L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Barbotages (1) : la Halle des Sports prend l’eau

Imprimez !
26 septembre 2016
Alain Lipietz

Barbotages (1) : la Halle des Sports prend l’eau

Comme prévu, le projet « favorisé » pour la Halle des Sports se noie dans la nappe phréatique.

On se souvient que, outre le prix, le projet « favorisé » de F. le Bohellec pour la Halle des Sports, celui de Demathieu et Bard (DB), différait de son principal concurrent (nettement plus avantageux financièrement) par un gros « détail » : le choix d’un gymnase semi-enterré. Son concurrent proposait un gymnase au niveau du sol.

Par les temps qui courent, un gymnase au niveau du sol présente de très sérieux avantages : salle beaucoup moins coûteuse à équiper (aux frais de la Ville), beaucoup plus agréable pour les élèves qui l’utilisent tous les jours, évacuation immédiate par de larges portes fenêtres vers le terrain de sport voisin en cas d’incendie ou d’attentat, etc.

Mais le risque principal pour le « candidat favorisé » et son gymnase semi-enterré était la nappe phréatique, qui affleure dans le coin. Tous les habitants des Lozaits le savent : les caves sont humides ou inondables, car Villejuif-sud est construit sur d’anciens marécages.

Malgré tous ces surcoûts et ces risques, le candidat "favorisé" dès les premiers jours a été imposé, pour le malheur des Villejuifois.

Et déjà, il y a un gros pépin : les sondages réalisés récemment montrent que le trou creusé dans le sol – c’est à dire dans la nappe — par le gymnase enterré attirera un énorme débit de flotte. A tel point que la Loi sur l’Eau exige alors une autorisation administrative. Il y en a pour un an à l’obtenir !

À la mairie et chez DB on se démène pour contourner la loi sur l’eau. DB envisage des fondations spéciales ( un grand bouchon sous le gymnase ?) pour se débarrasser du problème, repoussé vers les immeubles voisins des Lozaits…

Ce pépin, on s’en doutait. On s’en doutait tellement que ce fut l’une des batailles de Natalie Gandais lors des Comités de Pilotage et à la Commission d’Appel d’Offres sur le projet Halle des Sports, en janvier dernier : qui paierait les fondations spéciales pour se protéger des eaux souterraines, si on choisissait un gymnase enterré ? La Commission d’Appel d’Offres avait même été retardée d’une semaine pour étudier ce point.

Dans leur vaste tableau comparatif des différentes offres, les services de la Ville aussi avaient bien vu le piège. DB, qui affirmait que ces "éventuelles " fondations ne coûteraient pas plus de 450 000 euros ( tiens donc ? ), avertissait froidement qu’il ne prendrait à sa charge que 50 000 euros , le reste (donc, selon DB, 400 000 euros) aux frais de la Ville.

Son concurrent, mieux noté par les services concernés, s’engageait à prendre à sa charge tout surcoût dû aux fondations. Ce à quoi notre grand argentier P. Vidal, aussi perspicace en hydrologie qu’en économie, avait rétorqué qu’il ne s’agissait que d’un avantage imaginaire : il n’y avait pas de risque, selon lui, que le projet favori patauge dans la nappe phréatique, "donc" il ne fallait pas prendre en compte cette différence de coût de 400 000 euros au détriment de la Ville. Quant au pilote administratif, contredisant les services de la Ville, il affirma qu’il n’y aurait pas de problème.

Et bien si. On patauge. Les Villejuifois paieront-ils ?

Par lettre du 9 septembre, les élus L’Avenir à Villjuif ont attiré l’attention de Mme la sous-préfète de l’Haÿ les Roses sur ce point (et quelques autres).

Merci à l’association SOS Loire Vivante à qui nous avons emprunté ce logo.

***
L’article « Barbotages » est en trois parties :

Barbotages (1) : La Halle des Sports prend l’eau

Barbotages (2) : Noyade de la Halle des sports : le rôle du groupe Vidal

Barbotages (3) : L’Office municipal des sports risque le bouillon

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article624