné tant de familles, et fait mourir de vieux propriétaires. C’est une décennie où ceux qui restaient devaient attendre, au milieu des friches et des immeubles murés ou squattés, que commencent enfin les travaux, bloqués par la crise immobilière qui a suivi l’accord de Maastricht et l’envolée des taux d’intérêt réels.

Fallait-il verser un tel tribut au « développement » ?

Le compte-rendu du conseil municipal du 31 mars 2017 est en 3 parties :

1. Budget : la majorité tient à un fil… mais lequel ?

2. Une majorité du FN au Modem. Bilan des ZAC.

3. Trucage dans le mouvement sportif. Conversions à la police municipale.

Partager

Commentaires

1 Message

  • Sylvie 21 avril
    13:01

    Les Villejuifois en parlent encore tout le temps, ils ne digèrent pas toutes les destructions qui ont rendu leur ville aussi moche et brisé ce qui faisait son histoire et son identité. Aujourd’hui, le Grand Paris, les gares, le pôle santé, la population qui va arriver, ce pourrait être une nouvelle histoire qui commence, mais qu’a prévu la municipalité en termes de culture, d’innovation, d’insertion, de formation, d’écologie, de cohésion sociale, pour accompagner ce développement et utiliser les talents et compétences présents sur notre territoire ? Victor, pourquoi es-tu parti, au revoir l’université populaire bonjour la ville dortoir...

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article735