L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Émouvante soirée de solidarité France-Algérie

Imprimez !
9 décembre 2016
Alain Lipietz

Émouvante soirée de solidarité France-Algérie

C’était la première initiative de l’Auberge des Idées désormais réinstallée au Portail. Témoignages poignants des jeunes et des moins jeunes (mais toujours jeunes dans leur tête).

Nous avions annoncé cette réunion, mais tout le monde n’a peut-être pas compris que « Génération 2010 » n’est autre que l’association représentant l’Auberge des idées. L’Auberge et son équipe, autour de Gilbert Gonet, ont été bien longtemps, avec la MPT voisine Jules-Vallès, la seule petite lumière allumée dans ce quartier Pasteur, pour le débat, la culture , l’aide aux devoirs…

Mais le propriétaire de leur grande maison de brique a augmenté son loyer… mais les subventions ont diminué… mais le Val de Bièvre a disparu… Il a fallu partir. L’équipe a trouvé refuge dans un loft voisin, lui-même occupé à titre précaire, Le Portail. Elle y occupe un bureau encore encombré de cartons et donc, ce soir là, pour la première fois, elle utilise la salle de spectacle.

Les jeunes musiciens

Le point de départ de cette soirée de solidarité France–Algérie est le voyage d’un groupe de jeunes musiciens villejuifois, H’nawentouma, parti étudier sur place un rythme musical maghrébin, le six-huit ! Plus précisément ils doivent se rendre pour un stage dans une auberge « sœur » en Petite Kabylie, à Aïn Lagradj. Mais très vite on les invite aussi à l’autre bout de la côte algérienne, à Oran, et aussi à Alger. Bref un beau voyage, que film une fille du groupe : un « documentaire » très sympa. (C’est raconté ici, à la date du 11 juin

On apprendra, par leurs émouvants témoignages que tous ces jeunes, dont les visages ne sont pas tous « maghrébins », ont tous un rapport avec l’Algérie d’où sont venus leurs parents. Pour eux c’était aussi un pèlerinage aux sources, arabes, amazigh ou pieds-noirs.

Les interventions : sur le codéveloppement

Leur « guide » (en musique et sur place) est Adelatif Laoufi, directeur de génération 2010 et président du groupe interculturel musical Afro-algéro-français, Gaâda Diwane de Bechar. Il a invité quelques intervenants.

Le premier, Mustapha Benchenan, universitaire spécialiste des relations internationales, fait une intervention d’une remarquable concision et clarté sur cette idée de codéveloppement. Il s’agit de mobiliser les immigrants pour aider au développement de leur pays d’origine. On évite ainsi les pièges de « éléphants blancs » (les gros investissements qui ne servent à rien) et de la corruption (de part et d’autre…)

Charles Condamines, qui conseilla bien des gouvernements en matière de codéveloppement (entre autres), raconte le dessèchement de cette idée à l’état de squelette. Pour les gouvernements actuels des pays développés, l’aide au développement, quelle qu’en soit la forme, n’a plus qu’un objectif : empêcher l’immigration ! Or le codéveloppement , la coopération, ne sont possibles que sur la base du respect mutuel.

Cette idée de respect enclenche l’intervention de Brahim Senouci, président de Génération 2010, très mobilisé sur les questions mémorielles. Il cite l’exemple d’une collection de crânes qui ne sont autres que les restes de victimes de la guerre de conquête française, et que la France refuse de rendre.

Les anciens de la guerre d’Algérie

Alain Desjardin, président de 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre) se lève, ému, pour lui répondre. Une intervention très forte. « Il faut bien comprendre que nous ne savions rien de tout cela, rien de la colonisation, rien de l’Algérie. Nous étions majoritairement une armée de paysans, mobilisés ou engagés pour fuir la surexploitation sur la terre de nos parents. Certains ne parlaient même que patois à leur incorporation et subissaient les brimades des sous-off. Mis en face des viols, des tortures, des massacres, des corvées de bois, ça a été un choc terrible, nous nous sommes conscientisés avec les moyens du bord — des copains intello, des aumôniers — et nous avons commencé à résister par des gestes à peine perceptibles. »

Ils sont une poignée de « 4ACG » dans la salle, forcément octogénaires. Ils furent dans leur jeunesse de ces héros anonymes dont on ne fera pas des timbres-postes ni des noms de rue. Aujourd’hui ils reversent leur pensions d’anciens combattants à 4ACG, qui finance des projets (écoles, hopitaux, etc) en Algérie, en Palestine, et aujourd’hui sollicitée par un camp de réfugiés syriens en Jordanie.

Je suis un ami de 55 ans d’Alain, qui deviendra à son retour un grand syndicaliste, puis un animateur important des marches sur le Larzac et sur Lip, de la Confédération paysanne, d’Accueil Paysan, des Verts. Son autobiographie, Une vie pour… Ici et là-bas, solidaire, est un magnifique témoignage sur ce que furent ces militants de la gauche ouvrière et paysanne de l’Après-Guerre, et en même temps sur toute une tranche de notre histoire.

A la sortie, Mohamed (de l’AMVB) me confie : « Je sais tout cela, cette situation des petits soldats français, et c’était déjà comme ça dès l’origine, en 1830, et je le répète aux Algériens. Maintenant que je suis retraité, je fais la navette entre mes deux pays d’origine, la Touraine et Tlemcen. Des deux cotés on a des ruines romaines ! » Il s’appuie, pour nouer la solidarité, sur l’archéologie, comme ici sur la musique…

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article673