L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > 11 novembre : le message est passé

Imprimez !
12 novembre 2014
Alain Lipietz

11 novembre : le message est passé

Les lycéens de Villejuif, comme le maire lui-même, ont célébré ce centenaire en hommage aux victimes, bannissant toute gloriole cocardière.

Les jeunes se sont décarcassés. Des lycéennes et lycéens de Darius Milhau ont tenté d’évoquer, dans une déclamation chorale, en quoi les touche la mémoire de ces souffrances d’il y a 100 ans, dont ne se souviennent que ceux qui ont connu un grand-père ou un père « Poilu » (et qui ont donc, comme moi, l’âge d’être leur grand père ou grand-mère). Ces lycéennes le font en évoquant un voyage scolaire sur les champs de bataille : aussi bien leur joie dans l’autocar et le pique-nique que leurs impressions face à cet ossuaire en pleine nature. Ce qui rejoint les souvenirs de la guerre, que nous connaissons personnellement ou par la télé (comme la belle transposition de « Ceux de 14 » de Maurice Genevois sur France 3) : horreur et camaraderie, et parfois « Dieu que la guerre est jolie ».

Puis un jeune homme a lu le texte des Anciens Combattants. Il a conclu par une réflexion personnelle sur la mort de Rémy Fraisse, qui nous a beaucoup touchés. Il l’a abordée par un hommage à la souffrance des parents de Rémy, ce jeune tué par une grenade de guerre pour défendre la terre de Sivens. Le rapport des inspecteurs des Eaux et Forêts écrit que cette terre n’aurait jamais dû être ravagée comme on le voit sur les reportages, assez semblables aux reconstitutions, à la télé, des No man’s land entre les tranchées de 14-18 …

Tous ces rapprochements inattendus étaient saisissants et m’ont fait monter les larmes aux yeux. Je suis fier que cette "transmission" ait pu avoir lieu : cela montre que le Centenaire 14-18 se passe plutôt bien.

En a aussi témoigné le discours anti-nationaliste, pacifiste et pro-européen du maire, Franck le Bohellec, qui a impressionné le vieil historien de Villejuif, Carlos Escoda. Franck le Bohellec ne s’est pas contenté de saluer la mémoire des anti-guerres de l’époque dont les noms illustrent nos rues (de Jaurès à Barbusse). Il a mis le doigt dans la plaie : « La jeunesse de l’Europe a massacré pendant 4 ans la jeunesse de l’Europe. Comment notre génération pourra-t-elle pardonner aux gouvernements qui n’ont pas voulu empêcher ça , qui n’ont pas su arrêter ça ? »

Partager

Commentaires

4 Messages

  • Laurent 12 novembre 2014
    17:06

    Bonjour Alain, je suis très surpris que tu puisses cautionner un quelconque rapprochement entre la mort malheureuse de Rémi Fraisse et la guerre de 14.
    Déjà, en ce qui concerne la "reflexion personnelle" du jeune homme, j’ai des doutes sérieux. Il me semble que le groupe vers lequel s’est tourné le jeune homme à la fin de la cérémonie explique bien des choses.
    Ensuite, tu sais bien que ce décès fait polémique.
    Ce n’était vraiment pas le lieu pour faire part d’une opinion "personnelle".
    Et à mon humble avis, ce n’était pas innocent.

    repondre message

    • Alain Lipietz 12 novembre 2014
      23:44

      Bonjour Laurent
      je n’ai pas du tout suggéré un rapprochement entre les deux évènements, la guerre mondiale de 14-18 et le minuscule affrontement de Sivens ! S’il faut chercher un analogue à Sivens, c’est du côté des luttes de vignerons de 1907, de la Fusillade de Fourmies ou de Creys-Malville : les forces de l’ordre françaises, utilisant des armes de guerre, tuent des manifestants français.
      J’ai cherché à comprendre comment des enfants construisent leur imaginaire d’un événement très lointain (un siècle). Les unes, dans leur déclamation chorale « Il y a … », se sont inspirées de leur voyage vers les champs de bataille, en une paraphrase, dont je ne sais si elle est consciente, de Tu n’en reviendras pas. Un autre a pris un événement récent (Sivens) présentant d’autres vagues points communs (un grenade offensive, une famille endeuillée, une terre injustement dévastée). Mais ce qu’ils ont gardé en commun c’est une certaine forme d’amour de la « terre-patrie » (au sens d’Edgar Morin) et l’horreur de la violence armée.
      Quant au groupe vers lequel le jeune s’est tourné, je ne l’ai pas vu, mais ce n’est pas vers les écologistes de Villejuif, alors que c’est à l’écologie qu’il a fait référence dans sa petite oraison funèbre. Et comme le PCF et le PS soutenaient le barrage de Sivens, je ne vois pas trop …
      Oui, le souvenir de la guerre de 14-18 et de Sivens sont clivants : le discours du maire, contre ceux qui ont voulu cette guerre et implicitement contre les Clémenceau et les Delcassé, n’aurait certainement pas plu à bien des leaders nationaux de la droite française. Le risque d’une célébration nationaliste de la « victoire de 1918 » était réel, je me réjouis qu’une autre interprétation ait prévalu.
      Amicalement

      repondre message

  • gigi 14 novembre 2014
    20:21

    Petite remarque ce n’était pas des élèves de Darius Milhaud mais des élèves du lycées du Val de Bièvres qui ce situe à Cachan ou il y des élèves de Villejuif mais je ne me souvient pas du non

    repondre message

  • Fabrice 16 novembre 2014
    20:24

    Bonsoir,

    L’économiste français Francis Delaisi publia en 1911 une brochure intitulée "La guerre qui vient".
    En voici un court extrait :
    "En dépit des apparences démocratiques en France, le peuple ne contrôle pas ses gouvernements. Un groupe étroit s’est emparé des conseils d’administration des grandes sociétés financières. Ces quelques hommes tiennent entre leurs mains les banques, les mines, les chemins de fer, les compagnies de navigation, bref, tout l’outillage économique de la France. Sans oublier la sidérurgie et les fabriques d’armes d’où ils tirent de croissants profits. Ils dominent le parlement et ont à leur solde la grande presse. La guerre ne leur fait pas peur, ils la considèrent même avec intérêt. (…) Nos banques ont gardé le souvenir des bénéfices énormes réalisés par elles en 1871*. »
    *Guerre franco-prussienne

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article329