L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Urbanisme > Réponse aux riverains de la ruelle Baudelaire

Imprimez !
26 janvier 2014
Alain Lipietz

Réponse aux riverains de la ruelle Baudelaire

Les habitants de la sente Baudelaire, anciennement Ruelle de la Fistole, nous ont remis ce questionnaire, accompagné de photos accusatrices sur l’état de ce qui pourrait être un charmant itinéraire piétonnier, entre la N7 et le centre-ville. Notre réponse et propositions.

Mesdames, Messieurs,

D’abord, je vous félicite pour l’initiative de ce questionnaire. Ce type de pratique citoyenne est à la base des combats et de la campagne municipale initiée par les Ateliers de l’Avenir à Villejuif (http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?rubrique6). Nous entendons bien nous appuyer sur cette pratique, une fois élus. Ainsi, nos réponses aux enquêtes publiques de l’an dernier se sont fondées sur des réunions préalables avec les associations de riverains.
Demain, nous gèrerons la ville dans une concertation permanente avec les collectifs d’habitants à qui nous fournirons des moyens d’expertise.
Plus particulièrement, nous avons organisé une visite à pied du centre-ville avec l’urbaniste Michel Cantal-Dupart et la spécialiste des « circulations douces » (à pied et en vélo), Isabelle Lesens.
Approfondissant cette visite, nous sommes tombés d’accord que pour « Rendre la ville plus belle », il fallait s’appuyer sur une revalorisation de notre réseau de sentiers et de ruelles.

Vous comprendrez donc le plaisir que nous avons éprouvé quand nous avons été saisis de votre questionnaire ! Voici donc nos réponses à vos questions précises.
Bien cordialement,

Natalie Gandais

1) Renommer la ruelle ?
Rétablir l’ancien nom de la Fistole ou au moins corriger la faute d’orthographe à Baudelaire.

2) Dans la perspective d’améliorer les circulations à pied, à vélo et en poussette, et d’agrémenter et embellir la ville, nous prévoyons la mise en valeur des sentiers et ruelles. En concertation avec les riverains, nous établirons une charte d’aménagement des sentiers et ruelles, avec végétalisation / fleurissement des pieds de murs, et nous choisirons, pour le revêtement des sols, des matériaux drainants (c’est-à-dire qui permettent l’infiltration sur place des eaux de pluies plutôt que leur ruissellement).

3) Le coût de l’enfouissement des lignes téléphoniques sera évalué. La décision sera prise après l’avis des conseils d’habitants qui seront associés aux décisions budgétaires.

4) Graffitis. C’est un combat particulièrement difficile. Il semble toutefois que la végétalisation des murs soit dissuasive. D’autre part, la lutte « en général » pour la propreté devrait conduire à un plus grand respect des espaces publics.

5) Toilettes publiques. Nous déplorons l’absence de toilettes publiques dans tout Villejuif, nous en avions fait l’observation lors des consultations sur les travaux du tramway. L’installation des toilettes publiques sera prévue dans le plan général de réhabilitation du centre-ville.

6) Dépôts d’ordures. Le problème de l’enlèvement des ordures ménagères, de celles des commerçants, et de l’enlèvement des encombrants est récurrent dans Villejuif, faisant de notre ville une des plus sales du département.
Nous engagerons avec l’administration du Val de Bièvre les discussions jusqu’à obtenir le rétablissement de la propreté. Les habitants, qui connaissent le mieux les problèmes posés et les difficultés à savoir comment on se débarrasse de tel ou tel déchet encombrant ou toxique ou compliqué à recycler, seront associés à l’élaboration du plan propreté. L’élaboration de ce plan propreté donnera lieu à de multiples séances pédagogiques.

Nous retenons l’idée des résidents de la voie Baudelaire d’organiser une journée annuelle de la propreté.

7) Crottes de chiens. La question de la propreté canine à Villejuif sera étudiée par un groupe de personnes volontaires regroupant propriétaires de chiens, riverains, personnels municipaux, vétérinaires, spécialiste du comportement animal. C’est ainsi que j’avais réussi, dans une autre ville où j’étais maire-adjointe chargée de l’environnement, à diminuer considérablement les nuisances canines. Il s’agit premièrement de repérer les endroits les plus souillés, deuxièmement d’installer des « espachiens », sortes de mini-jardins entourés de petites palissades et destinés aux chiens, troisièmement de convaincre les propriétaires de chiens de ramasser les crottes dans des petits sacs quand les animaux s’oublient sur les trottoirs, quatrièmement de mettre en place suffisamment de poubelles de rue (corbeilles à papier) pour que ces petits sacs puissent être jetés rapidement…
Les employés municipaux chargés de la propreté auront avec eux des petits sacs qu’ils pourront fournir aux personnes qu’ils repèrent comme n’en ayant pas. En dernier lieu, une amende sera infligée aux récalcitrants.

8) Dans le cadre plus général du plan propreté, on recherchera l’implantation de containers enterrés. On repèrera les endroits générateurs de détritus pour y installer beaucoup plus de corbeilles à papier.

Partager

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article154