L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Urbanisme > Interview d’agence immobilière n°3

Rapport de stage de Manon Castagné - Été 2013

Interview d’agence immobilière n°3

ANNEXE 4 - 3

Quelle est la tendance actuelle de l’évolution du marché immobilier sur Villejuif ? Selon vous, quels sont les enjeux à venir ?

Il y a une baisse depuis un an, un an et demi, tant dans le volume que dans les prix. L’immobilier n’a pas tout de suite été impacté par la crise. Il est difficile de savoir comment ça va évoluer dans ce contexte difficile.

Quel est le volume des transactions annuels, est-ce peu/beaucoup ?

De mémoire, pour notre agence c’est 25/30 ventes dans l’année. Pour connaître les chiffres de la ville c’est plus compliqué, il faut aller voir un notaire. L’office notariale la plus ancienne est celle du Kremlin-Bicêtre qui a une antenne à Aragon. C’est de cette agence que vient maître Sadeler qui s’est mis à son compte.

Quel est le prix du m2 à Villejuif (vente et location ; foncier bâti et non bâti) ?
Est-ce élevé par rapport aux prix du Val-de-Marne/de la petite couronne ? Pourquoi ?
Vendez-vous vous-même du non bâti (leur prix et celui de Villejuif) ?

En moyenne, mais ce n’est pas très représentatif car il y a une large fourchette, le prix du mètre carré est de 3 200€. C’est environ 4 000€ à 5 000€ pour le centre, mais c’est 3 000€ voire moins quand on s’éloigne du métro. Pareil pour la location, c’est dur de donner des prix.
Pour le foncier non bâti c’est pareil, ça dépend de ce qu’on peut en faire. Ca va du simple au triple selon si on peut y construire une maison ou un immeuble. Ca dépend principalement du nombre de mètres carrés constructibles.

Quid des bureaux/commerces (nombre, prix...) ?

Il y a peu de bureaux, le tertiaire est généralement peu représenté contrairement au Kremlin-Bicêtre. Pour les commerces, le prix dépend du lieu, selon s’il est fréquenté ou non.

Quels sont les quartiers recherchés ? Pourquoi ?

Pour les habitations, le premier critère c’est le métro, le deuxième c’est la recherche du calme.
Le commerces au contraire recherchent l’activité.

Quel est le profil des acquéreurs ? Celui des propriétaires occupants ? Des propriétaires bailleurs ? Quels genre de biens cherchent-ils ? D’où viennent les gens qui cherchent à acheter à Villejuif pour se loger eux-mêmes ? D’où viennent les gens qui cherchent à louer ?

Les propriétaires occupants sont des Villejuifois et des Parisiens qui cherchent un logement plus grand que ce qu’ils ont déjà. Les bailleurs acquièrent des petites surfaces, car c’est ce qui se loue le mieux.

Les maisons découpées je sais que ça se fait même si je n’en vois pas. C’est surtout des asiatiques qui se louent ça entre eux. Ca ne passe pas par nous mais on le voit sur les boîtes aux lettres des maisons. La Commune est contre. Il y a cet exemple de Chinois qui avaient une SCI immobilière basée en Guyane. La mairie a préempté de façon abusive, parce qu’elle n’avait aucun projet, les arguments avancés n’étaient pas fondés. Ca a été un problème pour le propriétaire qui a du retarder sa vente de 6 mois. Mais c’est peu courant de voir ça, je ne l’ai vu qu’une fois.

Comment percevez-vous la politique de la Ville en la matière ? La Ville prétend-elle faire des réserves foncières pour réguler les prix, empêcher la spéculation ? Cette politique pour réguler le prix du foncier est-elle efficace ? Quels sont les effets de l’utilisation du droit de préemption ?

Il y a la construction de HLM mais ça va plus loin que ça. La Ville impose aux promoteurs un pourcentage de logements sociaux. Je crois que c’est à partir de 3 000 m2 qu’elle peut imposer 40% de logements sociaux.
Cette politique de construction de logements sociaux est très spécifique à la ville. Ca a une incidence sur le promoteur qui a moins les mains libres car ça baisse ses revenus, donc ça baisse aussi le prix des terrains. Ca a une incidence sur le paysage. Les gens aussi veulent moins se loger dans ce type de bâtiment car alors ils payent plus cher que leur voisin pour un produit qui est le même. Ca décourage les investisseurs aussi, même si Villejuif reste demandé vu sa situation (Orly, Rungis, métro, hôpitaux, LCL...).

On constate que de nombreuses maisons anciennes à Villejuif sont amenées à être détruites, je pense notamment à celle de la rue Guynemer. Comment expliquez-vous ce phénomène ? N’y a-t-il aucune protection/loi pour sauver ces maisons qui font partie de l’histoire de la Ville ?

Non, si le bâtiment n’est pas protégé alors ce sont les lois du marché qui jouent. Je crois que pour la maison de la rue Guynemer, il y a le projet de construire un immeuble à cette place car le terrain le permet.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article61