L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Manif unanime pour les Gvinjilia, en attendant le Conseil municipal

Imprimez !
28 mars 2015
Alain Lipietz

Manif unanime pour les Gvinjilia, en attendant le Conseil municipal

En attendant de s’étriper en Conseil municipal, on était tous là, devant l’École Robespierre, en soutien à la famille Gvinjilia, dont le père est en passe d’expulsion.

Le maire, les maires adjointes Monique et Fadma en écharpe tricolores, d’autres UC sans écharpe, les oppositions diverses et variées, un candidat de droite, le RESF, le MRAP anti-repas de substitution (on a ça chez nous), les parents d’élèves, les instit et directeurs/trices, la presse, et même M. Coulaudon, qui traitait les autres de charognards.
Villejuif rassemblé !

L’article du Parisien : ici.
Le débat à propos de cette affaire sur le site "94-Citoyens" est particulièrement intéressant. Le cas est si "unanime" que le FN se fait claquer, et sur le fond. C’est là.

Après, 19 heures - 1 h 30 du matin, Conseil municipal assez amusant. On a débattu le PADD et voté le budget, après une semaine d’intenses négociations au sein de l’Union citoyenne. Compte-rendu nourri la semaine prochaine.

D’ici là : demain, second tour. Et attention, heure d’été.

Partager

Commentaires

3 Messages

  • Alain Lipietz 30 mars 2015
    23:53

    Tripon écrit sur 94-Citoyens :

    DERNIÈRE NOUVELLE :
    Le préfet de police de Paris, auteur de l’OQTF (Obligation de quitter le territoire français) à l’encontre du père, s’acharne sur la famille Gvinjilia.
    Après avoir tenté de piéger sa femme en lui demandant de venir avec les enfants régler quelques problèmes administratifs, en fait enfermer toute la famille en centre de rétention, par téléphone et non par convocation écrite, car il aurait fallu alors en préciser la nature, le voilà qui nous fait dire qu’UN AVION EST PRÊT POUR DEMAIN LUNDI POUR LE PÈRE. Cela veut dire, pour les animaux à sang de poisson, qui ne pensent qu’en terme de « ça coûte trop cher », qu’ils paieront par leurs impôts un billet d’avion retour pour le père et un pour chacun des policiers qui l’accompagneront direction Tbilissi. Prix du billet : 217 € minimum, soit au total au minimum aller 3 x 217 € = 651 €, retour 2 x 217 € = 434 €, soit un total de 651 € + 434 € = 1095 €. Et c’est sans compter les frais d’hébergement et les primes pour nos deux pandores. Et tout cela, alors qu’il est très probable que le reste de la famille sera d’ici peu régularisée, ce qui veut dire que, si M. Gvinjilia n’aura pas été tué ou emprisonné en Géorgie, il pourra revenir au titre du regroupement familial.
    Le préfet est parfaitement au courant des démarches entreprises auprès de la préfecture du Val de Marne en vue de la régularisation de tous les membres de la famille, ainsi que du soutien quasi unanime du conseil municipal de Villejuif, quelque soit le bord.
    Il sait que le maire en personne et ses adjoints sont venus au rassemblement de vendredi dernier devant l’école Robespierre. Il sait le soutien des parents non seulement de l’école du fils Roméo, mais aussi d’autres écoles de Villejuif qui ont signé massivement une pétition demandant la libération de M. Gvinjila.
    Mais que vaut la vie d’un homme à côté de sa carrière ? Aujourd’hui, nul doute que cet homme est en famille, s’il en a encore une, en week-end dans sa jolie maison de campagne ou chez des amis, s’il en a vraiment. Il espère qu’il sera bien noté et pourra encore grimper un peu plus haut. On sait ce que ces sinistres personnages ont, avec une telle mentalité, finit par faire comme monstruosité. On est loin, très loin de Jean Moulin.
    La seule chose, qui pourrait porter ombrage à sa carrière, serait que son empressement à pourrir la vie des gens et faire risquer la vie à un homme fasse trop de vagues et qu’il finisse par se retrouver dans un placard pour zèle malencontreux ayant éclaboussé ses supérieurs.
    Et cet ombrage passe entre autres par l’envoi massif de mails et de fax à la préfecture de Paris. Le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) propose le texte suivant :

    « Monsieur le préfet,

    C’est avec inquiétude et tristesse que j’ai appris la détresse de Roméo (4ans) dont le papa est à l’heure actuelle maintenu en rétention au Cra de Vincennes et risque à tout moment l’embarquement pour une expulsion vers la Géorgie. L’émotion est grande au sein de la communauté scolaire de l’école maternelle Robespierre de Villejuif de savoir que Roméo et son frère Shaliko (2ans) vont être privés de leur papa. Certes vous reprochez à M . Gvinjilia un trouble à l’ordre public, or il s’agit de vol à t’étalage
    de nourriture pour donner à manger à ses 2 enfants en bas âge, vol par nécessité,cela n’a jamais d’ailleurs donné lieu à poursuites, mais à un simple rappel à la loi.M et Mme Gvinjilia ont fui la Géorgie en août 2010, il y a presque 5 ans, leur fils aîné entamera sa 3ème année scolaire à la rentrée prochaine, Shaliko lui entrera en petite section de maternelle bientôt ils entreront dans le cadre de la circulaire Valls du 28/11/2012.
    Je vous demande donc Monsieur le préfet un geste humanitaire afin que Shaliko et son frère qui ne connaissent que la France ne soient pas séparés de leur papa ; ordonnezsa libérationdu Cra de Vincennes, abrogez son OQTF. Soutenus par la communauté scolaire et les associations tout sera mis en œuvre pour que cette famille dépose au plus vite un dossier d’admission exceptionnelle au séjour et régularise sa situation administrative.Vous remerciant par avance de votre geste, veuillez agréer Monsieur le préfet l’expression de ma respectueuse considération.

    Nom :

    Signature :

    nom et signature (pour les fax) »

    L’adresse est la suivante :
    Mail : pp-dpg-sdae-secretariat@interieur.gouv.fr
    fax 01 53 71 67 23

    repondre message

  • Alain Lipietz 31 mars 2015
    22:27

    Le père, Anzor Gvinjilia, Géorgien a été expulsé hier, [comme vous pouvez le lire ici.
    http://94.citoyens.com/2015/le-pere-de-romeo-en-instance-dexpulsion-a-laeroport-de-roissy,30-03-2015.html]
    Toute la maternelle Robespierre (enfants, parents, enseignants) est bouleversée.
    RESF a déposé un dossier de régularisation à la préfecture, cette démarche est susceptible de rendre caduque l’expulsion.
    Les parents d’élèves sont mobilisés tant pour aider la mère que pour obtenir le retour du père.
    Ils organisent mercredi à midi un rassemblement devant l’école rue Daumier.
    Quand un préfet nommé par un gouvernement socialiste expulse un père qui a volé un pain et une bouteille de lait, et quand cet homme est soutenu par un maire UMP et les adjointes EELV, on se demande dans quel parti Victor Hugo aurait placé Javert.

    repondre message

  • Alain Lipietz 2 avril 2015
    17:36

    Bonjour à tous,
    grâce à la mobilisation, la maman a obtenu de la préfecture un document renouvelable lui permettant de rester sur le territoire jusqu’en Juillet, son dossier de régularisation (monté en urgence par RESF) va être étudié le 8/04 par la préfecture, un visa de retour va aussi être demandé pour le père.
    Alain Caporusso et moi avons demandé une aide exceptionnelle à la Commission Sociale (60€ en chèques et un quotient familial minimum pour que le petit Romeo puisse avoir des activités pendant les congés scolaires).
    La solidarité fonctionne à plein régime à la maternelle Robespierre avec les parents et les enseignants, tous s’organisent pour que la famille ne vive pas un enfer.
    Merci à tous pour votre mobilisation ;
    Monique Lambert Dauvergne

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article391