L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Non respect de l’égalité entre les candidats

Imprimez !
28 février 2014
Natalie Gandais

Non respect de l’égalité entre les candidats

Alors qu’elle s’était engagée à respecter l’égalité des candidats dans l’attribution des salles municipales pendant la campagne électorale, Madame Cordillot accapare pour elle-même la salle Gérard Philipe et refuse de la prêter pour une réunion publique de l’Avenir à Villejuif.

Nous aurions pourtant aimé recevoir convenablement Mohamed Mechmache, le président d’AC Le Feu qui vient nous soutenir le 6 mars.

Pour protester, Natalie Gandais a envoyé un courrier recommandé avec avis de réception (lire ci-dessous). Retournée aux nouvelles, Monique Lambert Dauvergne raconte comment elle a été reçue : peine perdue, semble-t-il...

Réclamation à la maison des associations ce 28/02/2014 : Claire et moi sommes allées ce matin à la Maison des associations pour avoir des nouvelles au sujet de la salle Gérard Philipe que nous n’arrivons pas à obtenir.

L’employée municipale nous reçoit et nous dit d’abord que si nous n’avons pas cette salle, c’est qu’elle est tout le temps prise par des ateliers et qu’on ne va tout de même pas supprimer les ateliers pour nous.

Puis, elle a appelle son chef, celui-ci nous a dit que nous avions déjà eu 11 salles dans tous les quartiers. Nous répondons que nous parlons de la salle Gérard Philipe, plusieurs fois demandée et jamais obtenue. Il a répété ce que cette salle n’est "jamais disponible".

Nous avons protesté que Natalie Gandais considérait cela comme un "non respect de l’égalité des candidats pour l’attribution des salles municipales", puisque cette salle a déjà été disponible 4 fois pour la campagne de madame Cordillot.

Il est devenu de plus en plus agressif, alors que Claire et moi restions très calme : "11 salles ! Vous n’allez tout de même pas vous plaindre. Nous avons fait notre travail". Nous avons poursuivi que nous ne trouvions pas normal de ne jamais obtenir de réponse écrite. "La réponse est à la signature !" a-t-il dit, comme on nous l’avait déjà répondu lundi dernier...

Nous avons bien compris qu’il n’y a pas de procédure normale pour demander des salles municipales. Dans ces conditions, comment l’égalité entre les candidats pourrait-elle être respectée ?

Objet : Non respect de l’égalité des candidats pour l’attribution des salles municipales - Lettre de Natalie Gandais à Madame le Maire

Villejuif, le 25 février 2014

Madame le Maire,

Dans le cadre des élections municipales, à plusieurs reprises et notamment par courriers les 14 octobre et 14 février, je vous ai demandé à bénéficier du prêt d’une salle à la Maison Pour Tous Gérard Philipe.

Ayant reçu de vos services des consignes de « souplesse » dans mes demandes, je vous ai adressé un large choix de dates à chaque fois. En particulier dans mon dernier courrier ma demande portait prioritairement sur le 6 mars, puis sur les 12 et 13 mars, puis sur les 18 et 19 mars.

Vos services viennent de me répondre (oralement) qu’à aucune de ces dates je ne pouvais avoir la salle Gérard Philipe.

Je m’étonne vivement d’un tel manque de disponibilité de cette salle, alors que vous-même l’avez déjà utilisée à 3 reprises (les 10 octobre, 19 décembre et 25 janvier ) dans le cadre de votre propre campagne, et que vous l’avez attribuée à votre colistier socialiste Dominique Girard le 28 novembre.

Je n’ose imaginer que contrairement à ce que m’écrivait le 8 octobre votre maire-adjoint Monsieur Rouy concernant votre « souci de respecter une stricte égalité entre les candidats », vous ayez choisi de privilégier l’utilisation des moyens municipaux au seul profit de votre propre campagne.

Aussi, je vous prie de reconsidérer votre refus et de m’attribuer, pour le 6 mars, une salle de réunion à la Maison Pour Tous Gérard Philipe.

Vous remerciant par avance, je vous prie d’agréer, Madame le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

titre documents joints

Partager

Commentaires

1 Message

  • Alain Lipietz 28 février 2014
    16:16

    C’est toujours étonnant pour les nouveaux habitants de Villejuif, ou ceux qui commencent à y faire de la politique après avoir eu l’impression de vivre dans une ville "normale".
    Le PCF de Villejuif, au pouvoir depuis plus de 80 ans, qui a eu Georges Marchais comme député et n’a pas vraiment connu de dissidence "refondatrice" ou "rénovatrice" comme à Arcueil, est resté, sinon "stalinien", du moins "brejnèvien". On y considère « normal » (et peut-être même conforme à "l’intérêt supérieur de la classe ouvrière") d’y brimer ceux qui ne courbent pas le front devant la mairie communiste, que ce soit en matière de permis de construire, de place à la crèche, d’accès aux HLM, de vie associative… ou des droits d’une campagne électorale normale.

    Une participante de notre liste, originaire d’Amérique du Sud (où les partis communistes sont considérés comme "de gauche", hostiles aux dictatures), s’étonnait hier d’entendre un militant communiste repasser dans la foule qui discutait autour de notre camion rouge au pied d’une cité et expliquer aux gens "Méfiez vous, ils sont proches du Front National". Pour le PCF villejuifois de 2014, comme pour les partis communistes de 1930, ceux qui ne sont pas leurs alliés sont naturellement des fascistes, qu’il faut combattre par tous les moyens… même si cela favorise en fait les vrais fascistes (à Villejuif, le FN). On a vu ce que ça a donné, en Allemagne, en Espagne.
    En réalité, le PCF Villejuifois, auquel adhère encore des femmes et des hommes de bonne volonté, encore impressionnés par son passé et ses discours, n’est plus qu’un groupe défendant son pouvoir et ses revenus, quitte à mener une politique urbaine antipopulaire et à violer les normes les plus élémentaires d’une élection démocratique. Bref, une politique de droite.

    repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article207