L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Urbanisme > Réponse à l’association des Habitants et riverains d’Aragon

Mardi 21 janvier

Imprimez !
24 janvier 2014
Alain Lipietz

Réponse à l’association des Habitants et riverains d’Aragon

Ceux qui luttent contre la Zac

Réponse de Natalie Gandais, tête de liste de l’Avenir à Villejuif et d’Alain Lipietz, candidat de l’Avenir à Villejuif pour la présidence de la Communauté d’agglomération du Val de Bièvre, au questionnaire adressé aux candidats par l’Association des habitants et riverains de la Zac Aragon.

Nous nous sommes rendus à l’AG de l’association avec nos dossiers de réponses à son questionnaire. Il faut dire qu’il se trouve que nous habitons dans la Zone, comme plusieurs de celles et ceux qui vont constituer la liste de l’Avenir à Villejuif !

Rien d’étonnant à cela : ce sont les quartiers le plus mobilisés qui font vivre la vie associative, et notre liste est fondée sur cette effervescence associative…
Bref, cela fait plus d’un an qu’on est mobilisé contre cette fichue Zac. Notre "Réponse" permet de présenter toutes nos interventions… et ce qu’on a déjà obtenu.

A l’entrée de l’AG, surprise : nous sommes accueillis par une escouade en Écharpes Blanches. Les mêmes Écharpes Blanches se sont installées à une table… dans le prolongement du bureau de la présidence de l’AG, déployant leur journal de campagne : c’est un candidat qui tente de transformer l’AG en meeting pour sa liste !!
Bon, pas grave, c’est moi-même qui l’avait attrapé par la manche (ce candidat) un jour où il avait "oublié" de se rendre à la Commissaion d’enquête publique sur le CDT… De même, j’avais rappelé par téléphone à une autre liste qu’il fallait se dépêcher d’aller répondre à l’enquête publique sur la Zac : elle croyait que l’enquête était ouverte jusqu’au lendemain... Si d’autres candidats veulent nous défendre, tant mieux !

Bon, voici notre dossier, avec des liens directs vers les textes que nous avions remis au bureau. Merci, Spip !
AL

***

1- Avez-vous participé à l’enquête publique de la ZAC Aragon ? (Si oui, merci de nous faire parvenir le texte remis à l’enquête publique)

Bien sûr, comme nous avons participé à toutes les manifestations organisées par l’association. Partant du principe qu’il vaut mieux plusieurs lettres et visites aux commissaires enquêteurs qu’une seule lettre représentant plusieurs personnes ou associations, nous avons même organisé plusieurs contributions à l’enquête. Outre les personnes de l’Avenir à Villejuif qui ont participé à la rédaction de la contribution de l’Association des habitants et riverains, Natalie Gandais a personnellement remis à Mme la Commissaire le rapport [ci-joint], que vous trouvez également ici.

De même, Alain Lipietz lui a remis, au nom d’Europe-Écologie, le rapport [cI-joint] que vous trouverez également là

Par la suite, la Commissaire nous a écrit pour des renseignements complémentaires. Alain Lipietz en a profité pour lui signaler que l’effondrement du marché des bureaux en Ile-de-France confirmait les risques de faillite de cette Zac (et donc de reprise de sa dette par la Ville) : voyez ici.

De plus, cette enquête publique sur la Zac a été de longue date préparée par notre équipe. Successivement (et selon le même dispositif de réponses multiples), nous avons répondu à toutes les enquêtes publiques précédentes, gagnant chaque fois un « petit quelque chose » de la part de la commission d’enquête publique.

-  L‘enquête sur le Schéma directeur régional Ile de France (Sdrif) :
Réponse N. Gandais.
Réponse A. Lipietz.

Nous avons déclaré notre opposition à la densification :
-  tant que les nouveaux métros n’y sont pas
-  en l’absence d’équipement publics suffisants
-  au détriment des espaces verts et agricoles.

Nous y avons gagné : un amendement du Conseil régional au Sdrif demandant qu’à Villejuif on ne supprime plus d’espace vert, ce qui contribue à protéger le terrain Mollicone.

-  L’enquête sur le Contrat de Développement Territorial :
Réponse N. Gandais
Réponse A. Lipietz

Nous y avons gagné : le retrait pur et simple de la « Fiche action n°5 » qui aurait impliqué acceptation de la Zac Aragon. Voyez ici

-  L’enquête sur le Plan de déplacements urbains de l’Ile de France (PDUIF) :
Réponse N. Gandais
Réponse A. Lipietz

Pas de gain officiel mais nous avons peaufiné l’argument « pas de construction dans le secteur Aragon avant l’arrivée d’un nouveau métro, nécessité de prolonger le tramway par un couloir de bus sur la Nationale 7 jusqu’à Paris ».

-  L’enquête sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) :
Réponse N. Gandais
Réponse A. Lipietz

Nous y avons gagné : une réserve de la commissaire, « Pas de construction avant l’arrivée des nouveaux métros », et une critique acerbe de sa part sur la destruction des espaces verts de Villejuif, déjà insuffisants et que la municipalité propose de remplacer… par des murs végétalisés. (voir ici )

Ainsi s’est construit, pas à pas, un argumentaire avalisé par les commissions d’enquête publiques, qui permettra le cas échéant d’attaquer la Zac devant les tribunaux administratifs et mêmes civils – d’autant plus qu’il y a quelques vices de forme (que nous gardons sous le coude, évidemment).

2- Si la ZAC est déclarée d’Utilité Publique avant les élections, quelle sera votre attitude si vous êtes élu ?

L’Utilité Publique confère le droit d’expropriation mais ne fait pas obligation de s’en servir. Le problème, c’est que la Sadev est déjà nommée par délégation de la Ville « maître d’ouvrage » de cette Zac. Il faudra donc négocier des dédits avec la Sadev. Nous pensons que la Ville de Villejuif a suffisamment de moyens de pression sur la Sadev, à la fois financiers et juridiques.

Et attention ! le terrain Mollicone appartient déjà à la Ville, qui en a confié la maîtrise d’ouvrage à la Sadev. Elle n’a pas besoin d’exproprier, donc peut se passer de Déclaration d’Utilité Publique pour construire sa tour. De même, la Sadev n’a pas besoin de la DUP pour construire sur le terrain EDF. C’est donc le PLU qu’il faudra modifier pour l’en empêcher.

Dès les premiers jours après notre élection, nous ferons annuler le PLU de décembre 2013 et reviendrons donc au PLU antérieur (ce qui ne sera pas suffisant pour éviter les tours de la rue Reulos, mais c’est une autre histoire). En tout état de cause, le score que fera notre liste dès le premier tour des élections municipales sera donc décisif pour les habitants et riverains de ce projet de Zac.

3- Si la ZAC est approuvée en l’état par le Conseil Municipal, avant les élections, quelle sera votre attitude, une fois élu ?

Mêmes réponses qu’à la question n°2. Il faudra en plus annuler la Zac et, pour éviter des dédits coûteux, négocier avec la Sadev. A la date où nous écrivons, la Zac comme la DUP sera encore probablement dans le délais de recours devant les tribunaux (2 mois), mais la décision sera politique, et tranchée par l’élection municipale.

4- Approuvez-vous le projet de ZAC actuel ?

Absolument pas. Cette zone n’est ni concertée, ni d’utilité publique.

-  Les expropriations demandées ne servent qu’à créer une plus-value foncière pour le terrain Edf en lui ouvrant une façade directe sur la N7.
-  Le terrain Mollicone doit rester un espace vert.
-  Construire, sur les « confettis » de la ZAC, 50% de logement sociaux ne ferait que créer de nouveaux ghettos.
-  La construction de bureaux qui resteront longtemps vides sur un marché qui s’effondre provoquera une « reprise de dette » par la Ville, qui sera payée par les contribuables.
-  Le financement de la mosquée sur l’ancienne gendarmerie par des « appartements cédés à la Ville » par les promoteurs est un scandale du point de vue de la laïcité.
-  Enfin, toute nouvelle construction implique un désengorgement de la ligne de métro M7 par un site propre pour autobus, et n’est concevable qu’après l’ouverture de la ligne Rouge du Grand Paris (M14). Villejuif, même avec la Ligne Rouge, ne peut plus absorber sur le métro M7 ou le tramway T7 des flux supplémentaires nord-sud importants. C’est la raison pour laquelle nous nous étions déjà opposés (avec succès) à la construction d’un stade de rugby sur la Plaine Montjean.

5- Sinon, avez-vous des propositions alternatives ?

Nous avons esquissé un contre-projet, mis au point avec les associations , dans nos récentes réponses aux enquêtes publiques (en particulier ici, chap. 5). Bien entendu nous devrons néanmoins relancer toute une procédure de concertation (une vraie, cette fois !) après annulation du PLU de décembre 2013 et de la Zac.

Mais en l’état actuel de notre réflexion, le contre-projet que nous suggérons est le suivant :

-  Aucune expropriation.
-  Sur la zone du terrain Edf, étendue au Nord jusqu’au McDonald, la station service et le cabinet vétérinaire : une zone d’activité (artisanat, petites entreprises, et pas des immeubles de bureaux vides ) en front de Nationale 7, un eco-quartier de logements en retrait (pour éviter le bruit), un petit pôle de commerces de proximité.
-  Nous avons tenté de faire venir la « Faculté de pharmacie » à cet endroit. Voir notre correspondance avec le président de l’Université de Paris-Sud, ici. Notre proposition est tombée à l’eau, mais nous ne désespérons de trouver une autre solution universitaire.
-  Restitution de l’ex-gendarmerie à sa vocation initiale : un centre d’hébergement d’urgence de 12 foyers pour les familles. Une nouvelle concertation suivie d’une enquête publique permettra de définir, dans le cadre du nouveau PLU, l’emplacement de la seconde mosquée, dans des conditions correctes de stationnement et de voisinage.
-  Sur tous les terrains disponibles actuellement inclus dans la Zac (les « confettis »), des immeubles d’habitation limités à 15 mètres de haut, avec 25 % de logements sociaux et 10% d’accession sociale à la propriété.
-  Un site propre pour autobus sur la N7 afin de désengorger le métro M7.

Espérant avoir donné satisfaction à vos légitimes interrogations, nous vous adressons, chères et chers habitants et riverains de la Zac Aragon, tous nos vœux de réussite dans votre combat pour cette année 2014.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article152