L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Maitre Henri Leclerc défendra Natalie Gandais et Alain Lipietz face au (...)

Imprimez !
14 octobre 2014
Alain Lipietz

Maitre Henri Leclerc défendra Natalie Gandais et Alain Lipietz face au PCF/PS de Villejuif

Vous l’avez lu dans le journaux : écœurée de se voir éconduite par les électeurs, l’équipe de Mme Cordillot tente de renverser ce verdict par une série de plaintes en justice.

La première tentative a échoué lamentablement. Début avril, Mme Cordillot essaie de faire annuler les élections par le tribunal administratif. Ses arguments sont ridicules, en particulier celui-ci : nous aurions fait une campagne à l’américaine, éclatant le plafond légal de dépenses !

Pour qui a vécu la campagne de mars dernier, les camionnettes Cordillot passant toutes les heures recoller des affiches, les boites à lettre débordante de ses tracts, il y avait de quoi rire, et la Commission nationale des comptes de campagne, dès la mi-juillet, renvoie dans ses cordes Mme Cordillot, en validant les comptes des 4 listes de l’Union citoyenne au premier tour et ceux de la liste fusionnée, et en commentant « Mme Cordillot n’a pas apporté la preuve de ses allégations ». Le 26 septembre, le Tribunal administratif de Melun retoque le recours Cordillot en termes particulièrement cruels. Lisez :

PDF - 1.2 Mo

L’Union citoyenne sait bien que, si des irrégularités ont été commises lors de ces élections, c’était par la liste Cordillot. Mais ce n’était pas notre intérêt de les faire annuler ! Maintenant que les élections sont confirmées, nous étudions la possibilité de « rendre la monnaie de sa pièce à Mme Cordillot », en contre-attaquant … au pénal. Ce qui nous en retenu jusqu’ici, c’est que nous avons tant d’autres choses à faire : travailler pour l’avenir à Villejuif plutôt que solder le passé. Passer l’éponge et regarder vers l’avant.

Hélas, tel n’est pas le point de vue du PCF et du PS Villejuifois. Dès la mi-juillet (avec la validation de nos comptes), ces partis savent que leur première manœuvre a échoué. Ils se lancent alors dans une manœuvre de pure vengeance, toujours en recourant à la justice : ils portent plainte contre Natalie Gandais et Alain Lipietz pour… diffamation. En 4 procès distincts, demandant au total 472 000 euros de réparation (oui, vous avez bien lu).

Voici les propos qu’ils nous reprochent :

-  Sur ce site, à propos des locataires des cités venus se plaindre à Natalie Gandais , le paragraphe :

« J’aimerais avoir un chroniqueur dans mon bureau pour en faire un livre. Les familles avec des handicapés sont particulièrement nombreuses à chercher des solutions. Mais aussi les victimes de bandes de dealers qui tiennent le bas des tours.
Je sais déjà que la police est découragée parce que l’ancienne équipe courrait systématiquement faire sortir les délinquants arrêtés, en particulier les trafiquants. Le commissaire a fait constater au nouveau maire que les plaintes allaient en diminuant, alors que l’expérience est bien sûr que la délinquance monte en flèche. Ainsi, selon leurs statistiques, Villejuif est la ville où les délits liés au trafic de drogue sont les plus faibles, alors que c’est la plaque tournante entre Orly et Paris. C’est cette culture de l’impunité organisée qui pourrit la vie des quartiers.”

-  Sur un mémoire en défense de Alain Lipietz contre une tentative d’exclusion prononcée par la direction de EELV pour « mésalliance » aux municipales, le paragraphe :

« En 2013 à Villejuif, le PCF au pouvoir depuis 88 ans, avec un passé illustré par des personnalités prestigieuses et d’importantes réalisations sociales, a dégénéré en association affairiste, largement discréditée par son autisme vis à vis de la population, son productivisme effréné et potentiellement irréversible (démantèlement d’un parc départemental, urbanisation des dernières terres agricoles et des derniers espaces verts disponibles en centre ville, avec toutes les conséquences imaginables pour Villejuif et pour l’effet de serre mondial), ses violations clientélistes de la laïcité, son organisation systématique du détournement de fonds public, son lien (remontant aux années 1970) avec le banditisme local investi dans le trafic de stupéfiants et, selon la rumeur publique (qui sera confirmée par la police en avril 2014 au maire nouvellement élu), dans des trafics encore plus criminels. Il n’a jamais été possible aux écologistes locaux de s’associer avec le PCF villejuifois qui a satellisé tous les autres partis de gauche. Sa chute est désormais hautement probable, malgré ses capacités de fraude électorale. »

Voici contre quoi nous avons à nous défendre : une plainte au pénal, visant les motifs mêmes de notre candidature à la mairie et de notre victoire en mars dernier.

En réalité, dernière nous, le PCF et le PS visent la majorité du peuple de Villejuif, qui se plaignait de cela même que nous dénonçons, et pour cela-même a voté pour nous, puis pour la liste fusionnée Union Citoyenne.

Devant une aussi grave attaque contre la liberté d’expression publique des candidats et des élus, le grand avocat progressiste Me Henri Leclerc, président honoraire de la Ligue des Droits de l’Homme, a accepté de nous défendre.

Il nous a bien expliqué l’enjeu. Face à une plainte en diffamation, nous n’avons pas à prouver ce que nous disons (ça, c’est l’affaire de la police, si un procureur décide de lancer une enquête sur la gestion Cordillot). Les témoignages anonymes, « sous X », la protection policière contre ceux qui dénonceraient des trafiquants de drogue etc, n’existent pas.

Nous avons à prouver notre « bonne foi », c’est à dire que nous avions tout lieu de croire ce que nous écrivions. Et comme de plus nous le disions en tant que militants politiques puis élus, nous devons montrer que nous représentons bien, en exprimant cela , les motifs des électeurs qui ont décidé de chasser le « système » Cordillot.

Le vrai procès aura lieu l’an prochain. Les premières audiences, fin octobre début novembre, sont purement administratives.

Dores et déjà, alertés par la presse, un certain nombre d’entre vous avez spontanément apporté votre témoignage, décidés à témoigner soit par une lettre signée, soit directement au tribunal, ce que vous reprochiez à la gestion Cordillot et que le PCF et le PS nous reprochent d’avoir répété à haute voix.

Nous vous en remercions chaleureusement. Nous sommes certains de réunir grâce à vous, d’ici le procès , un nombre suffisant de témoignages pour convaincre la justice de ce que vous avez déjà exprimé pendant la campagne, et par vos votes.

Partager

Commentaires

7 Messages

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article314