L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Journée de la Déportation : retour à l’an 40

Imprimez !
27 avril 2014
Alain Lipietz

Journée de la Déportation : retour à l’an 40

… et ça continue à la cérémonie du 8 mai

Le nouveau et l’ancien bureau municipaux presque au complet, double petite foule et surenchère de gerbes : s’il est un sujet qui aurait pu réconcilier Villejuif un moment, des gaullistes aux communistes, c’était bien la cérémonie de la Déportation. Eh bien non ! La Guerre de 39-40 a recommencé.

On aurait cru que le tract de P. Staat était un phénomène marginal. Pas du tout. La bataille pour l’appropriation de la mémoire de la Résistance ne faisait que (re)commencer, alors que le maire de 1945, M. Dolly, avait su unir les deux ailes de la résistance villejuifoise et passer l’éponge sur la collaboration. Seulement voilà : il faut d’abord affirmer aujourd’hui qu’une mairie non-communiste est illégitime à Villejuif.

Dès le dépôt des gerbes, les petites piques se multiplient à voix basse. M. Ginsburger, petit fils de Marie-Claude Vaillant-Couturier prend à ce titre la parole. Il évoque d’abord la déportation raciale, la Shoah. Une dame siffle à sa voisine assez fort pour que je l’entende « Et maintenant il y en a qui se font de l’argent sur les malheurs de leur parents, suivez mon regard ! », reprenant le reproche des antisémites au procès contre État et Sncf intenté par mon père et mon oncle… qui pourtant étaient bien eux-mêmes les déportés ! De nouveau, cette ambiance rouge-brune qui poisse depuis leur défaite.

Mais écoutons M. Ginsburger. Il évoque maintenant le sort des communistes villejuifois « arrêtés avant même la rupture du pacte germano-soviétique » (1941) et les « FTP, qui dès 1940… » . Murmures du côté gaulliste. La dame leur lance « À ce moment-là, vous étiez pétainistes ! »

Mais quel besoin pour ces communistes villejuifois de rouvrir la plaie de l’année 1940, la pire de leur histoire, quand leur parti était pour la collaboration avec les nazis contre « l’impérialisme britannique », alors que d’autres, à Londres ou à Paris, entraient déjà en résistance ? On s’en fiche, on n’était pas né, on a oublié, on leur a pardonné…

La réponse ne se fait pas attendre. « Le ventre est encore fécond d’où est sorti la bête immonde, enchaine M. Ginsburger. Aujourd’hui, la croix gammée et la bannière de l’Oncle Sam flotte à Kiev sur le gouvernement fasciste imposé par l’OTAN… »

Pfouui ! C’est un point de vue

Partager

Commentaires

20 Messages

  • Meilleur Ami 27 avril 2014
    21:22

    On peut causer jusqu’au bout de la nuit du dossier Ukrainien, effectivement entaché par la présence de nationaux socialistes dans ce gouvernement (les faits sont têtus - c’est du Lénine, désolé...) , au sein d’ailleurs duquel la moralité de certains membres est plus que discutable. On peut aussi causer de la présence inquiétante de l’OTAN sur les territoires de l’ex Europe de l’Est. On peut encore causer du gazoduc et des enjeux financiers qu’il représente. La nuit serait longue....

    Mais faisons plus bref. La guerre de 40, c’est vous qui l’avez réouverte. Je m’explique : dans l’histoire politique contemporaine, les fronts républicains droite/gauche se forment contre les dictatures, et plus près de nous, dans notre pays, contre l’extrême droite lorsque celle-ci est en position de l’emporter, que ce soit à l’échelon national (2002), ou local.

    Or vous et vos amis, vous avez conçu une alliance dite "citoyenne et républicaine par delà le clivage droite/gauche" contre une liste non pas FN mais....d’union de la gauche (PCF, PS, PG, MRC, gauche Citoyenne - et EELV au second tour faut-il le rappeler) !!!! Ce qui est, vous vous en êtes suffisamment vantés les uns et les autres, du jamais vu.

    Et pour cause, la signification est claire : vous et vos amis, vous mettez donc les formations de la gauche de gouvernement sur le même plan que l’extrême droite. Et évidemment, c’est cet amalgame scandaleux qui pousse aux références passées.

    repondre message

    • Alain Lipietz 28 avril 2014
      12:57

      Bonjour anonyme Meilleur Ami
      Votre témoignage est important (laissons en effet entre parenthèse l’aspect Ukraine) car il constitue la première explication psychanalytique du délire qui s’est emparé du PCF Villejuifois à partir du 25 mars, date du dépôt de la liste « Union citoyenne ».

      D’abord, merci d’avoir rompu avec la novlangue « Les masques sont tombés, Natalie Gandais c’est Sarkozy ». Vous reconnaissez enfin que, politiquement parlant, il s’agissait d’un front droite-gauche-écolo où chaque composante gardait sa personnalité. Mais ce que vous reprochez aux écolos et aux divers gauche c’est justement d’avoir fait « front ». Or, selon vous, ce ne serait possible QUE contre le FN. Donc c’est nous qui « aurions commencé » à agiter le spectre de 1940, en assimilant le PCF, le PS, le MRC, le PG , etc, au FN donc à Hitler. Par l’usage même de l’idée de Front.

      Dans le réel, absolument rien, dans les tracts de l’Union citoyenne ou sur nos sites, ne permet une telle interprétation. Nous avons même pourchassé toute trace d’expression telle que « contre les deux extrêmes » visant à faire apparaitre notre liste dans la confortable situation du centre raisonnable entre Gaborit et Cordillot, tant il serait grotesque de qualifier le PS ou le MRC, ou même le PCF, soutiens de la lite Cordillot, d’extrémistes. Les gentils LO villejuifois non plus, d’ailleurs. A ma connaissance, cette expression-bateau n’a échappé qu’une fois à notre vigilance.

      L’Union citoyenne a de multiples fois expliqué son opposition à la gestion passée de l’alliance Cordillot : saleté et insécurité de la ville, clientélisme, projets de suppression des derniers espaces vert ou terrains agricoles, tours insensées, politique financière hasardeuse, soupçon d’activités délictueuses (surfacturation et détournement de commandes publiques) etc etc etc etc. On va pas y revenir, ces critiques sont toujours sur notre site. Ces critiques partagées par la population expliquent, mieux que la « politique du gouvernement Ayrault » que soutenaient des composantes quasi-muettes de votre liste, votre échec retentissant. Les Villejuifois-e-s vous ont sèchement congédiés en tant que mauvais gestionnaires de leur ville, et pas parce qu’ils vous assimilaient au totalitarisme.

      En revanche, votre commentaire nous ouvre des horizons sur ce qui s’est passé « dans l’imaginaire et dans le symbolique », dans la tête des communistes. Si je comprends bien votre analyse, notre « front » droite-gauche-écolo (l’apport ridicule du logo EELV sur la liste Cordillot fait l’objet d’un recours interne, faut-il vous le rappeler !! ) aurait déclenché une chaine d’associations d’idées délirantes, de type marabout- d’ficelle- de ch’val : « Ils ont fait un Front contre nous, donc ils nous traitent de fascistes, comme en 39 quand l’Union sacrée destituait les communistes approuvant le partage de la Pologne, donc faut leur répondre que c’était bien fait pour elle, et d’ailleurs Poutine a bien raison d’annexer la Crimée et le Donbass, et d’ailleurs nous étions déjà dans la Résistance, et d’ailleurs de Gaulle et le Bohellec en fait couvraient Pétain » etc

      Bon, admettons ce diagnostic, qui enrichit le diagnostic vulgaire « Le PCF ne peut pas supporter d’avoir perdu Villejuif qu’il considérait comme sa propriété ». Et … c’est grave, Docteur ? ça passera tout seul ? ou il faut organiser des cours sur la 2e Guerre Mondiale ? Ou celle – ci n’est qu’un symptôme d’une paranoïa plus générale « Si tu nous critiques c’est que t’es Sarkozy et Sarkozy c’est un nazi » ? Dans ce cas votre analyse sophistiquée rejoindrait l’analyse vulgaire, elle ne ferait qu’identifier, de façon intéressante, comment se sont opérés certains branchements du discours communiste : « Villejuif, terre de gauche, c’est à nous, et ceux qui nous la piquent sont donc des nazis. »

      Cordialement

      repondre message

      • GIGI 29 avril 2014
        14:53

        Petite remarque il ni a pas ut d’avalanche de gerbe se jour la a chaque commémoration il y en toujours autant c’est dommage que vous ne soyez pas venu avant, j’ai beaucoup de respect pour ceux qui ont été déporté je me permettrais pas d’attaquer qui se soit,
        En plus le discourt de Vincent étais correcte, il n’a pas attaquer la nouvelle municipalité et il en fait un chaque année en tant que membre de la FNDIRP, comme le font les organisations d’ancien combattant, l’UNC le 11 novembre, la FNACA le 19 m

        repondre message

      • GIGI 29 avril 2014
        15:00

        suite de mon message avec mes excuse
        La FNACA LE 19 mars et le 8 mai l’ARAC et je pense que chacune doit s’exprimé librement si M ;Le Maire veut aussi s’exprimé pourquoi pas ces sa la liberté.
        Pour l’Ukraine se qui me gêne c’est la place de voir des Nazis se SKOBA au pouvoir
        Mais pour autant je ne cautionne pas l’ancien pouvoir
        Pourquoi on soutient ces gens la

        repondre message

    • kartoum94 28 avril 2014
      16:00

      Meilleur ami, mais tu es complètement taré toi !

      Si les villejuifois ont voté pour la liste d’union citoyenne, c’est pour se débarrasser avant tout de madame Cordillot et ses sbires. Peut être que vous vivez sur une autre planète, en tout cas je peux vous assurez que cette défaite était annoncée depuis très longtemps. Les villejuifois se plaignaient de plus en plus d’une sur urbanisation de la ville, de la saleté des rues et trottoirs, d’une insécurité grandissante, de la disparition des commerces de proximité qui a conduit au fait que notre centre ville ne possède plus un seul boucher non hallal depuis plusieurs années ni même un charcutier traiteur !! C’est tout simplement impensable pour une ville de 56 000 habitants !!

      Pour ces raisons et de nombreuses autres encore, Madame Cordillot a été républiquement punie. Si vous trouvez que c’est une honte que la nouvelle liste soit élue à votre place, à quoi cela aurait il servi d’organiser des élections. Villejuif appartient à ses habitants, non pas au PC ou FG. Vous l’avez peut être oublié, nous vous l’avons rappelé.

      Au moins, maintenant, nous avons l’espoir d’être un peu plus écouté et de ne pas se sentir floué.

      Toutes vos références politiques sur le FN, sur les résistants, sur la guerre de 40, ON S’EN FOUT !! On veut que notre ville remonte toutes les marches qu’elle a descendu au cours de ces dernières années.

      Il y a une chose qu’on ne peut manipuler : ce que les électeurs pensent. Toutes les manipulations des appareils politiques ne servent à rien. Si Villejuif a changé de maire, c’est parce que l’ancienne n’a pas bien fait son travail aux yeux des habitants. Un point c’est tout.

      repondre message

      • jc fevre 29 avril 2014
        00:08

        en premier lieu "j’a dort les gens qui se cache sous des noms d’emprunt"
        mais se qui m’ horripile le plus c’est l ’insulte et la méconnaissance de VILLEJUIF et le racisme

        repondre message

      • électrice de gauche 29 avril 2014
        14:06

        voilà une contribution judicieuse que je partage !
        Ras le bol que les bien pensants de l’extrême gauche nous parlent en permanence de Villejuif en 1940. Je n’y étais pas et eux non plus....
        Ras le bol qu’on assimile mon vote contre l’équipe sortante incompétente au vote à la gauche du Front national.
        Ras le bol de ne constater aucune remise en cause sur la gestion d’une ville où il ne fait pas bon vivre aujourd’hui (saleté, insécurité, absence de commerces en centre-ville etc....)
        Ras le bol des discours sur Villejuif la rebelle où il fait bon vivre alors que Villejuif est sale, pauvre et que "les fascistes des pavillons" (charmante expression entendue lors de l’élection de M. Le Bohellec) fuient les écoles publiques pour mettre leurs enfants dans le privé
        Ras le bol des termes dégradants pour désigner la nouvelle équipe municipale ! Moi je dis "M. le Maire" et ’Mme le Maire" lorsque je parlais de Mme Cordillot
        Elle est où la démocratie et le respect du vote des électeurs ? en tout cas, pas à gauche !

        repondre message

  • Alain Lipietz 12 mai 2014
    01:13

    A nouveau beaucoup de monde, place des Fusillés à l’entrée de la rue Georges Le Bigot, pour le 8 mai. Très bon discours du maire. Mais on attendait surtout, non sans inquiétude, le discours de François Bretagne, président des Anciens Combattants et Victimes de guerre, surtout connu de nous pour son tract avec P. Staat ([en Annexe, ici- >http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article275]). Il y assimilait l’Union citoyenne pour Villejuif aux ligues factieuses du 6 février 1934 et invoquait la destitution des députés communistes en 1939, suite à leur approbation du partage de la Pologne, comme premier pas vers la collaboration pétainiste. A la veille d’une nouvelle annexion perpétrée par la Russie de Poutine dans l’Est de l’Ukraine, allait-il, comme Ginsburger, à nouveau dénoncer comme nazi le gouvernement ukrainien ?

    Eh bien non, d’Ukraine il n’en fut pas question. Ouf : on a pu paisiblement se diriger vers le jus de fruits d’honneur (eh oui, l’austérité arrive à Villejuif).

    N’empêche que le petit jeu de l’an 39-40 a recommencé. Je sais que ça agace certains lecteurs, alors je le mets ici, en commentaire. Car pour moi, ça compte.

    F. Bretagne commence par un historique de l’ascension de Hitler, puis aborde l’été 39, attribue à la lâcheté des france-britanniques la signature du « pacte de non-agression » germano-soviétique (point de vue plausible et que je partage, sans excuser les clauses de ce pacte) , invoque l’agression hitlérienne du 1er septembre sur l’ouest de la Pologne et glisse benoitement « Et le 17 septembre, conformément au pacte de non-agression, l’URSS envahit l’est de la Pologne ».

    Sourire en coin chez les gaullistes, centristes, écologistes et DVG : une invasion suite à un pacte de non-agression… ? Joliment dit. En réalité, le pacte prévoyait bel et bien un partage de l’Europe centrale et orientale entre Hitler et Staline. Successivement, l’URSS attaque ensuite la Finlande, annexe la Lituanie, l’Estonie, la Lettonie et un morceau de la Roumanie. Pendant un an et demi l’URSS sera un allié fidèle de l’Axe Allemagne nazie – Italie fasciste – Japon militariste. La flotte allemande et ses sous-marins navigueront de l’Atlantique au Pacifique, de la Norvège occupée au Japon, en passant le long des côtes de Sibérie, avec les brise-glaces soviétiques, mouillant dans les ports soviétiques.

    Année terrible pour les communistes français, objectivement placés par Staline dans le camp allemand. Il y a prescription, mais François Bretagne, résolu à défendre le pire de son tract avec P. Staat, s’enfonce. Il évoque l’effondrement de l’armée française en mai-juin 1940 et enchaîne sur le sort de G. Le Bigot, maire de Villejuif depuis le décès de Paul Vaillant-Couturier, « destitué [comme tous les élus communistes qui n’ont pas dénoncé l’agression soviétique en Pologne] puis contraint à la clandestinité après sa démobilisation ». Il évoque bien sûr « l’appel de juillet 1940 de Jacques Duclos, premier appel à la résistance », alors que cet appel, un mois après celui du général de Gaulle, n’évoque rien de la sorte. Au contraire, le PCF va tenter de négocier honteusement avec l’occupant allemand sa re-légalisation et la reparution de L’Humanité. J’ai rappelé ces faits ici et les terribles formules du PCF de l’époque.

    Et F. Bretagne continue, évoque l’arrestation de G. Le Bigot par les hommes de Pétain, sa livraison en otage aux Allemands, et son suicide sur les barbelés d’Auschwitz. Problème : enragé à démontrer que le PCF a commencé la Résistance avant tout le monde, il omet de rappeler le traitement infligé à Le Bigot par le parti communiste, quand celui-ci négociait sa reconnaissance par les Allemands, en application (croyait-il) du pacte germano-soviétique.

    Cette histoire est racontée dans un livre quasi – officiel pour les communistes villejuifois. Un livre de Carlos Escoda, préfacé par Mme Cordillot elle-même, Nouvelles chroniques de Villejuif, éditions Escalier D, 2008, en vente dans toutes les bonnes librairies de Villejuif, page 178.

    L’excellent Carlos Escoda, qui n’aime pas qu’on lui fasse prendre les vessies pour des lanternes, s’appuie sur un rapport d’une cadre du parti, Odette (Janvier ?). La scène se passe à l’été 40 (Le Bigot a été démobilisé le 1er Aout et rentré, caché, à Villejuif), tandis que le parti négocie avec les Allemands. Le Bigot est sommé par Odette, par son ancien adjoint et futur maire de Villejuif Louis Dolly et par quatre autres communistes villejuifois, d’aller demander sa réintégration comme maire de Villejuif. Le Bigot refuse, consterné par la victoire de l’impérialisme allemand (alors que les autres sont d’abord contre l’impérialisme britannique), prédit l’instauration en France d’un régime fasciste : il ne veut pas sortir de la clandestinité. Tous les autres le blâment : « il ne fait pas son devoir de communiste ». Ils dénoncent chez lui « une politique de lâcheté et de trahison », de « petit-bourgeois égoïste ». Il finit par accepter, la mort dans l’âme, à la demande pressante de Dolly. Odette commente : « Il est regrettable que Dolly l’ait repêché. Dolly voit Le Bigot comme un sentimental qui a besoin d’être épaulé. Laisser Le Bigot reprendre une influence quelconque à Villejuif est un danger pour notre parti ».

    Le Bigot sera arrêté le 5 octobre 1940 en tentant d’appliquer la ligne. On connaît la suite. Louis Dolly ne parlera jamais de cette réunion qui a conduit son camarade à la mort. Mais il confessera dans ses Mémoires (toujours cité par C. Escoda) : « Avec le recul du temps, je ferai néanmoins une critique, à savoir d’avoir maintenu en semi-clandestinité le parti jusqu’au début octobre 1940, ce qui permit d’arrêter préventivement plus de 160 camarades »

    repondre message

    • L’idiot utile 12 mai 2014
      17:12

      Odette était aussi le pseudonyme de Jean Catelas, à ce moment là cadre central du Parti en région parisienne. Ce serait peut-être lui, la fameuse Odette qui écrit le rapport. Voir l’ouvrage suivant, page 236-237 : http://books.google.fr/books?id=eT9wB8kCU5wC&pg=PA235&lpg=PA235&dq=%22odette+janvier%22&source=bl&ots=z2NmhLKql8&sig=F1H5hhWVG433LSCHIJlkZtj6s6A&hl=fr&sa=X&ei=AOJwU5niG6KO0AWSy4GQBQ&ved=0CDAQ6AEwAA#v=onepage&q=%22odette%20janvier%22&f=false

      Difficile en tout cas au PCF de revenir à l’année 1940 sans être dans la peu enviable position de l’arroseur arrosé ! Que ne se concentrent-ils sur les années 1941, 42, 43, 44, qui sont incontestablement glorieuses pour leur Parti plutôt que de râbacher la calamiteuse année 40 ?

      repondre message

      • Alain Lipietz 12 mai 2014
        23:21

        Évidemment, si « Odette » (qui condamne Georges Le Bigot) est un pseudo connu de Jean Catelas, tout s’éclaire, car Catelas est l’homme de la négociation, en zone nord, avec l’occupant allemand pour la légalisation du PCF ! Vous avez raison probablement, à 99%. Bravo !

        Catelas était très proche de Tréand (l’homme da la défense inconditionnelle du pacte), depuis les Brigades internationales, et à ce titre… Mais là on entre sur le territoire d’Anita et des « durs communistes de la guerre d’Espagne » à la André Marty ;-)

        Mais les mots atroces d’Odette sur George Le Bigot m’ouvrent de nouveaux horizons sur Catelas. Dans mon livre sur La Sncf et la Shoah, je le donne en exemple de la tragédie communiste. Il a en effet succédé, en tant que leader des cheminots communistes, à Pierre Semard (arrêté le 18 octobre 1939 en tant que « pro pacte germano-soviétique » et qui sera livré comme otage, tout comme Catelas, finalement.) Et c’est lui qui écrit aussi (en suivant les ordres carrément antisémites de Tréand contre « le juif Mandel ») l’abominable texte à la Propaganda Staffel que je cite dans un forum antérieur.

        Je cite ce texte d’après le rapport Bachelier (il faut cliquer en haut à gauche « Pour consulter l’intégralité du texte », puis sélectionner la partie « Se souvenir » et c’est l’onglet 8-3-7 en cliquant sur la petite main en bas à droite…) Mais Bachelier indique (je ne sais plus où) que Catelas était en fait « réticent ». C’est aussi le point de vue de Wikipedia. Si Catelas est Odette, alors on voit que sa réticence de bon stalinien avait des limites…

        Quant à la question « Pourquoi P. Staat , Ginsburger et F. Bretagne en remettent une louche pour défendre le pacte et le PCF en 39-41, au lieu de s’en tenir à ses années glorieuses dans la résistance ? », on peut imaginer plusieurs réponses. L’une (sans doute la motivation de Ginsburger) est de défendre la mainmise de Poutine sur des morceaux de l’Ukraine en reprenant la rhétorique « pro-pacte » de lutte contre l’impérialisme anglo-saxon. Mais la plus simple est en toutes lettres dans leur tract.

        Il s’agit de construire une assimilation « PCF de Villejuif = résistants, donc F. le Bohellec = occupant nazi, donc Gandais + Vidal = collabos ». Or le Bohellec est gaulliste, donc ça ne colle pas. Et quand le PCF entre dans la résistance (en juin 41) il devient allié des gaullistes (ma mère m’a raconté un exemple assez spectaculaire du rapprochement entre les gaullistes du réseau Vauban – mon grand père – et les FTP – M. Prot – à Avallon à cette époque). Donc ça ne marche pas non plus.

        Au lieu d’utiliser les cérémonies de la Déportation et du 8 mai pour célébrer cette réconciliation (donc, dans leur folie : entre Cordillot et le Bohellec) il leur faut insister sur cette période où le PCF et de Gaulle ne sont pas dans le même camp, les noires années 39-40, et expliquer que « l’union sacrée » des munichois et des anti-munichois sous Daladier puis Reynaud pendant la Drôle de Guerre, contre les Allemands et avec répression des communistes partisans du Pacte, prépare… Pétain. Comme l’Union citoyenne pour Villjuif, « union sacrée de l’UMP et de EELV », prépare le ralliement au FN. CQFD.

        Et au fait… qui êtes vous, cher érudit utile ?

        repondre message

        • L’idiot utile 14 mai 2014
          13:49

          Bonjour,

          Plus qu’une projection sur la situation présente, je pense que cet acharnement du PCF à défendre cette année 1940, le pacte germano-soviétique, etc. sans doute une des périodes les plus noires de leur histoire, est plutôt une façon de se compter, et de ressouder entre eux les "vrais militants" du PCF, c’est à dire ceux qui sont prêts à défendre l’indéfendable, à accepter la version "officielle" (appel du 10 juillet etc.) et pas celle que les travaux d’historiens de tous bords (y compris le très respecté Carlos Escoda à Villejuif) ont reconstituée depuis. C’est une façon de dire à chacun, "choisis ton camp, camarade". Soit tu acceptes tout, soit tu n’es plus des notres.

          A mon avis, cela montre qu’actuellement, à Villejuif, le PCF est sur une dynamique de repli identitaire, et ce dès l’entre-deux-tours avec le tract de Patrick Staat. C’était le cas depuis longtemps, mais cela se voyait moins quand ils avaient le pouvoir et pouvaient se poser en rassembleurs de ceux qui voulaient bien se ranger derrière eux.

          Le PCF est à Villejuif dans cet état de chute terminale et pose les barbelés autour de lui. Il a donné beaucoup à la ville dans le passé mais il n’y a plus rien à en attendre. Le PS sonné par la défaite et par la politique "de l’offre" menée par le gouvernement n’a plus d’électorat, les ex-Verts gouvernent la ville avec l’UMP, et il n’y a pas de présence importante d’autres partis de la gauche à Villejuif. La gauche a pour ainsi dire disparu à Villejuif (et vous y avez une grande part de responsabilité). Se reconstruira-t-elle ? Autour de qui ?

          repondre message

          • Alain Lipietz 14 mai 2014
            15:41

            Bonjour Idiot Utile (vous y tenez ?)

            Je pense que nos interprétations sont complémentaires. Vous insistez sur la forme du repli du PCF et avez sans doute raison. J’insistais sur les contenus : tentative, comme Poutine en Ukraine, de monopoliser la mémoire « résistante » face aux nazis, en oubliant les gaullistes, les socialistes (comme Roger Morinet), les chrétiens démocrates…

            Je ne sais si la vieille gauche a disparu de Villejuif. Vous écrivez que nous (EELV) y avons une grande part de responsabilité : sans soute, mais nous ne prétendons pas monopoliser la « nouvelle gauche » ! Elle émerge sous nos yeux, dans le secteur associatif, aussi bien dans les quartiers populaires, chez ces jeunes adultes qui nous ont rejoint dans la campagne (souvent des « musulmans de gauche » comme dans ma jeunesse j’ai connu les « chrétiens de gauche », ouvriers et paysans qui ont constitué le PSU, tel Gérard Peurière, ex petit chef de blousons noirs à Villejuif – au Massif central - dans les années 60 devenu l’un des dirigeants des Verts) que dans « l’intelligentsia ». Ces fameux « bourgeois-bohêmes » tant décriés, classes moyennes à capital intellectuel comme les enseignants, chassées de Paris par la hausse de prix, qui ont choisi Villejuif justement à cause de son caractère populaire, et qui nous harcèlent pour qu’on leur confie des taches d’animation citoyenne… Voyez ici ma longue analyse du premier tour sur mon site perso, ça intéressera sûrement un historien comme vous.

            Je n’ai pas très bien compris par exemple pourquoi les (quelques) « non-PCF du Front de Gauche » sont allés s’acoquiner avec un PCF et un PS villejuifois dont vous montrez si bien qu’il n’y avait rien à attendre. Évidemment, Villejuif n’est pas Grenoble, comme je l’explique ici encore d’un point de vue politique. Une victoire « Associatifs-EELV-PdeG » était impossible.

            Alors comme vous dites « EELV gouverne la ville avec l’UMP », mais il faut bien mesurer le caractère profondément atypique de ces « UMP » (que ce soit le maire ou ses adjoints comme Fadma Ouchard et Elie Yebouet), sans oublier les deux autre composantes de l’Union citoyenne. On peut tout aussi bien dire qu’il n’y a plus de droite à Villejuif, car même les fidèles de M. Harel ne sont pas tout-e-s de droite.

            Il reste quoi ? L’Union citoyenne, engloutie dans les taches que les citoyens lui ont confiées et qui n’a pas le temps de « théoriser ». J’ai assez d’expérience pour savoir que ce n’est pas plus généralisable que les Groupes d’Action Municipale à partir de l’exemple d’Hérouville-Saint-Clair. Les camarades de EELV me somment de théoriser un peu ce que nous avons fait, au delà des justifications locales. J’essaie. Le fond du problème c’est que ce que vous dites de la disparition de la gauche (la vieille) à Villejuif, est en réalité un phénomène européen. Et que la « nouvelle gauche » (EELV national, PdeG) a largement sombré avec elle.

            repondre message

            • L’idiot utile 16 mai 2014
              10:38

              Bonjour,

              Bonne pioche ! L’idiot utile est un non-PCF du Front de Gauche, et même un non-encarté du Front de Gauche, ce qu’on appelait à l’époque un compagnon de route. Un idiot utile quoi, selon une expression prisée naguère à Villejuif !

              Mais assez parlé de moi. Quelques lignes, sur l’avenir de la gauche puisque vous portez la discussion sur ce terrain. Pour moi, en termes d’idéologies (et à gauche sans idéologie on ne va pas bien loin), c’est l’écosocialisme, porté depuis longtemps par le NPA dont j’ai été proche à sa création, aussi par le PdeG que je connais assez mal, et d’autres petites formations diverses. Je suppose que certains courants d’EELV s’en rapprochent aussi. C’est ça la seule "idéologie" relativement cohérente qui peut remplacer aujourd’hui le vieux communisme d’Etat et la soc.-démocratie. Ces forces qui se réclament de l’écosocialisme (qui pour parler Européennes se retrouvent parmi ceux qui voteront Tsipras ou Keller) me semblent avoir plutôt le vent en poupe en ce moment. En fait René Dumont dès le début avait posé cette possibilité (seule, une écologie socialiste...), enrichi par Gorz etc. Mais on ne m’otera pas de l’idée que s’allier avec l’UMP, fut-il social (je demande à voir) n’est pas la bonne façon de construire et renforcer une "nouvelle gauche", et que cette "nouvelle gauche" n’aura de force que si elle parvient à arracher à leurs vieilles conceptions des parts substantielles des vieux PS et PC partout en Europe. Bref, tout est à faire, mais à Villejuif la "nouvelle gauche" qui gouverne avec la droite ne laisse que peu de perspectives qu’un tel processus se mette en place.

              Comme disait le Président Mao : "Quels sont nos amis, quels sont nos ennemis ? C’est là une question d’une importance primordiale pour la Révolution". D’ailleurs le PC chinois des années 1920 avait payé un prix très élevé pour avoir mal choisi ses amis, pensant s’allier avec des nationalistes "progressistes" de Tchang Kaï-Chek, considéré un temps par le Komintern comme un idiot utile, et qui finalement n’était pas si idiot qu’on voulait bien le dire ...

              repondre message

              • Alain Lipietz 17 mai 2014
                00:49

                Juste un mot avant de reprendre la discussion sur un format plus large, ci-dessous. Un détail, oui : le Parti communiste chinois a en effet commencé par s’allier à Tchang Kaï Chek et au Guomintang, conformément aux vues de Staline sur la "bourgeoisie nationale". Ça s’est en effet fini par le massacre de Shanghaï qu’évoque Malraux dans La condition humaine. J’espère que F. le Bohellec ne nous enverra pas rôtir dans une locomotive, car j’ai horreur de la souffrance physique et je n’ai pas toujours mon cyanure sur moi….
                Ensuite, Staline a lancé le "cours gauche da troisième période", erreur inverse : les insurrections urbaines contre le Guomintang. Puis Mao a commencé son ascension en créant des "bases rouges " à la campagne : le pouvoir rouge. Rien de tout ceci ne nous concerne : nous ne sommes pas pour la lutte écologiste armée :-)

                repondre message

  • Alain Lipietz 16 mai 2014
    17:02

    Bonjour cher ami pas inutile

    Vous avez raison, ce site associatif n’est pas le lieu d’un débat sur l’avenir de la gauche, même à Villejuif. Le site de EELV à Villejuif serait plus indiqué. Toutefois, pour conclure provisoirement cette très intéressante discussion engagée ici, il me semble que pas mal de membres de L’Avenir à Villejuif se reconnaitraient dans la formule « écosocialisme ». Moi-même j’ai été très proche de René Dumont et de André Gorz qui furent littéralement mes maitres.

    Je ne pense pas que le débat sur la reconstruction d’une nouvelle gauche doit être confondu avec « qui valait –il le mieux pour notre ville aux municipales de 2014 ? » Il s’est trouvé qu’à Grenoble ce fut probablement le cas (et c’était déjà le cas dans les années 60 quand je suis entré en politique). Mais pas à Villejuif, et la responsabilité en incombe ici aux forces prisonnières de la vieille gauche. Oui, nous aurions préféré la victoire, disons, d’une liste Associatifs + EELV+ Indépendants du FdG + socialistes en rupture d’alliance, et nous avons tenté bien des chose depuis des années pour obtenir cela. Ensuite, le soir du premier tour, le 23 mars 2014 à 23 heures, il a fallu trancher en ne pensant qu’eux personnes concrètes vivant à Villejuif.

    Vous évoquez la formule de Mao « Qui sont nos amis ? qui sont nos ennemis ? » Il se trouve que cette formule est à l’origine de mon DEA d’économie. Il faut distinguer chez Mao la contradiction fondamentale (relativement invariante pour une époque historique) et la contradiction principale (variant avec la conjoncture). Ainsi, sur la base d’une analyse invariante de la société chinoise dans les années 1920-1930, Mao est passé d’une conjoncture décrite dans Pourquoi le pouvoir rouge peut-il exister en Chine ? (Réponse : parce que plusieurs impérialismes rivaux se partageant la Chine, on avait la place pour combattre directement le Guomindang qui n’était que leur valet collectif) à Le pouvoir dans les bases antijaponaises : l’alliance avec le Guomindang et les anglo-américains contre l’Axe et l’invasion japonaise. (C’est à dire qu’il a fait le choix inverse de Staline et de « Odette » qui préféraient l’alliance avec l’Allemagne nazie).

    Loin de moi l’idée d’assimiler Cordillot et Cie aux envahisseurs japonais : laissons ces idioties à P. Staat. Mais la différence entre les niveaux de contradiction est de portée universelle, en sachant toutefois que la tactique (dans la contradiction principale) doit être subordonné à la stratégie (dans la contradiction fondamentale) et aux « valeurs ».

    Vous pouvez douter du caractère « social » de F. le Bohellec, Fadma Ouchared et Elie Yebouet. On verra. Mais pas des décisions qui devenaient stratégiquement irréversibles en cas de victoire de la liste Cordillot : le PLU qui démantelait le parc des HB et urbanisait le terrain des Maraichers et le terrain Mollicone, expulsait le « triangle Gorki/Aragon », livrait la ville aux tours de Vinci, détruisait un bâtiment à vocation sociale pour offrir son terrain à une mosquée, etc. Sans même parler du stalinisme du mode de gestion. Il fallait agir, et pas se saugarder les mains « vertes » (ou rouges)… mais dans les poches.

    Voyez notre pétition pour sauver les dernières terres agricoles : elle a été signée sur papier par tous les participants d’une réunion du Parti de Gauche à Villejuif pour « sauver les terres agricoles d’Ile de France »… et aussitôt ils ralliaient Cordillot et son PLU, totalement contradictoires avec leurs belles paroles !

    Ailleurs les « meilleurs alliances possibles » étaient sans doute différentes. Exemple : la géothermie. Gaston Viens s’y étaient mis dès 1992 à Orly (même gisement pourtant) et d’ailleurs m’a soutenu aux régionales cette année-là. La gauche PC-PS s’y est mise depuis longtemps à Chevilly et l’Haÿ. Le PC-PS de Villjuif s’y est mis en… 2012. On travaille sur notre premier puits ! La gauche est tombée (pour malhonnêteté) à L’Haÿ, mais l’UMP continue avec la géothermie. Les contradictions municipales ne sont pas les contradictions nationales.

    En tout cas nous n’avons pas fait cette fusion avec Franck le Bohellec pour reconstruire la gauche à Villejuif mais pour sauver Villejuif, de même que Mao ne s’est pas allié aux Américains (enfin, c’était quad même Roosevelt) pour « reconstruire la gauche en Chine », mais contre les Japonais. J’admets que cela nous pose (et vous pose) un gros problème : nous allons nous battre 6 ans pour « réussir » avec FLB et si nous réussissons nous serons obligés de reconduire cette alliance en 2020. Il va donc falloir définir une conception « éco compatible » de la gestion municipale, peut-être à portée plus vaste que Villejuif. Mais nous aurons mille occasions de nous distinguer d’ici là, de bâtir d’autres alliances pour d’autres niveaux de programme, au plan supra-municipal. Mais avec qui ? Pas le PS visiblement, pas le FdG apparemment…

    Et pourtant, il faut bien tendre la main à ceux qui considèrent ces partis comme progressistes, comme nous tendons ici la main à nos compatriotes Villejuifois qui considèrent l’UMP comme populaire.

    repondre message

    • Parti de Gauche Villejuif 24 mai 2014
      20:14

      Le message ci-dessus contient des affirmations à propos du Parti de Gauche à Villejuif. D’après vous :
      - Le PG de Villejuif aurait organisé une réunion pour "sauver les terres agricoles d’Ile-de- France"
      - Au cours de cette réunion, tous les participants auraient signé une pétition sur les terres agricoles.
      Or ces deux affirmations sont inexactes.
      Si l’écologie est une des priorités de notre programme, nous n’avons pas organisé de réunion à ce sujet en juin 2013 sur la ville. Et nous n’avons à aucun moment apporté le soutien de notre parti à votre pétition.
      Il est possible que des membres du Parti de Gauche aient signé cette pétition, bien que nous n’en connaissions aucun. Il ne s’agirait que d’une signature à titre personnel et n’emportant pas soutien du PG de Villejuif.
      Sur cette même période, notre bulletin "A Gauche - Villejuif", No 3, de juin 2013, diffusé à 2000 exemplaires sur la ville, parlait du succès de la marche du 5 Mai contre l’austérité, rendait
      hommage à Hugo Chavez, publiait une interview de Jean-Marie Roux sur les causes de la dette publique, et un article sur notre exigence d’une sixième République, et son contenu. Comme vous le voyez, pas de trace de cette supposée réunion que nous aurions organisée, ni dans ce numéro, ni
      dans les numéros suivants de notre bulletin.

      Voilà pour les faits. Pour interpréter votre créativité, faut-il croire qu’en grand amateur de citations chinoises, vous auriez fait vôtre l’aphorisme de Sun Tzu « Tout l’art de la guerre est basé sur la duperie » ?
      Votre texte vise en effet à pointer des contradictions dans nos positions. Mais votre démonstration repose sur une base totalement fantaisiste et tombe ainsi d’elle-même.

      Votre passé national comme votre position d’élu local confèrent à vos propos sur ce blog un poids réel. Il est d’autant plus important qu’ils respectent scrupuleusement les faits et les positions de chacun, dans un débat politique local qui sera certainement animé, mais que nous souhaitons transparent et sincère.

      Nous vous invitons d’ailleurs à consulter notre site web (http://www.pgvillejuif.com), notre page Facebook (Parti de Gauche Villejuif), ou à nous contacter directement (pgvillejuif (at) voila.fr), pour mieux vous informer sur nos positions et actions, et en particulier si vous souhaitez diffuser des informations à notre propos .

      repondre message

      • Alain Lipietz 25 mai 2014
        10:10

        Vous avez raison. Ma mémoire était trop généreuse pour le PdG, la réunion à Villejuif pour la défense des terres agricoles en Ile de France était en effet organisée par Les Amis de la Confédération paysanne, début 2013. Mon erreur de mémoire vient de ce que d’une part la porte-parole de commission agricole du PdG (dont j’ai oublié le nom ), qui était à la tribune, a fait un excellent discours. D’autre part, plusieurs personnes parmi le quasi unanimité des participants qui ont signé notre pétition lors de cette réunion se sont déclarées comme membres du PdG.

        Je vous remercie donc pour votre mise au point : le PdG ne défend pas les terres agricoles en Ile de France, cette militante de la commission agricole et celles et ceux qui onst signé la pétition n’engageaient qu’eux-mêmes. Dont acte.

        repondre message

        • L’idiot utile 27 mai 2014
          14:18

          Bonjour,

          Merci pour votre réponse détaillée et intéressante à mes messages !

          L’idiot utile aime bien, comme son nom l’indique, se rendre utile mais si possible sans se lever. Heureusement, pour cela, google est arrivé ! Mais là, c’est la déception, google ne trouve pas de trace d’une réunion début 2013 à Villejuif sur les terres agricoles.

          L’idiot utile a même lu votre intéressante gazette (No 5, de janvier 2013, http://vaverts.fr/spip.php?article213), et là, nouvelle déception : chou blanc ! Pas de trace d’une réunion sur les terres agricoles. L’idiot utile remarque, en revanche, que les membres du PdG de Villejuif ont, selon vous, fait preuve de qualités de visionnaires, puisqu’ils auraient signé début 2013 une pétition que vous lancez en juin 2013. Bref, il me semble que tout cela manque un peu de précision !

          J’apprécie votre site, porteur d’informations intéressantes et avec un ton parfois décalé et rafraîchissant, mais ne me décevez pas, on a l’impression que vous faites vôtre la citation de Sun Tzu citée plus haut sur l’art de la guerre. Par ailleurs, toutes mes excuses pour l’absence de citation de Mao dans mon mail, je n’ai pas mon Petit livre rouge sous la main aujourd’hui.

          Sincèrement votre,

          Un Idiot qui vous veut du bien.

          repondre message

  • FERNANDO 16 mai 2014
    22:06

    Effectivement ce n’est certainement pas le lieu pour parler de nouvelle gauche et d’idéologie style NPA. La faillite de nos sociétés est avant tout culturelle et j’entends culture dans le sens le plus large. Les partis politiques aux œillères idéologiques en portent une grande responsabilité.

    A Villejuif les gens se sont un peu libérés de leur carcan idéologique et pesanteurs partisanes. Ils ont viré une municipalité non pas PC ou gauche mais avant tout « maffieuse ». Il va falloir qu’ils inventent une manière de travailler ensemble vu que séparément personne n’a la majorité et qu’en cas d’échec ils porteront une lourde responsabilité car le FN capitalisera la déception. Oseront-ils aller vers plus de démocratie participative et moins de démocratie représentative ?

    Petit aparté historique :

    Ukraine 1921 : l’armée rouge fait alliance avec l’armée révolutionnaire ukrainienne emmenée par l’anarchiste Nestor Makhno et ensemble battent l’armée blanche. Cette même armée rouge emmenée par Trotski se retourne contre l’armée révolutionnaire ukrainienne et le peuple ukrainien, la suite est connue ….

    Espagne 36 : la révolution espagnole est surtout le fait de la CNT (syndicat anarcho syndicaliste) ; le PC à travers le Kominterm dont le représentant est André Marty, membre du PCF, passe plus de temps à éliminer les anarchistes et le POUM plutôt que de se battre contre le franquisme.

    La Résistance, grand mythe du PCF.
    On peut s’interroger sur sa responsabilité politique qui fut fatale à un grand nombre de membres de la MOI.

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article288