L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > De Villejuif à St-Étienne de Rouvray

Imprimez !
30 juillet 2016
Alain Lipietz

De Villejuif à St-Étienne de Rouvray

En ce mois endeuillé par les actions terroristes, Les Ateliers de l’Avenir à Villejuif tiennent à exprimer tout particulièrement leur profonde solidarité avec la population de Saint Etienne de Rouvray.

C’est en effet à Villejuif que, pour la première fois, sur consigne du soi-disant État Islamique, un misérable a projeté deux attentats contre des églises chrétiennes. Une jeune femme de Caudry séjournant à Villejuif, Aurélie Châtelain, sans doute en se débattant lorsqu’il a tenté de s’emparer de sa voiture, a enrayé ce projet criminel et l’a payé de sa vie.

C’était il y a plus d’un an. Il aura donc fallu tout ce temps pour que l’État Islamique parvienne à recruter deux personnes assez lâches et assez stupides pour croire que l’assassinat d’un prêtre de plus de 80 ans en présence de trois religieuses âgées leur vaudrait le paradis.

Nous saluons, avec respect et espoir, les initiatives qui, dans toute la France, ont montré que ces actes aussi barbares qu’impies, loin de monter les croyants les uns contre les autres et les incroyants contre les croyants, ont suscité bien au contraire une vague de solidarité et des serments de compréhension réciproques, entre les différentes communautés religieuses, et des non-croyants envers les personnes menacées du fait de leur foi.

À Villejuif, comme cette semaine à Saint-Etienne de Rouvray, Chrétiens, Musulmans, Juifs, Bouddhistes avaient uni leurs prières et témoigné ensemble, dès le lendemain de l’événement et encore un an après, d’une volonté de dialogue et de respect mutuel plus forte qu’elle ne l’avait jamais été.

Au cours des siècles, notre pays a connu plusieurs vagues d’intolérance religieuse, que la République a peu à peu refoulées. La République « assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes » (loi de 1905, art. 1). Mais seule la mobilisation, la vigilance et le travail sur soi-même de tous ses habitants peuvent assurer à chacun cette double liberté.

Puisse le sourire du Père Hamel (nom qui signifie « espoir »), comme celui d’Aurélie Châtelain, nous éclairer dans la recherche de la paix, de la fraternité et de la solidarité.

Partager

Commentaires

7 Messages

  • Alain Lipietz 30 juillet 2016
    23:59

    L’Association des Musulmans du Val de Bièvre (AMVAB), l’Association des Musulmans de Villejuif (AMV), l’Association des Musulmans du Kremlin-Bicêtre (AMKB), l’Association Culturelle des Musulmans de L’Haÿ-les-Roses (MAHDI) et l’Association Cultuelle des Musulmans de L’Haÿ-les-Roses (ACMLHAŸ) s’associent une nouvelle fois afin de condamner avec force, le lâche assassinat du prêtre Jacques Hamel.

    En effet c’est avec effroi et horreur que nous avons appris l’attaque dont a été l’objet l’Eglise de Saint-Etienne-du-Rouvray quelques jours après l’attentat de Nice.

    Nous exprimons notre profonde compassion aux familles des victimes ainsi que notre totale solidarité avec l’ensemble des chrétiens de France.

    Nous appelons la nation, une fois de plus, à maintenir l’unité et ainsi ainsi déjouer les plans de divisions de ces assassins.

    Que Dieu fasse triompher la paix.

    repondre message

    • Natalie Gandais 31 juillet 2016
      18:34

      Hum, en attendant que le ciel nous aide, sans doute faudra-t-il que nous nous aidions nous-mêmes… Loin des récupérations et vitupérations des politiciens en campagne électorale, il y a probablement pour les acteurs de terrain des pistes d’actions à explorer ensemble.

      La radicalisation, on l’a vue venir sans vouloir y croire, comme un épiphénomène issu de quelques jeunes marginalisés, en se disant que ça allait leur passer comme une crise d’acné… De toute évidence on n’en est plus là.

      Il n’y a pas de solutions toutes faites, cependant la lutte contre cette calamité semble passer par la proximité. On va finir par regretter l’époque où les RG, que nous avons tant détestés, étaient omniprésents, espionnant le moindre manifestant, convoquant les responsables du Sel de Villejuif, débarquant à chaque événement anodin ! Finalement, à force de se mêler de tout et n’importe quoi peut-être ont-ils été pour quelque chose par le passé dans l’éradication des vagues d’attentats ?

      Peut-être manque-t-il aujourd’hui un travail de fourmi entre parents, amis, voisins, psys, spécialistes des sectes, éducateurs, enseignants, artistes, élus locaux, services municipaux, communautés, associations, pour détecter, signaler, soigner… Avec prudence mais vigilance : il ne s’agit pas de stigmatiser, seulement de sauver des vies, dont celles de gamins décidés à mourir. Et même s’il est vraisemblablement plus facile de laver un cerveau que de l’aider à se construire ou reconstruire, sauf à perdre espoir en l’humanité il faut bien s’y efforcer.

      Sylvie Thomas

      repondre message

  • Natalie Gandais 31 juillet 2016
    18:31

    L’église Saint-Cyr et Sainte-Julitte ce matin était pleine : des habitués, des cathos qui ne vont plus à la messe, quelques dizaines de musulmans, femmes et hommes, jeunes et seniors, et quelques agents de la ville... Quelques femmes voilées qui m’ont rappelé que lorsque enfant, j’allais à la messe avec ma grand-mère, elle me disait « il faut mettre quelque chose sur ta tête », les filles uniquement... ça me paraissait étrange...

    Ambiance bienveillante, chaleureuse, à la fin les prêtres (ils étaient 3) ont remercié pour leur présence les quelques musulmans qui s’attardaient sur le parvis au milieu des policiers (nationaux) en tenue de combat.

    C’était une bonne idée, de faire ce mélange dans les églises ce dimanche.

    Monique Lambert Dauvergne

    repondre message

    • BENTOLILA Michel 1er septembre 2016
      17:25

      Bonjour Monique,

      Je constate avec toi et avec plaisir qu’il est possible de rentrer dans une église au moment de l’office quelque soit sa confession.
      Quant au foulard, même du temps de ta grand mère celà résultait d’un catholicisme archaîque et elle ne le portait pas dans la rue.
      Amitiés.

      Michel

      repondre message

      • Alain Lipietz 3 septembre 2016
        11:37

        Bonjour Michel,

        je ne sais pas si la grand-mère de Monique portait un foulard dans la rue, mais mes deux grands-mères, celle d’Avallon et celle de Varsovie, en portaient quand elles ne portaient pas de chapeau. Sans doute une athée et une juive archaïques. Je serais intéressé de connaître le pays de tes grands-mères, où les femmes sortaient en cheveux.

        Mais je suppose que tu parles du passé pour évoquer l’avenir : tu souhaites visiblement qu’on interdisent aux femmes de sortir dans la rue en foulard. Sauf à titre purement décoratif, je présume. Bref, tu souhaites interdire le foulard quand il est musulman, non seulement aux enfants des écoles et à leurs mères sur les plages, mais également dans la rue. C’est assez logique. J’avais bien noté que tu avais rallié la droite sur la question du favoritisme immobilier, je ne pensais pas que tu ne sauterais directement à la case Sarko sans passer par la case Juppé.

        Il est en tout cas lamentable que ce moment d’unité des Villejuifois qu’a été cette messe, réponse aux haines religieuses à laquelle se joignirent des incroyants et des musulmans, soit pour toi l’occasion de demander l’exclusion d’une partie de nos concitoyennes.

        Peut-être devrais-tu relire le poème du Pasteur Niemöller.

        repondre message

        • monique 3 septembre 2016
          18:52

          Cher Michel,
          ma grand-mère ne sortait jamais dehors tête nue, comme toutes les femmes de son âge, à cette époque, à Amilly dans le Loiret. Pour nous les petites filles c’était seulement pour la messe.
          Ma mère, qui était parisienne, se mettait quelques fois en maillot de bain au bord de la rivière qui faisait office de plage l’été. Seuls les enfants et les hommes le faisaient, aucune autre femme ou jeune fille !
          C’était extrêmement mal vu par les locaux qui l’appelaient "la Parisienne" et c’était pas un compliment !
          On n’aurait pas pu imaginer qu’un jour sur une plage des policiers viennent demander à toutes ces femmes de se déshabiller !

          repondre message

          • Sylvie 3 septembre 2016
            23:44

            J’ai une photo de ma grand-mère dans un maillot de bain une-pièce noir très classe, elle était magnifique, il paraît d’ailleurs que c’est en la voyant jouer les sirènes au bord de la rivière que mon grand-père est tombé amoureux (au sens propre, il est tombé à la renverse dans la Sioule). Quand elle allait à la messe elle mettait une sorte de fichu en dentelle sur sa tête et ça mon grand-père n’aimait pas du tout (pas qu’elle porte un fichu, qu’elle aille à la messe, lui n’a jamais mis un pied à l’église). Mais elle avait un caractère épouvantable et personne n’aurait jamais osé lui dire de se rhabiller ou de se découvrir la tête.
            Les bikinis, monokinis et burkinis côte à côte sur la plage... Vivre et laisser vivre.

            repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article613