L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Urbanisme > PLU : la foule au Lion d’Or

Imprimez !
30 novembre 2014
Natalie Gandais

PLU : la foule au Lion d’Or

ZAC Aragon/Mosquée/Pavillons

Quand je suis arrivée mercredi soir à l’école Robespierre, une grande foule se pressait pour la réunion : le quartier Lion d’Or-Louis Aragon fut le foyer de la révolte contre l’ancienne équipe municipale, contre la ZAC, contre la destruction de l’ex-gendarmerie au profit d’une seconde mosquée.

Plus de 140 personnes embuaient le réfectoire de l’école Robespierre, près de la moitié debout, les autres assis sur les mini-chaises de maternelle. Plusieurs, voyant ça, ont renoncé à entrer ! Souvenons-nous que sur les 800 voix d’avance de l’Union citoyenne contre la liste de Mme Cordillot, 300 venaient de ce bureau de vote, dont 250 prises au vote de gauche traditionnel de ce quartier. Un an auparavant, c’est là que M. Lebris (alors 1er adjoint à l’urbanisme) avait prétendu faire "tomber le masque" de ma candidature.

La guerre entre ce quartier et l’équipe Cordillot s’était déclarée à propos d’une ZAC imposée sous prétexte de l’arrivée de la ligne 15 à Aragon, avec saccage (accompli hélas) du dernier espace vert (avant qu’il ne devienne public comme il avait été envisagé) pour construire une tour de 41 mètres, de multiples expropriations et… 0,20 % d’espace public. Le contentieux s’est aggravé avec l’attribution quasi gratuite de l’ancienne gendarmerie, primitivement destinée à l’hébergement d’urgence, à une association musulmane (l’AMV) pour construire un vaste complexe (mosquée, commerces) : opération coutant 2,1 millions aux contribuables.

Nous avions protesté contre la ZAC à l’enquête publique, par voie de tracts... Aujourd’hui, deux maire-adjointes, Monique Lambert Dauvergne et moi-même, une conseillère municipale de la majorité, Isabelle Hamidi, deux vice-présidents de l’agglo, Elie Yébouet et Alain Lipietz, sont issus de l’association du quartier.

La séquence d’introduction aux réunions de quartier est maintenant bien rodée : d’abord le Maire, puis le bureau d’étude, puis une première série de questions, puis je fais les premières réponses. Je commence par saluer la mémoire de madame Minchella qui fut un pilier de l’Association des habitants et riverains du quartier Aragon, hélas décédée il y a quelques mois.

Avenir de la ZAC Aragon

Le Maire lève un nouveau coin du voile sur les négociations en cours avec un investisseur : l’opération serait rachetée à la Sadev (titulaire de la concession de ZAC), les terrains déjà en possession de Sadev seraient revendus à l’investisseur, mais hors procédure de ZAC et sans recourir aux expropriations. Les « confettis » à l’ouest de la RD 7 seraient rendus au droit commun. Un nouveau plan masse en R+5 ou 6 maximum sur la RD 7 descendrait en dégradé jusqu’à R+2 au voisinage du pavillonnaire. Aux habitants du « triangle des expropriés » serait proposé la co-construction (en R+2 maxi) du terrain Mollicone pour y réaliser leur relogement. Et les bureaux du secteur seraient proposés aux entreprises (qui se bousculent) pour un loyer nettement moins élevé que ce qu’envisageait la Sadev.

Coût pour la ville : zéro. Une dame demande comment il était possible que la Sadev ne soit pas arrivé à faire ça. Nous nous interrogeons en effet… Mais bon, la négociation n’est pas terminée.

Gendarmerie-Mosquée

Quant à l’ex-gendarmerie, notre projet est de la rénover pour répondre à des besoins d’intérêt général : implanter une crèche parentale au rez-de-chaussée, et réaliser dans les étages un immeuble social inter-générationnel. Une grande association d’utilité publique spécialisée dans la solidarité s’est déjà déclarée pour nous racheter l’immeuble et le gérer.

Reste à résilier le bail emphytéotique signé au dernier moment par l’équipe Cordillot avec l’AMV pour raser le bâtiment et construire le complexe cultuel-culturel-commercial. J’avais promis pendant toute la campagne que nous trouverions un autre terrain pour une mosquée, que l’AMV pourrait acheter et qui serait inscrit au PLU. Ce qui n’a pas empêché l’AMV de faire campagne pour l’équipe Cordillot à coups de SMS et avec un tract très désagréable. Cependant la promesse tient toujours car j’entends bien que les musulmans de notre territoire n’ont pas suffisamment de lieux pour prier.

Le Maire explique que l’AMV est disposée à acheter elle-même un terrain (ce qu’elle affirme depuis des années) mais qu’elle a refusé un premier emplacement car elle exige une large façade sur la RD7. C’est une visibilité que nous ne sommes pas disposés à lui proposer. Les trois églises issues des chantiers du Cardinal à Villejuif, la mosquée Rachad (avenue Youri Gagarine), la synagogue (avenue de Gournay) comme les discrètes pagodes sont en coeur de quartier et à l’écart du grand axe de circulation.

Un représentant de l’AMV intervient pour imputer à l’islamophobie du quartier notre refus de leur projet sur l’ancienne gendarmerie. Agacé, le Maire rappelle sèchement que depuis des années la Ville loue 76 000 euros par an un local appartenant à la Poste, rue Roger Morinet, pour le sous-louer 14 000 euros par an à l’AMV… que celle-ci ne paie même pas, accumulant une dette de 115 000 euros ! Phobie administrative ?

Je souhaite qu’on trouve un emplacement suffisamment grand pour édifier un lieu de culte, mais pas un centre commercial ni une école coranique (alors que le projet AMV/Cordillot faisait 5000 m2 dont pas plus de 1000m2 pour la partie destinée à la prière…). Et plutôt dans le nord de la ville puisque les habitants du sud peuvent aller à la mosquée Rachad. Après leur refus du premier, un deuxième terrain leur est proposé.

Quel avenir pour ce quartier ?

L’avenir du quartier, ce n’est plus la ZAC, alors quoi ? Un habitant du Lion d’Or, ancien président communiste du bureau de vote, vante le charme de son quartier pavillonnaire, qui sert de lieu de promenade avec ses jardins, ses sentes, ses ruelles. Il s’inquiète des divisions de parcelles qui densifient, réclame une structure de concertation plus confortable que cette salle bondée, pour concevoir ensemble une zone pavillonnaire/parc valorisant ce réseau piétonnier dans la verdure.

Une dame interroge sur le vélo. Je viens justement de mettre en place le comité de pilotage du plan Vélo de Villejuif, animé par un spécialiste, avec la Région, le Département, le Val de Bièvre, les élus et services de la Ville, pour impulser une ville « amie des vélos » (et des piétons). J’invite à s’inscrire pour participer à ce travail.

Je rappelle que pour élaborer le PLU, en plus des réunions de quartier, nous aurons une série de réunions thématiques sur :
* - la circulation et le stationnement,
* - la lutte contre les marchands de sommeil,
* - la charte architecturale,
* - l’environnement et les espaces verts,
* - l’habitat.

La réunion publique sur l’Habitat aura lieu en Salle du Conseil le 15 décembre à 19h30.
Elle nous permettra de préciser nos besoins : petits ou grands logements ? Résidences étudiantes ? Pour jeunes travailleurs ? Pour personnes âgées ? Handicapées ? En location ou en accession ? Des programmes privés ou sociaux ?

En tous cas, vous pouvez d’ores et déjà contacter Expansiel qui commercialise les 36 appartements en accession sociale à la propriété, rue de Rome. 20 ont déjà trouvé preneur. Voir ici sur le site de la Ville.

Notre ami du Lion d’Or revient à la charge et exige une déclaration d’amour pour son quartier ! Je la lui accorde bien volontiers.

Partager

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article336