L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Conseil municipal du 26 Juin (2) : ZAC Aragon, Plan vélo

Imprimez !
4 juillet 2015
Alain Lipietz

Conseil municipal du 26 Juin (2) : ZAC Aragon, Plan vélo

Un conseil marathon : de 19 h 30 à 3 h30 ! J’ai déjà rendu compte du plus gros morceau : le PLU. Un gros débat sur la ZAC Aragon et le Plan vélo. Puis les associations. Un gros paquet « comptes 2014 » (c’est la saison). Diverses petites choses (je ne raconterai pas tout). Et enfin le vœu sur le 8 mai.

ZAC Aragon

Natalie Gandais, en tant qu’adjointe à l’urbanisme, présente l’enjeu. La population s’est dressée contre cette ZAC et la victoire de l’Union citoyenne s’est largement faite contre elle, et contre le PLU de 2013 qui la prenait en compte. Mais l’équipe précédente et son aménageur (la Sadev) ont bien verrouillé les choses. Il en aurait couté trop cher à la Ville de racheter à la Sadev sa délégation de maitre d’ouvrage sur cette ZAC.

Donc la Ville a préféré négocier avec la Sadev et un promoteur, Promogendre et le groupe Legendre, qui accepte nos exigences de « dé-densification ». Nous devons donc aujourd’hui ratifier un protocole d’accord où :
- La Sadev accepte de vendre à ce promoteur la plus grande partie des droits à construire (sauf sur le programme Expansiel d’accession sociale à la propriété, qui nous plait bien et qui est déjà parti),
- Promogendre accepte de réaliser un programme plus modeste que ce qui était prévu initialement par la Sadev (pas de tour Mollicone…)
- La Ville s’engage à voter un PLU permettant la réalisation de l’accord.

(Comme on l’a déjà fait remarquer, cela veut dire en pratique, dans cette zone « UAa » du PLU, des règles de hauteur un peu plus hautes que dans le reste de la ville, quoique plus basses que dans le « PLU Cordillot ».)

Sophie Taillé-Polian (PS) attaque aussitôt une vente « sans mise en concurrence » à un promoteur « qui se trouve être un ami de M. Dassault d’après ce que j’ai cru comprendre », et critique le choix de construire des hôtels, « qui n’apportent pas d’emplois intéressants ». Gilles Lafon (PS aussi) la tacle peu après : « On s’en moque, que ce soit ce promoteur ou un autre, c’est une affaire entre la Sadev et ses clients, ça ne nous regarde pas. On se demande même pourquoi un vote sur cet accord. »

(Si, quand même, ça nous concerne un peu : il a fallu trouver le promoteur acceptant une densification plus faible, et accepter pour le PLU les règles d’une zone UAa tenant compte des exigences de la Sadev, mais quand même acceptables pour nous… avec le risque non négligeable que la tour Mollicone resurgisse au dessus de la gare Louis Aragon. Mais à chaque jour suffit sa peine.)

Mme Da Silva, pour le groupe PCF, critique le fait que cet accord et cette esquisse de projet n’a été concertée… qu’avec la population. Elle attaque ensuite, selon un plan désormais bien rodé : 1. C’était mieux de notre temps. 2. Ce que vous proposez est très en dessous des exigences de L’Avenir à Villejuif et de l’Association des riverains.

(Traduction : comme productivistes, nous étions bien plus résolus que l’UMP, mais les écologistes et les habitants qui ont préféré s’allier à la droite pour améliorer leur cadre de vie n’ont pas obtenu grand chose. Bon, c’est sûr qu’on aurait préféré un vrai écoquartier ! Mais les dés roulent encore : nous n’en sommes pas au projet de Zone véritable.)

Dernière critique de Mme Da Silva : finalement, ce sera encore plus dense que dans le PLU 2013 et le projet initial de la Sadev !

Ne passons pas trop vite sur cette critique en apparence farfelue. Le projet Sadev reflétait le modernisme de l’époque Pompidou : des tours sur de vastes dalles. Le nouveau PLU impose des immeubles plus petits, mais la Sadev et Promogendre vont vouloir rentabiliser, « donc » (pense Mme Da Silva) il y aura plus d’immeubles, occupant plus d’emprise au sol, d’où une impression plus dense, plus urbaine, plus « quartier de rues ». C’est en effet probable, mais avec aussi plus de cours et jardins en pleine terre et plus de toits et murs végétalisés (selon l’orientaion générale du nouveau PLU, très « On ralentit tout ce qui bouge et on verdit le reste »). Le PC Villejuifois n’a visiblement pas intégré la critique de l’urbanisme en tours depuis quelques décennies.

Mme Cordillot (PCF) ironise aussi sur la faiblesse des gains des écologistes et des riverains, puis attaque où ça fait mal : il reste à acquérir le triangle des pavillonnaires à l’angle Bd Maxime Gorki – Avenue Louis Aragon, et « vous allez devoir exproprier, contrairement à vos promesses démagogiques ». Je réponds que rien n’est sûr : il y aura phasage, négociations, ventes à l’amiable espérées.

On vote. PCF, PS, PdG, MDC contre, tout les autres POUR.

Le plan Vélo

On passe ensuite au long débat sur le PLU (adopté selon les mêmes votes), puis : le plan vélo.

Il s’agit d’adopter le Plan vélo conçu après une longue concertation, et de demander une subvention pour le mettre en œuvre.

Messieurs Girard et Lafon chipotent longuement. Au contraire Mme Leydier (Parti de gauche) approuve le plan avec enthousiasme. Pour Madame Cordillot, c’est très bien aussi, il faudra toutefois beaucoup de pédagogie pour annoncer aux voitures que les vélos peuvent remonter à contresens toutes les rues zones 20 ou 30. Certes.

Adopté à l’unanimité !

Bientôt la suite de ce compte rendu.

Partager

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article426