L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Qui sommes-nous ? > L’expérience avortée de l’Union citoyenne : un premier bilan.

Imprimez !
8 mars 2016
Alain Lipietz

L’expérience avortée de l’Union citoyenne : un premier bilan.

Le 12 février 2016 a pris fin une expérience de 21 mois, unique dans les villes de plus de 50000 habitants, une coalition municipale de 4 listes, dont deux investies par la droite, et les deux autres associatives : une « divers gauche » et la notre, L’avenir à Villejuif, incluant le groupe local écologiste EÉLV. En introduction à l’AG de notre association L’avenir à Villejuif, Alain Lipietz, en tant que président du groupe municipal, propose ici un premier bilan.

La crise finale de l’Union citoyenne

Cette brusque interruption, non voulue de notre part, est intervenue quand, pour la seconde fois par lettre officielle, après de multiples échanges oraux et par mail, la première adjointe Natalie Gandais (tête de liste Avenir à Villejuif – EÉLV) a averti le maire que, si les manœuvres de favoritisme sur un très gros marché immobilier (qu’elle avait détectées dans ses fonctions de déléguée à l’urbanisme, aux travaux et au patrimoine immobilier) se poursuivaient, elle serait tenue par l’article 40 du Code pénal d’en aviser le Procureur de la République.

(Voir le résumé de l’affaire de la Halle des sports ici. Selon la formule consacrée, ce délit n’est que « soupçonné » jusqu’à ce qu’il soit condamné comme tel par la justice, et ses auteurs en sont présumés innocents. Par convention, nous sous-entendrons ces réserves dans le présent texte.)

Les 3 autres groupes ont riposté par un chantage : rétractation écrite de ces soupçons, ou retrait de ses délégations. Naturellement, Natalie Gandais n’a pas cédé au chantage.

Le 12 février, en conseil municipal, le retrait des délégations s’est prolongé par un vote sur la destitution de Natalie Gandais de sa place de 1ere adjointe. Le maire (UMP/LR) a même élargi son chantage aux autres élus de notre groupe, déclarant que rester dans l’exécutif signifierait la confiance dans sa probité dans cette affaire. Les autres maires-adjointes de notre groupe (Monique Lambert et Sylvie Thomas) et le conseiller délégué Patrick Stagnetto se virent de ce fait contraints d’annoncer leur démission.

Cette démission collective était rendue d’autant plus inévitable que les 3 autres groupes de l’ex-Union citoyenne votaient en bloc pour la destitution de Natalie. Dans le secret de l’urne, Natalie n’obtint qu’une voix de plus que le nombre de nos élus pour s’opposer à sa destitution, et une voix manqua à la droite pour la voter, les partis d’opposition ayant annoncé leur abstention.

Ces évènements posent trois questions : avons-nous bien fait d’entrer dans l’Union citoyenne ? Avons nous bien fait d’en sortir en bloc ? Que faire maintenant ?

1. Rappel historique

En octobre 2012 s’est constituée l’association L’Avenir à Villejuif avec l’intention de rassembler les associatifs et les écologistes pour élaborer un programme municipal alternatif.

Depuis 1995, il n’avait jamais été possible pour les écologistes et les associatifs (regroupés dans l’association Villejuif Autrement) de s’insérer, en pesant sur les contenus, dans l’Union de la Gauche qui tenait la ville sous direction communiste depuis les années 1920. En 2008 encore, la proposition d’une fusion au second tour à la proportionnelle avait été repoussée par la maire communiste Claudine Cordillot.

Depuis, le fossé avait encore été élargi par :

-  La détérioration rapide de la tranquillité publique et la prise du pouvoir par l’économie de la drogue dans tous les quartiers, mal combattues par la municipalité qui recherchait plutôt des compromis de « paix sociale » avec la délinquance et se contentait d’en appeler à l’État par une formule magique : « un commissariat de plein exercice » dont elle ne précisa jamais en quoi cela changerait la situation. D’où notre volonté de doter la Ville d’un service municipal de médiation et d’ilotiers.

-  La confirmation par un rapport de la chambre régionale des comptes d’un favoritisme massif en faveur de la Sadev, société d’aménagement dirigée par le PCF et maitre d’ouvrage délégué de deux Zac importantes. Cette confirmation résonnait avec le soupçon, largement répandu dans la population, d’un favoritisme beaucoup plus général et d’un manque de transparence dans toutes les attributions.

-  Et plus généralement une politique de densification urbaine excessive (cas de la ZAC Aragon, PLU « Cordillot » de décembre 2014), un mépris affiché pour tout ce qui lui semblait « écologiste », que ce soit les vélos ou l’économie sociale et solidaire.

Ces 3 orientations étant rejetées par la population, l’AG del’Avenir à Villejuif de septembre 2013 investissait Natalie Gandais comme tête de liste en la mandatant pour construire une coalition large à vocation majoritaire, alternative à la politique de C. Cordillot.

Si pour 2014 l’accord avec le PCF semblait donc impossible, les tentatives d’associer au projet de L’Avenir à Villejuif d’autres forces de gauche (le PS, malgré quelques atermoiements, et le Parti de Gauche ) se heurtèrent au choix immédiat de ces deux partis de reconduire l’alliance sous hégémonie communiste.

En outre, le porte-à-porte et les débats sur les marchés montraient un rejet massif de la liste sortante, beaucoup d’électeurs traditionnellement de gauche nous faisant part de leur intention de voter directement pour les listes de droite (Nouvelle Dynamique Pour Villejuif, investie par l’UMP, et Vivre à Villejuif, investie par l’UDI). Ils n’acceptaient de voter pour nous que si nous garantissions que nous rechercherions au second tour l’unité de l’opposition (hors FN).

À l’AG de décembre 2013 de L’Avenir à Villejuif, et après débat avec les autres listes d’opposition montrant la possibilité d’un accord sur le fond, nous acceptons cet impératif, y compris la fusion à la proportionnelle, la tête de la liste arrivée en tête au premier tour prenant la place de maire.

Nous espérions, il est vrai, arriver en tête. Malheureusement, une scission est intervenue dans notre association, autour d’un socialiste, Philippe Vidal, qui n’acceptait ni le verdict de septembre en faveur de Natalie Gandais, ni son échec à obtenir l’investiture du PS villejuifois. Il parvint à regrouper dans une liste Villejuif NOTRE ville d’autres écologistes et sympathisants sur une ligne de refus des repas de substitution « sans viande » dans les cantines pour les végétariens ou les musulmans, et d’autres socialistes qui refusaient de reconduire l’alliance de premier tour avec le PCF.

Quant au Modem, il se dispersa sur NDPV, VNV et notre liste.

Au premier tour, la défaite de la liste PCF-PS-PdG-MRC, habituée à l’emporter au premier tour, fut, comme prévu, écrasante : 32 % !
Les listes de droite arrivaient en tête des oppositions (NDPV 17,2%, VV 15,8% ) suivi des listes VNV et la notre, à 10,5 % mais avec 34 vois de différence en faveur de VNV. Malgré tout, nous étions tenus par nos engagements vis à vis des électeurs et décidâmes le soir-même de les respecter. Les négociations aboutirent facilement le lundi sur le programme commun déjà exploré (dont l’engagement n°8 sur la transparence dans les attributions !) et sur une liste à la proportionnelle. Au contraire, jamais C. Cordillot ne prit contact avec nous.

Le mercredi entre les deux tours, la direction nationale de EÉLV suspendait notre groupe local et donnait son logo à C. Cordillot, sans la moindre discussion pour « verdir » son programme totalement anti-écologiste. Emmanuelle Cosse et Jean-Vincent Placé vinrent même soutenir une tournée de C. Cordillot sur le marché, à la grande colère des sympathisants écologistes.

Cela n’empêcha pas l’union des 4 listes, appelée Union citoyenne, de l’emporter, faisant même reculer le Front National.

Par la suite, la tête de liste VV (Vivre à Villjuif), Jean-François Harel, rompit avec l’Union citoyenne en exigeant la place de maire (que les électeurs de premier tour accordaient à Franck le Bohellec), et, suite à un vote interne des colistiers, L’Avenir à Villejuif obtint le poste de 1ere adjointe pour Natalie Gandais avec une délégation très importante (urba, logement, construction, travaux, patrimoine, espaces verts), plus deux autres maire-adjointes ( solidarité - insertion - économie sociale et solidaire pour Monique Lambert Dauvergne, et démocratie participative - associations pour Sylvie Thomas), plus un délégué aux espaces verts, Patrick Stagnetto, et une vice-présidence de la communauté d’agglomération du Val de Bièvre, à l’économie sociale et solidaire pour A. Lipietz. Les efforts de JV. Placé et E. Cosse pour faire valider l’exclusion du groupe local EÉLV échouèrent… et on sait ce qu’il advint d’eux.

2. Fiasco ou semi-réussite ?

Comme nous venons de le voir, l’alliance UC était inévitable si nous comptions respecter la voix des électeurs, à commencer par celle de nos sympathisants, et surtout si nous espérions faire « quelque chose » pour réparer Villejuif dans un sens écologiste, démocratique et solidaire.

Nous prenions cependant un gros risque dans cette alliance avec la droite (mais guère plus que dans un gouvernement ou une municipalité PS). Risque modéré par : un réel rapport de force en conseil municipal, un programme commun « écolo-compatible », le caractère apolitique de la plupart des élus des listes de droite (et chez certains une réelle sympathie pour nos propositions et nos pratiques), la possibilité d’alliance avec la liste VNV qui se disait « divers gauche ». Surtout nous étions les seuls expérimentés (en particulier Natalie Gandais) dans la conduite des politiques publiques, et nous avions de très nombreux projets peaufinés dans nos ateliers publics.

Cependant, il apparut très vite que le maire, tout en tenant des discours très ouverts, se repliait sur son cabinet « monocolore » et très hostile à notre présence, et sur le leader de ce qui restait de l’autre liste de droite, Edouard Obadia. Malgré notre bonne volonté, ils déployèrent beaucoup d’effort pour ignorer les compétences que les élu-e-s de notre groupe pouvaient apporter à l’UC, percevant nos initiatives et nos conseils comme un renforcement de notre influence (et donc une menace sur les élections de 2020 !) plus que comme un apport au projet commun. Comiquement, on constate l’interdit de photographie de nos maires-adjointes dans le journal de la ville, y compris dans les articles relevant de leur compétence !

Surtout, il n’exista jamais de vraie collégialité ni de transversalité au sein de l’UC, malgré l’existence d’un « bureau politique » réunissant les 4 présidents de groupes membres de l’UC et les réunions (essentiellement d’information) des élus de la majorité municipale.

Autant dire que nous n’avons jamais eu notre mot à dire dans les domaines où n’avions pas de délégation, essentiellement : l’école (où nous n’avions pas de divergence importante avec le travail de la maire adjointe NDPV et de ses services), la tranquillité publique, la jeunesse, les sports (où nous n’avons jamais compris ce que faisaient exactement, ou plutôt ne faisaient pas, les maires-adjoints NDPV) et les finances, chasse gardée du maire et de P. Vidal.

Contrepartie positive : nous étions assez libres d’avancer vite dans nos objectifs, sur les seuls domaines où nous avions délégation, d’autant plus facilement qu’ils ne rencontraient pas d’opposition de principe de nos partenaires. Mais peu à peu, leur hostilité politique pris le dessus, et les micro-obstacles se multiplièrent, non pas toujours contre ce que nous faisions, mais pour nous empêcher de faire quoi que ce soit.

Sur ces 21 mois, on ne peut donc pas du tout parler de fiasco, au contraire ! Un nouveau « PLU Gandais » assurant un net ralentissement d’une densification et d’un bétonnage qui auraient été démentiels selon le PLU « Cordillot », un plan vélo (qu’il reste à réaliser) , un certain nombres de problèmes immobiliers réglés (parking du centre ville) ou alors barrés par la découverte de carambouilles foncières de l’époque Cordillot, des négociations difficiles pour le maintien de la surface totale des espaces verts malgré les empiètements de la Sadev…

Mais nous n’avons réalisé que ce qu’il était possible dans un tout début de mandat, et beaucoup de projets, notamment de multiples initiatives de l’économie sociale et solidaire, dont les plus importantes, l’épicerie sociale et la régie de quartier, auraient eu besoin de notre présence 6 mois de plus pour se concrétiser… tout comme le lancement de la démocratie participative (avec tirage au sort des conseils citoyens) pour co-produire la rénovation urbaine. C’est donc aussi un demi-échec.

Surtout, le maire « doublait » la première adjointe déléguée à l’urbanisme par des rencontres directes avec les promoteurs et deux des directeurs de la période Cordillot, qui n’avaient pas le droit de rendre compte de ces réunions à leur élue de référence. Les aspects fonciers et immobiliers échappaient ainsi largement à Natalie Gandais, ce qui entravait sa bataille pour imposer la fin des cessions « de gré à gré » de terrains de la Ville à des promoteurs « amis », jusqu’à la crise finale qui a provoqué notre départ. De nombreuse personnes en ont compris l’enjeu : « Mais alors ça continue comme avant ? Et pourquoi c’est à vous de partir alors que vous avez essayé de lutter contre ça ? » Il y a là une sorte de noyau dur dans les mauvaises habitudes des élus locaux, toutes tendances confondues, comme l’ont montré les interventions du PCF, du PS et du MRC (à la différence du parti de Gauche) lors du vote du 12 février.

Ce bilan de « succès en cours mais inachevés » fut la principale difficulté que nous avons du affronter lors de l’AG de janvier 2016 préparatoire au conseil municipal du 12 février : partir en bloc et sur le champ, ou rester autant que possible à l’exécutif pour « finir le boulot » ?

Nous avons expliqué en introduction pourquoi nous n’avons en fait pas eu d’autre choix que de partir en bloc. Cependant, ce ne fut pas sans regrets pour celles et ceux qui avaient « encore besoin de quelques mois » pour sécuriser les conseils citoyens, la régie de quartier, l’épicerie solidaire etc.

Même regrets vis à vis des agents de la ville. A l’exception des militants communistes, beaucoup avaient accueilli l’élection de l’UC comme une libération. Mais très vite les « bonnes volontés » se sont heurtées à une hostilité de principe du maire et des maires-adjoints des trois autres listes, surtout quand ils semblaient apprécier le travail avec nous. Beaucoup de cadres et d’agents ont assisté avec une souffrance réelle à notre éviction et ont pu considérer notre départ comme un lâchage. Nous considérons cependant que notre capacité à les défendre, contre la conduite de plus en plus erratique du maire et de plus en plus hostile de ses proches alliés, allait décroissant, et que notre pouvoir d’agir se serait effondré si Natalie Gandais et ses collègues avait cédé au chantage sur une question de probité, à propos du favoritisme immobilier, nous rendant de ce fait complices.

3. Avec les autres forces politiques : avenir en pointillé

Il faut préciser avant tout que nous ne pouvons parler ici que des élus municipaux des autres forces politiques. Nous avons reçu de nombreux soutiens ou témoignages d’estime des militants ou sympathisants des autres partis, de droite ou de gauche, avant ou après le 12 février. Cette sympathie sera très utile dans le travail associatif et dans les futures élections.

Mais, dans l’immédiat, seules comptent les voix des élus, bien sûr dans les votes en conseil municipal, mais aussi dans les prises de positions des sections locales de leurs partis. Or ces élus sont ceux de 2014, marqués par une forte rancœur dans le cas des élus Cordillot, et par un certain embarras mais qui s’est cristallisé finalement dans le choix d’une solidarité avec les auteurs présumés du délit de favoritisme dans le cas des élus des 3 autres groupes de l’ex-Union Citoyenne.

Ces 3 groupes ne disposent plus que d’une majorité théorique d’une voix-et-demie (24 voix sur 45). Mais de toute façon la droite, en accord ou parfois contre le maire, était souvent minoritaire lorsque notre groupe proposait un vœu (contre le TFTA, pour le contrôle des loyers), les partis d’opposition votant alors avec nous. Comme on va le voir, cette possibilité d’alliance ne se concrétisera que très difficilement.

a. Les groupes de droite de l’UC

Leurs élus ont pu avoir des rapports amicaux avec les nôtres, mais n’ont pas hésité à nous exclure tout en nous signifiant, circonstance aggravante, qu’ils étaient convaincus que nous avions raison sur le dossier de la Halle des sports. En réalité ils ont suivi politiquement leurs tètes de liste, F. le Bohellec et E. Obadia, tout en accompagnant parfois leurs services dans la recherche active de fonds pour les politiques dont ils avaient la charge (cas de la santé et de l’école). Mais le cloisonnement dont nous avons parlé plus haut ne nous permet pas vraiment d’en juger.

Catastrophique fut par contre la politique menée dans 3 secteurs.

- La tranquillité publique : alors que la création d’un service comprenant médiateurs et police municipale était l’une des grandes revendication des 68% qui n’avait pas voté Cordillot (et sans doute d’une partie de ses électeurs), seuls 3 cadres ont été embauchés en 21 mois. Un audit, qui semblait très bien commencé, n’a jamais été distribué, le conseil local de prévention de la délinquance n’a pas été réuni - ni même constitué, une initiative prometteuse issue du quartier sud (suite à un crime atroce commis par un très jeune dealer) pour l’éducation à la non-violence a été enterrée.

- D’une façon générale, la politique de la jeunesse, ou plus précisément de l’adolescence (après le primaire) semble à l’abandon. Les communistes avaient laissé une généreuse politique de la petite enfance et du périscolaire, que l’UC a plutôt confortée en appelant à l’ouverture de plusieurs crèches privées ou parentale. Mais ils avaient laissé un véritable chaos dans la politique en faveur des ados au collège ou au lycée, d’où surnageaient toutefois quelques « structures ouvertes » résistant aux violents conflits internes du « pôle jeunesse » et à l’intimidation (et au chantage au clientélisme) de la part des « caïds » de quartier.
La droite et le maire-adjoint au finances, incapables de comprendre les responsabilités éducatives de la collectivité locale dans des quartiers où un tiers des familles sont monoparentales et dont les enfants trainent dans les rues quand la mère travaille au loin, n’ont su répondre qu’en coupant dans les dépenses d’animation des structures ouvertes ! Nous n’avons pu qu’aider un peu les structures existantes par le biais de nos responsabilités sur le secteur associatifs et l’insertion.

- La très coûteuse politique sportive semble avoir été l’objet de conflits de pouvoir entre la structure mise en place par les communistes (l’USV) et celle que voulait mettre en place NDPV (l’OMS). Nous n’avons jamais eu de discussion à ce sujet, seul a émergé un scandale sur la non-rémunération d’un champion sportif en charge de la mise en place de l’OMS. Il est possible par ailleurs que l’une des composantes du scandale de la Halle des sports recouvre un « non-dit » en faveur du sport-spectacle au détriment du sport périscolaire ou amateur. Mais tout cela nous est resté absolument opaque. Notre maire-adjointe aux associations (Sylvie Thomas) a tout juste réussi à organiser un magnifique Forum de rentrée où le sport était réintégré dans l’ensemble des activités offertes à la population.

b. Les élections départementales et régionales

Politiquement, il était par ailleurs difficile de projeter sur les élections départementales et a fortiori régionales l’alliance « citoyenne » de Villejuif (encore que la Communauté du Val de Bièvre ait été gérée par un exécutif UMP-MRC-EELV-PS-PCF !)

Dès l’élection départementale, E. Obadia posa la règle présentée comme émanant de la direction départementale de l’UDI (ce qu’elle dément, ainsi que le président de l’UMP/LR) que les élections « supra-communales » devaient rester des élections « droite contre gauche ». Pour éviter la montée des tensions, nous posâmes pour limite qu’alors des membres de l’exécutif villejuifois ne devaient pas y participer. Rien n’y fit et F. le Bohellec se présenta aux régionales en appelant les Villejuifois à conforter « son Union citoyenne » (sic) en votant pour la liste Pécresse.

Dans les deux cas (départementales et régionales), la droite subit une sévère défaite, recueillant moins de voix qu’au premier tour des municipales.

L’Avenir à Villejuif présenta des candidats (investis par EELV) à ces deux élections en appelant à l’unité de la gauche et des écologistes au second tour. Pour des raisons différentes (concurrence du PdG aux départementales, rejet de E. Cosse par nos sympathisants aux régionales), notre score subit une légère érosion au premier tour. Mais le report des voix fut parfait au second tour, démontrant que la gauche n’est plus majoritaire que grâce au soutien des électeurs écologistes du premier tour, ce qui est nouveau à Villejuif.

c. Le FN et FUE

Le FN dispose depuis longtemps d’un vote potentiel de 18% à Villejuif, principalement dans les quartiers les plus pauvres. Mais son unique élu à Villejuif, très jeune homme ayant des aspects sympathiques et sans doute encore capable d’évolution, formé par le « conseil de la Jeunesse » de l’époque Cordillot, n’a guère d’impact personnel. Le FN perd des voix chaque fois que les affaires deviennent sérieuses et que le vote exprime une vraie alternative. Il joue une petite musique « mains propres » : c’est vraisemblablement le seul élu (en dehors des nôtres) qui a voté contre la destitution de Natalie Gandais.

Quant au 3 élus ex-VV ayant formé avec JF Harel un groupe hostile au maire, ils votent de plus en plus en ordre dispersé, unis par la seule amertume de 2014 : malgré leur conviction affichée que nous avons raison sur la Halle des sports, ils votèrent vraisemblablement tous pour la destitution de Natalie Gandais. On a cependant parfois de bonnes surprises : ils furent par exemple en pointe pour le voeu anti-Tafta.

d. Le cas de la liste VNV

Très vite la personnalité étrange de son leader Ph. Vidal lui fit perdre la plupart de ses colistiers (qui furent plusieurs à nous rejoindre, en particulier une élue, Anne-Lise Boyer). Mais il parvint à stabiliser autour de lui un groupe très restreint sur une ligne proclamée « vallsiste » qui ne pouvait que complaire à la droite, à l’exception de certaines propositions de réformes que nous avons soutenues et que la droite a rejetées. Cependant sa politique budgétaire provoqua une crise dès le budget de 2015. Notre groupe menaça, avec succès, de ne pas voter le budget, sauf rectification de 100 000 euros en faveur de la démocratie participative, des associations et de la culture.

Le comportement certes inadmissible de Ph. Vidal à l’égard de l’une de ses colistière (Catherine Casel, ancienne verte et Villejuif Autrement) ayant failli provoquer sa destitution par le maire, un rapprochement eut lieu entre nos deux groupes à l’été 2015. Ce rapprochement déboucha sur une lettre commune au maire, première critique d’ensemble du fonctionnement de l’Union citoyenne (à l’époque, l’opération de favoritisme sur la Halle des Sports n’était pas détectée). La voici :

PDF - 105.2 ko

Cependant, début décembre 2015 s’opéra un tournant inattendu : le ralliement pur et simple de VNV à la droite. La raison de ce tournant ne nous fut pas communiquée. Il coïncide avec la victoire de la liste Pécresse aux élections régionales (malgré une lourde défaite de cette liste à Villejuif) mais aussi avec la première lettre d’avertissement de Natalie Gandais au sujet de la Halle des sports, et avec le coup de force de la Sadev (soutenue par la droite et le PS), sur la ZAC Campus Grand Parc.

Forts de cette alliance, les trois groupes (y compris Catherine Casel) composèrent une liste excluant totalement notre groupe de toute représentation au « Territoire n°12 » du Grand Paris. Notre groupe se vit donc contraint de présenter sa propre liste pour avoir un élu : première scission officielle de l’Union citoyenne.

Seul le maire-adjoint à la culture, A. Caporusso, accepta une collaboration avec nous en particulier pour l’organisation des fêtes (où il devait compter sur l’entregent et l’imagination de notre maire-adjointe aux associations, Sylvie Thomas). Il est possible qu’il soit l’abstentionniste n’ayant pas voté la destitution de Natalie Gandais.

d. L’ex-liste Cordillot

Après l’élection, les élus de la liste Cordillot éclatèrent en groupe distincts : un groupe PCF de 5 personnes, un groupe PS de trois personnes, l’élu MRC et l’élue PdG formant un groupe technique souvent divisé.

Furieux de leur défaite de 2014, le PCF et le PS se lancèrent dans une vendetta judiciaire. D’abord un recours pour faire annuler l’élection, tentative ridicule retoquée dès juin 2014. Ils ripostèrent en portant plainte pour « diffamation » contre les écrits de Natalie Gandais et Alain Lipietz, visibles sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EÉLV-Villejuif, qui ne faisaient que reprendre les justifications courantes chez les 68 % qui avaient voté contre la reconduction de la municipalité sortante. Ils demandèrent 472000 euros (plus de 3 millions de francs) de dommage, en obtinrent 7 fois moins mais quand même 70000 euros, bien au delà de ce que n’importe quel ménage « classe moyenne » de Villejuif peut payer !

Du coté de la justice on peut s’interroger sur la signification de ce jugement « scandaleux », selon le président honoraire de la Ligue des Droits de l’Homme, notre avocat Henri Leclerc. Nous avons évidemment fait appel. Mais le caractère de pure vengeance de ces plaintes, de la part du PCF et du PS, est évident à deux détails : la date de la plainte, deux mois après la mise en ligne des textes incriminés (bizarre pour une « atteinte insupportable à l’honneur » !) et… le fait qu’ils n’aient pas demandé leur retrait ! Vous pouvez donc toujours les consulter.

Cette volonté de vengeance barre actuellement et sans doute pour un certain temps tout rapprochement politique, bien que le PCF ait pris en souriant l’initiative de demander notre soutien pour le second tour des élections départementales. Soutien indispensable et accordé : nous n’avons pas d’hostilité spéciale envers la majorité départementale, à la quelle participent EÉLV et la Gauche citoyenne. On attend toujours les remerciements des heureux élus…

Mais il y a plus grave. Cette vendetta ralentit l’évolution interne de ces deux partis, l’un et l’autre convaincus en privé qu’ils sont pour quelque chose dans leur cuisante défaite de 2014, défaite qu’ils préfèrent encore attribuer en public à notre choix de l’UC. Ils s’enferment ainsi dans une opposition stérile qui ne prépare pas l’avenir.

Ainsi, seul le MRC ose se dire en faveur d’une police municipale, alors que Paris (maire PS) ou Vitry (PCF) en ont une, et que plus personne ne croit en "un commissariat de plein exercice".

De même : le PCF organise une campagne contre « notre » volonté de démolition – reconstruction de certains immeubles dans la rénovation de la cité Lamartine, alors que c’était explicitement prévu dans le PLU-Cordillot, qu’une partie de la population concernée est pour, et que la direction de l’OPH (dont Natalie Gandais) est pour le moment agnostique sur ce point.

De même : alors que le PLU-Gandais a été voté après une participation de niveau exceptionnel de la population, validé sans aucune critique ni réserve par le commissaire enquêteur et le tribunal administratif, ces deux partis ont émis des recours sur des arguments démentis depuis longtemps, dont une réduction des espaces verts ( !) et une décroissance du logement social, et alors même que le rééquilibrage en faveur de l’accession sociale à la propriété et aux logements dédiés (maisons de retraite et chambre d’étudiants sociales) était revendiqué par le PS.

De même le PCF accuse en boucle notre élue Sylvie Thomas d’avoir étouffé la vie associative alors que s’est exactement l’inverse qui s’est produit sous sa houlette.

Etc, etc.

A noter le cas particulier du PCF, qui a véritablement éclaté sur les questions immobilières, votant en ordre dispersé « contre » (avec nous) ou « abstention » (cas de C. Cordillot) face au diktat de la Sadev, qui est sous présidence PCF, sur la ZAC Campus Grand Parc, tandis que le PS votait « pour » avec la droite et VNV. Puis, sans doute pour éviter cette pénible division, les élus communistes ont refusé de prendre part au vote sur la destitution de Natalie, peut-être parce que l’opération de favoritisme… a favorisé l’architecte ayant réalisé leur propre pré-étude ! Le PS quand à lui assumait une abstention hostile : au lieu de dénoncer un « scandale immobilier de la droite » comme on aurait pu s’y attendre, il précisait oralement que le maire avait raison de virer Natalie Gandais, car « c’est celui qui dénonce un délit qui doit partir, et en courant ».

Au contraire, l’élue du Parti de Gauche rompt parfois avec une position méfiante, soutenant avec enthousiasme le Plan vélo ou exprimant son soutien au « courage » de Natalie Gandais dans l’affaire de la Halle des sports. Surtout, nous travaillons en harmonie avec les militants PdG sur le terrain, en particulier pour l’épicerie solidaire… où participe aussi le Secours Catholique.

Les cathos progressistes ou humanistes furent sans doute nos alliés les plus fidèles dans cette aventure…

***

Au total, nous voyons que notre départ n’entraine pas de nouvelles élections, d’abord parce que la droite peut encore s’accrocher à une minuscule majorité, ensuite parce que l’accord sur un programme commun de la gauche et des écologistes semble actuellement aussi difficile qu’en 2014. Or il n’existe plus de majorité de gauche à Villejuif sans nous.

L’Avenir à Villejuif doit donc se préparer d’abord au retour au travail de terrain, dans les associations, comme avant 2014. Nous pourrons bénéficier d’une beaucoup plus grande audience qu’avant l’expérience de l’Union citoyenne (rien que ce présent site est passé de 400 à 7200 visites mensuelles de février 2013 à février 2014, et 13800 en février 206 !) , d’une beaucoup plus grande connaissance du terrain, de projets bien mieux mûris par nos adhérents et par notre expérience à l’exécutif. Nous y rencontrerons des sympathisants de la gauche et du centre, souvent beaucoup plus ouverts au travail avec nous au service de Villejuif que les élus de leurs partis.

Espérons que cela permettra une reconquête rapide de la municipalité sur un projet vraiment démocratique, écologique et solidaire, et cette fois sur la base qui nous semblait aller de soi : la probité.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article537