L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Pour Aurélie et les catholiques, la réponse républicaine

Imprimez !
26 avril 2015
Alain Lipietz

Pour Aurélie et les catholiques, la réponse républicaine

Grosse participation des Villejuifois à la marche pour Aurélie Châtelain et en solidarité avec les lieux de culte visés par le terroriste. Photoreportage !

On s’est donc rassemblé à 16 h 30, samedi, dans l’église St-Cyr-et-Ste Julitte (monument historique), une des deux églises visées par les plans du terroriste qui avait auparavant tué Aurélie, selon les premiers résultats de l’enquête.

Nef archipleine. C’est une église au clergé ouvert et progressiste, qui a l’habitude de d’accueillir les événements civils (n’appartient-elle pas à la République et à ce titre coûteusement entretenue par la Ville et la Caisse des monuments historiques ?) Oui, largement ouverte aux concerts (comme à la Fête de la musique) et au recueillement des athées ou agnostiques pour les cérémonies funèbres.

Pour ceux qui n’ont pu entrer, les interventions sont retransmises sur le parvis qui est aussi celui de la Mairie. Aux premiers rangs, d’un côté les élus de tous bords, les nôtres bien sûr mais aussi de villes voisines, avec une délégation de Caudry, la ville d’Aurélie. De l’autre, les représentants des religions, les « locaux » que nous connaissons bien, à l’Avenir à Villejuif, et les plus officiels.

Les élus parlent en premier. Notre maire bien sûr, Franck le Bohellec, et notre député Yves Le Bouillonec. Le ministre de l’intérieur Cazeneuve, déjà là mercredi, ne ré-intervient pas.

Mais on écoute « religieusement » Martine Dauchet, pour la délégation de Caudry. « Aurélie aimait sa fille, les gens et par dessus tout la danse, c’est pour ça qu’elle était venue à Villejuif, pour perfectionner son art, et y trouver la mort en empêchant un terroriste de commettre un massacre. Nous demandons que lui soit donnée la Légion d’Honneur à titre posthume. »

Je suis content qu’elle ait dit ça, j’avais longtemps hésité entre les photos d’Aurélie trouvées sur le web, avant d’en choisir une en situation de danse, mèches collées par l’effort. Je me suis dit que c’était probablement cette image-là, par dessus tout, qu’elle voulait qu’on garde d’elle.

La parole est ensuite aux représentants des communautés religieuses, diverses à Villejuif, actives pour contenir les tensions. Elles étaient vraisemblablement, au delà des chrétiens, la cible réelle des commanditaires : susciter des cassures entre elles, entre les musulmans et les autres, entre les croyants et les athées. Et de fait, depuis le début de la semaine, toutes les islamophobies –soit venues d’autres religions , soit de « laïcs », soit du FN — s’efforçaient de « récupérer » les haines et les peurs. La série des discours qui va suivre n’en sera que plus impressionnante dans sa convergence.

La première à parler est la représentante de notre mosquée, Rachad. Une femme, tête nue. Brève et intense intervention, mais qui donne le « la » : un message de condamnation du terrorisme, d’appel à l’unité, au dialogue. Que dire de plus ? Eh bien, ils vont développer, de façon assez créative…

Lui succède le représentant des Coptes. Ils ont une grande église à Villejuif, fréquentée par des Égyptiens qui ont fui les exactions islamistes dans leur pays ; ils ont refusé que la seconde mosquée soit construite mitoyenne à leur église, par crainte de tensions. Les partisans de cette implantation leur avaient rétorqué qu’il n’y avait aucun risque que les problèmes d’Orient arrivent jusqu’à Villejuif ! Cette église de « chrétiens d’Orient » est probablement celle qu’auraient désignée les commanditaires du geste fou du terroriste…

Et leur représentant va se porter à une hauteur de pensé incroyable. Bien sûr il évoque les exactions contre les Chrétiens d’Orient. Mais il va petit à petit élever son homélie à une portée universelle, faisant le tour des victimes, sur notre planète déchirée par l’intolérance. Il rappelle d’abord le génocide arménien, puis l’Érythrée, les naufrages devenus quotidiens en Méditerrannée, les jeunes filles enlevées par Boko Haram… et les terroristes eux-mêmes, victimes de ceux qui les manipulent ! Tonnerre d’applaudissements.

C’est le tour du moine bouddhiste (notre ville accueille de plus en plus d’Asiatiques) qui s’exprime en thaïlandais, traduit par Mme Pham, l’animatrice de la communauté locale qui nous avait fait l’amitié de venir à notre débat sur la laïcité.

Puis Mohamed Khodja, de l’Association des Musulmans du Val de Bièvre. Et enfin Daniel Roua, représentant de la communauté juive, qui bien sûr se distingue par son humour : « Vous vous doutez bien que je n’ai pas l’habitude d’intervenir dans une église, surtout un jour de Shabbat ! Mais l’urgence passe avant la Loi. Aujourd’hui le geste du criminel doit nous appeler à souder notre unité, dans le dialogue. »

L’évêque de Créteil conclut. Il est chez lui. Moment d’inquiétude : il commence sur le ton du sermon. Mais très vite, il « invente » pour cette cérémonie républicaine une forme laïque de spiritualité : l’Art !

Ce n’est pas par l’Église-institution, dit-il en substance, mais par la présence de ses cathédrales, de cette belle église , que la France est une cible « catholique » pour ceux qui détestent la beauté et l’Art. Et en particulier la Danse. Il reprend en la spiritualisant l’intervention de la représentante de Caudry : Aurélie aimait la danse, c’est ce qu’elle offrait à la communauté, aux enfants , à ses amis, et c’est pour la danse, pour son art, qu’elle est venue ici et s’est faite tuer, barrant ainsi la route au terroriste. Mallarmé aurait apprécié…

Le cortège de la marche se forme. C’est assez loin, le lieu du crime : dans les confins mal structurés de la ville, entre l’autoroute, des pavillons, l’hôpital, les hôtels pour les parents des malades, et les résidences sociales. Et pourtant nous sommes encore près d’un millier à l’arrivée…

Partager

Commentaires

1 Message

  • Alain Lipietz 27 avril 2015
    17:10

    Ça n’a pas eu l’air de se passer aussi bien à Caudry (cf la presse). Normal, la douleur n’est pas la même : elle a été tuée, nous n’avons eu que des menaces d’attentat. Les propos de « colère » du maire contre les avocats sont un peu choquants, mais nous avons eu le même problème de communication avec les autorités. Ça c’est arrangé.

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article402