L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Laïcité > De la laïcité

Profession de non foi

Imprimez !
14 janvier 2014

De la laïcité

Sylvie Thomas

Ces derniers temps, je me sentais comme ces spectateurs de Roland-Garros qui tournent la tête d’un côté, de l’autre, d’un côté, de l’autre… D’un côté, mes amis écolos Nicole Delmas, Alain Lipietz, sur la liste de Natalie Gandais, l’Avenir à Villejuif. De l’autre, mes amis écolos Jeanine Rollin, Catherine Casel, Michel Bentolila, eux aussi venus de Villejuif Autrement, sur la liste de Philippe Vidal, Villejuif Notre Ville. A l’origine du schisme, une femme voilée. Sur le moment, cela m’a paru fort futile…

Mais sous peine d’attraper un torticolis, il faut bien que je me penche sur une question qui ne m’a jamais beaucoup préoccupée. Jusque-là, il me semblait que c’était plutôt la finance qui nous envoyait dans le mur… Les voiles, pour tout dire, je m’en fiche un peu, comme des djellabahs, des croix bling-bling des rappeurs, des robes safran des bouddhistes, des boubous des mamas africaines, des strings, piercings et tatouages, ou de la tonne de maquillage de nos Marilyn de banlieue. Oui je sais, le voile n’est pas un accessoire de mode, mais ayant quelques années de moins que mes amis de Villejuif Notre Ville, je n’ai pas éprouvé le besoin de me battre pour le féminisme, dont les grands acquis étaient déjà là. Elevée par un grand-père anarchiste, je n’ai pas eu non plus à me révolter contre un catholicisme oppressant. Je suis athée naturellement, un peu « de naissance » ! A part l’histoire de l’arche de Noé, tout ce qui touche à la religion m’ennuie profondément…

Ma tolérance vient certes de cette indifférence totale, mais je ne suis pas seule à ne pas me sentir menacée par les femmes voilées. A Orly, à Evry, il y a des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs, dans lesquels plusieurs sont très actives. Elles ne se résument pas à leur voile, ce sont des êtres humains avec plein de facettes ! Les rejeter des associations, de la « vie de la cité », serait les isoler et les cloîtrer dans un communautarisme que l’ostracisme ne fait qu’encourager et que la mixité peut entraver.

Alors j’ai décidé d’arrêter de tourner la tête dans tous les sens et de soutenir l’Avenir à Villejuif. On vient peu à peu à bout de la domination de l’Eglise sur nos sociétés occidentales (le mariage pour tous a résisté à la manif pour tous), il n’est évidemment pas question que l’Islam prenne la relève - mais on en est loin il me semble. Et il est temps (du moins, s’il est encore temps) de s’attaquer plutôt, à Villejuif comme ailleurs, à la pauvreté, à la destruction de l’environnement qui nuit gravement à la santé, au bétonnage dans tous les sens du terme, à l’oligarchie qui a remplacé la démocratie, engendrant la montée de l’extrême droite. Aux vrais problèmes, quoi.

Sylvie Thomas

Partager

Commentaires

2 Messages

  • Alain Lipietz 14 janvier 2014
    20:11

    Merci Sylvie pour ce beau témoignage !

    Francine Comte , qui fut si longtemps le pilier et des Verts-Villejuif Autrement, et de la Coordination Nationale pour les Droit des Femmes, se désolait dans les derniers mois de sa vie de voir ces amies s’enfermer dans cette hostilité absurde contre les musulmanes, qui évoluaient à leur façon. Comme elle, partant du catholicisme, avait évolué. Voici un texte qu’au lendemain de sa mort je lui consacrais.

    repondre message

    • Sylvie Thomas 15 janvier 2014
      10:14

      Je ne connaissais pas ce texte et j’ai été émue en le lisant de retrouver la Francine que nous avons tant aimée. Cette belle personne, toujours à l’écoute, croyait en l’être humain, en sa capacité à évoluer en se confrontant à ceux qui pensent différemment et en apprenant d’eux. Elle savait faire un petit pas de côté pour changer de point de vue afin d’appréhender l’avis de ses interlocuteurs et pouvoir mieux en discuter. Avec elle on avait de vraies conversations, où chacun rebondissait sur les idées de l’autre. Elle avait beaucoup d’humour alors elle aurait sans doute ri, avant de s’en affliger, de voir certains de ses amis changés en statues de sel, bloqués sur des opinions désespérément figées qui les empêchent de trouver un compromis pour faire avancer les choses...
      Sylvie

      repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article142