L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Atsem : la folie destructrice de la nouvelle majorité

Crise municipale (2)

Imprimez !
21 juin 2016
Alain Lipietz

Atsem : la folie destructrice de la nouvelle majorité

Nous avons vu dans la première partie de cet article comment la politique budgétaire et la gestion du personnel par harcèlement aboutissait à une paralysie progressive des services de la ville. Aujourd’hui un exemple des effets sur la population : la politique scolaire.

Un exemple de mal-fonctionnement : le personnel des écoles

Déjà, « par mesure d’économie » demandée par P. Vidal, les Accueils De Loisir sont supprimés début août, la maire-adjointe, F. Ouchard, « assumant sans aucun souci, c’est aux habitants de s’adapter à nos décisions. »

Cet abandon des enfants et ados à leur sort, comme l’absence de toute politique de la jeunesse, est le couronnement d’un virage politique : le renoncement aux taches éducatives d’une municipalité au profit d’une pure logique de répression.

Une nouvelle mesure touche de plein fouet à la fois les agents et les petits enfants. Mme Ouchard a annoncé qu’à la rentrée, les Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) ne seraient plus affectées à leur école habituelle, mais seraient mutés vers d’autres établissement. Elle a prétendu que, pour de résoudre un ou des cas de suspicion de maltraitance envers enfants ( en réalité, ces suspicions se sont révélées n’être qu’une calomnie), il fallait déplacer certaines Atsem et donc toutes. Les enseignants des écoles où tout se passe bien y sont hostiles : d’une part, ils considèrent qu’on ne change pas une équipe qui marche et d’autre part, ils trouvent que c’est très cavalier vis-à-vis des Atsem de les déplacer comme des pions.

Tollé des Atsem et de la communauté éducative, pétition.

Le coup est doublement malsain. D’une part les Atsem ne peuvent se mobiliser professionnellement au sein des équipes éducatives que par un attachement à « leur » lieu de travail. D’autre part les Atsem font partie, pour les petits enfants, du monde d’adultes qui remplacent leurs parents pendant la plus grande partie de la journée. Déstabiliser ce petit monde, c’est déstabiliser les enfants. Et dans les écoles où les équipes enseignantes se renouvellent chaque année, elles constituent des repères rassurants pour les enfants et pour les familles, un gage de continuité harmonieuse.

Lors d’un conseil d’école, confirmée par une lettre aux directeurs d’école, Mme Ouchard a prétendu alors qu’elles seraient nommées pour 3 ans dans une école et qu’en tant qu’agents municipaux, il était logique qu’elles soient traitées comme les animateurs, qui ne sont pas non plus fixes sur une école.

Toutefois, durant le dernier week-end, on apprend que, face au tollé, une nouvelle volte-face serait en cours… Non pas en fonction d’une réflexion éducative, mais dans un sursaut d’autorité de la maire adjointe aux ressources humaines, Laurence Loudière, annoncé sur le site du groupe Vidal : " Immédiatement, en tant qu’ adjointe en charge du Personnel, et non informée de cette incompréhensible décision, j’ai décidé de stopper net ces mouvements imposés , et exigé que me soient clarifiés les motifs et les modalités de mise en œuvre de cette évolution des conditions de Travail de nos agents." Ah mais ! qui est en charge du personnel, ici ?

En fait rien n’est tranché, les Atsem sont convoquées pour une réunion d’information avec F. Ouchard… le 6 juillet.

L’illégitimité

Les Villejuifois ont voté il y a deux ans contre l’ancienne équipe de Mme Cordillot (32% au premier tour, malgré un élargissement inattendu au Parti de gauche). Dans cette ville de gauche, et qui vote toujours majoritairement à gauche, les Villejuifois ont préféré faire confiance à une alliance de deux listes de droite, d’une liste « divers gauche », et d’une liste associative et écologiste, la nôtre. Ce fût l’Union citoyenne.

A partir du moment où notre liste L’Avenir à Villejuif fut destituée par les 3 autres, sur la question fondamentale de la probité, et que la liste Vidal-Casel (à l’exception de Anne-Lise Boyer, qui nous a rejoints) fait désormais bloc avec la droite, le nouvelle majorité n’est plus qu’une liste de droite ordinaire, ne correspondant absolument plus à ce qu’ont voté les Villejuifois il y a 2 ans, donc totalement illégitime.


Ces élus en perdition le savent. Les promesses encore renouvelées aux derniers voeux du maire pour l’année 2016 (la Régie de quartier, l’épicerie solidaire, etc) semblent désormais menacées. La fête de la Nature et la fête de la Musique sont supprimées.

Incapables de gouverner Villejuif, prêts à s’entredévorer sur des querelles microscopiques d’attribution des délégations et des bureaux, les le Bohellec-Obadia-Vidal -Casel vont tout casser avant d’être chassés. Le problème, c’est qu’ils ont encore du temps devant eux. Qui y mettra le holà ?

***

Complément suite à la réunion commune CHSCT / Commission Technique du 21 mai.

Dans le cours du débat avec la psychologue du travail sur la souffrance psychologique des agents municipaux, les délégués du personnel ont évoqué : la manière dont l’exécutif traitait les agents comme des pions, et les informations contradictoires que leur donnaient les différents maires-adjoints. Et bien sûr a été évoqué cet exemple des Atsem. La maire adjointe en charge des ressources humaines, Mme Loudière, a alors précisé que le bureau municipal de vendredi dernier avait décidé de renoncer à la mobilité forcée des Atsem. Aussitôt la maire adjointe aux écoles, Mme Ouchard, a rétorqué que le maire lui avait dit exactement l’inverse lundi matin, et que c’était elle qui décidait.

S’en est suivi une violente altercation. Une élue de la nouvelle majorité a alors lu un SMS reçu du maire selon quoi c’est la première qui avait raison, et qu’une lettre allait être envoyée aux Atsem. Mme Ouchard a quitté la réunion, sans doute pour aller faire changer une nouvelle fois l’avis du maire. On imagine les commentaires des élus du personnel !

Nous maintenons naturellement toutes réserves sur les dires du maire en cette affaire, comme en d’autres, mais il nous semble dorénavant probable qu’il n’y aura pas de mobilité forcée des Atsem à la rentrée, ces échanges étant bien sûr notés au compte-rendu et ayant donc force d’accord.

Complément au 24/06 à 12 heures

Ah ben si, Ouchard a gagné contre Loudière. Le Facebook de F. le Bohellec annonce hier :

"ATSEM : Courrier transmis après validation avec l’IEN aux Directions d’école, aux représentants APE et pour information aux organisations syndicales et aux agents Atsem.

Le 23 juin 2016

Mesdames, Messieurs les Directeurs d’école,
Mesdames, Messieurs les représentants d’APE,
Mesdames, Messieurs,

Comme échangé avec Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale et de Madame Ouchard, adjointe au Maire, la semaine dernière, je tiens à vous confirmer que les dispositions organisationnelles de mobilité des personnels ATSEM dans les différentes écoles de Villejuif sera effectif à la rentrée scolaire 2017/18.

Si cette mobilité est devenue aujourd’hui une nécessité de bonne pratique professionnelle pour offrir un égal service public dans toutes les écoles, en accompagnant au mieux les enfants ainsi que nos partenaires de l’éducation dans les apprentissages, nous devons nous y engager en associant très étroitement tous les agents.

C’est pourquoi l’année 2016/17 sera mise à profit pour la concertation, l’écoute, l’échange, permettant d’aboutir à ce changement indispensable pour asseoir la qualité d’un service public très apprécié et reconnu. Ainsi le plan de formation qui sera effectif dès cette rentrée pour offrir le perfectionnement souhaité, sera un socle solide pour valoriser le métier de l’ATSEM.

Cela permettra de déboucher naturellement sur une organisation du service encore plus moderne et plus réactive.

Seule subsiste naturellement la mobilité habituelle liée aux questions de sous-effectifs et absences diverses qui impliquent des affectations rapides, souvent provisoires, parfois plus pérennes sur une année scolaire afin que les taux d’encadrement requis dans notre collectivité soient respectés, notamment pour les petites sections et que les enfants ne soient pas désorientés.

Soyez assurés Mesdames, Messieurs, que la municipalité est animée par le souci de promouvoir le meilleur service pour le confort de nos enfants dans l’ensemble des écoles.

Je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de ma considération distinguée.

Franck LE BOHELLEC
Maire
Conseiller régional d’Ile-de-France"

Besoin d’un décodeur ?

1. F. le Bohellec confirme (enfin, si on accorde crédit à ce qu’il dit ou écrit) que "la semaine dernière", c’est à dire avant le bureau municipal où les Loudière / Vidal croyaient avoir bloqué la valse des Atsem, la décision était prise entre lui, Mme Ouchard et l’inspection académique (?). Le Bureau municipal n’est plus qu’une coquille vide.

2. La valse des Atsem sera bien générale à la rentrée 2017 (et pas 2016) après une "concertation à la F l B" (cf l’expérience du Casc)

3. Et dès 2016 aura lieu "naturellement la mobilité habituelle des affectations rapides, souvent provisoires, parfois plus pérennes sur une année scolaire"

4. Mobilité que F le Bohellec considère favorable "notamment pour les petites sections et que les enfants ne soient pas désorientés."

Rompant avec le discours traditionnel de la droite ("le désarroi de la jeunesse, c’est la faute au laxisme de Mai 68 et la perte des repères"), F. le Bohellec se déclare absolument "moderne" : si les enfants de Villjuif sont infoutus de se déplacer pour trouver du travail, c’est parce qu’on les a habitués dès la maternelle à voir les Atsem toujours dans la même école, ce qui les a "désorientés".

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article598